Articulation de la hanche


L'articulation de la hanche (articulatio coxae) (Fig. 141) est formée de la tête du fémur et de l'acétabulum de l'os pelvien. La surface articulaire de l'acétabulum n'est recouverte de cartilage que dans la région du faciès lunata. Cette surface est en contact avec le cartilage de la tête fémorale. La cavité située au centre de la cavité articulaire et la partie inférieure près du filet sont remplies de tissu conjonctif lâche recouvert de membrane synoviale. Cette fosse sert de site de fixation du ligament de la tête fémorale. Le long des bords de l'acétabulum, il y a une lèvre de 5 à 6 mm de hauteur, formée de fibres de collagène. Pour cette raison, la tête articulaire de la cuisse est étroitement recouverte par le cotyle. Au-dessus de sa lèvre coupante n'est pas interrompue, formant un ligament transverse (lig. Transversum acetabuli), sous lequel il y a un espace. Il contient du tissu conjonctif lâche qui sert à faire passer les vaisseaux sanguins et les nerfs dans le ligament de la tête fémorale et à travers lui dans la tête fémorale.

La capsule de l'articulation est très durable. Il se fixe à l'os pelvien derrière la lèvre articulaire, de l'avant à la ligne intertrochantérienne du fémur, et de l'arrière quelque peu médial à la crista intertrochanterica. En conséquence, la majeure partie du col fémoral est enfermée dans la cavité de la capsule articulaire.

À la surface avant de la capsule articulaire prilezhit iliopsoas muscle. La capsule articulaire est amincie à cet endroit et, dans 10 à 12% des cas, une poche synoviale (bourse iliopectinée) se forme ici.

Bundles. Dans la cavité de l'articulation se trouve un ligament de la tête fémorale (lig. Capitis femoris), constitué d'un tissu conjonctif lâche et recouvert d'une membrane synoviale (Fig. 141). Dans l'épaisseur des ligaments sont des vaisseaux à la tête du fémur. Le ligament part de la fosse de l'acétabulum et se termine à la fosse de la tête fémorale. Sa valeur mécanique est faible car il s’étire facilement lors du retrait de la tête fémorale de la cavité articulaire. Cependant, ce ligament joue un rôle dans la connexion des os. Au moment du mouvement entre l'acétabulum et la tête de la cuisse, il existe un espace rempli d'un ligament de la tête fémorale et du liquide synovial qui permet une plus grande congruence des surfaces articulaires et augmente la force de l'articulation.

Le ligament ilio-fémoral (lig. Iliofemorale) est le ligament le plus fort, non seulement de l'articulation de la hanche, mais également de tout le corps, et a une épaisseur de 0,8 à 10 mm. Il commence à partir de spina iliaca antérieur inférieur et s'étend comme un éventail, en se fixant à la linea intertrochanterica du fémur (Fig. 142). Le ligament inhibe l'extension et le retournement de la cuisse.

Le bassin, en tant que support solide du tronc et des membres inférieurs, représente, comme déjà mentionné, deux leviers parallèles du premier type (p. 184). Le corps avec le bassin, en équilibre sur la tête des os de la cuisse, a tendance à reculer. Naturellement, pour maintenir le corps en position verticale, il est nécessaire de développer des ligaments et des muscles puissants à la surface antérieure de l'articulation. Chez l'homme, en raison de la position verticale lig. iliofemorale est très développé et inhibe l'extension de l'articulation de la hanche, permettant un mouvement ne dépassant pas 7-13 °.

Le ligament sciatique-fémoral (lig. Ischiofemorale) est développé beaucoup plus faible que le précédent. Il est situé derrière l'articulation de la hanche, à partir de la partie de l'ischion qui participe à la formation du cotyle. Ensuite, les fibres de ce ligament sont envoyées vers le haut et l'extérieur en traversant la surface postérieure du col fémoral. Certaines fibres sont tissées dans le sac de l'articulation, l'autre atteint le bord arrière du grand trochanter du fémur. Le ligament inhibe le mouvement de la cuisse à l'intérieur.

Le ligament pubico-fémoral (lig. Pubofemorale) est un mince faisceau de fibres situé sur la surface inférieure de l'articulation de la hanche. À partir de f. ossis pubis supérieur, aller et retour. Ses paquets sont entrelacés dans la capsule de l'articulation et fixés à la petite brochette. Le ligament inhibe l'abduction de la hanche, en particulier lorsque l'articulation de la hanche est pliée.

La zone circulaire (zona orbicularis) représente l'accumulation de faisceaux de collagène dans l'épaisseur de la capsule articulaire. Ces fibres recouvrent le milieu du col fémoral (Fig. 143).

L'articulation de la hanche a une forme sphérique, où les 2/3 de la tête sont immergés dans un acétabulum profond. Ce type d’articulation sphérique (articulatio spheroidea) se distingue dans le groupe des articulations à noix (énarthrose). En conséquence, les mouvements dans l’articulation de noix, comme dans toute articulation multiaxiale, sont divers. La plus grande gamme de mouvements de la cuisse est réalisée autour de l'axe frontal en passant par la tête des os du fémur, sous forme de flexion dans un volume de 122 °, sous réserve d'une articulation du genou pliée. La flexion ultérieure de l'articulation de la hanche est limitée non par la tension des ligaments de l'articulation, mais par la paroi frontale de l'abdomen. L'extension de l'articulation de la hanche (à partir de la ligne verticale) n'est possible qu'à 7–13 ° et est limitée par la tension du ligament ilio-fémoral. Ainsi, dans le mouvement ultérieur du dos de la hanche, l'articulation de la hanche ne participe pas et le mouvement est effectué en raison de la formation d'une courbure dans la partie lombaire de la colonne vertébrale.

L'abduction et l'adduction de la cuisse se produisent autour de l'axe sagittal dans un volume de 45 °. L’enlèvement ultérieur est entravé par la grande brochette qui vient buter contre l’aile du ilium. Avec la position coudée de la cuisse, la grande broche fait face au dos et ne gêne pas l’abduction de la hanche à 100 °. Le mouvement de la hanche autour de l'axe vertical a lieu à 40-50 °. Avec une combinaison de mouvements effectués autour de trois axes, vous pouvez effectuer un mouvement circulaire du membre inférieur (circumductio).

Dans l'articulation de la hanche, non seulement les mouvements de la hanche, mais aussi ceux du pelvis et, par conséquent, de tout le corps par rapport aux membres inférieurs sont effectués. Ces mouvements sont effectués en permanence, par exemple lors de la marche, quand une jambe est libre, et dans l'autre articulation, le mouvement du bassin est effectué par rapport au membre inférieur porteur fixe. Le volume de ces mouvements dépend de la taille des ailes de l’Ilium, du grand trochanter, de l’angle du col fémoral, qui se reflète également dans l’angle formé entre l’axe vertical passant de la tête fémorale au centre de gravité du pied et l’axe longitudinal du fémur qui est situé à Fig. 144, 145). L'angle du col du fémur avec son corps est d'environ 150 ° chez les nouveau-nés, chez les hommes adultes, cet angle diminue jusqu'à 125 °, chez les femmes - jusqu'à 112-118 °. Et dans les cas où une personne est en équilibre sur une jambe, le bras du levier allant du sommet du grand trochanter à la crête iliaque sera plus grand que la distance entre l'ischion et la cuisse. La poussée du bras de levier supérieur sera plus forte et le bassin se penchera vers la jambe d'appui.

Chez les femmes, le bras du levier est encore plus important que chez les hommes. Cela explique la démarche balancée des femmes.

Radiographies de l'articulation de la hanche
Sur les rayons X dans les projections postérieures et latérales, les contours du bas et des bords du cotyle ne sont détectés qu’après 12-14 ans. La partie supérieure du bas de l'acétabulum a une plaque compacte épaisse et, dans la partie inférieure correspondant à la fosse, la plaque compacte est mince. La fosse de l'acétabulum forme un contour extérieur - une forme de «déchirure». L'angle cervico-diaphysaire correspond à 120–130 °, chez le nouveau-né à 150 ° et chez un enfant de 5 ans à 140 °. Les contours du cou, les grandes et petites brochettes et la structure de la substance spongieuse sont clairement visibles. Chez les personnes âgées, la calcification de la lèvre articulaire est possible.

Anatomie de l'articulation de la hanche, des muscles et des ligaments, assurant son mouvement

L'articulation de la hanche (Articulatio coxae, Articulatio Coxe) est une simple articulation sphérique (en forme de coupe) formée par la tête du fémur et l'acétabulum de l'os pelvien. La surface articulaire de la tête fémorale est recouverte de cartilage hyalin et le cotyle est couvert de cartilage uniquement à la surface de la surface lunaire, le reste est recouvert d'une membrane synoviale. L'acétabulum possède également un acétabulum, grâce auquel la cavité devient un peu plus profonde. Comment un atlas anatomique avec une photo examine-t-il la structure d'une telle articulation et quelle en est la structure, lisez plus en détail ci-dessous.

La structure de l'articulation de la hanche est disposée de manière à ce que la capsule articulaire soit attachée à l'os pelvien le long du bord de l'acétabulum et au fémur le long de la ligne intertrochanter. Au dos de la capsule, les 2/3 du fémur sont capturés, mais pas la crête intertrochanique. Selon la science de l'anatomie, précisément parce que l'appareil ligamentaire est tissé dans la capsule, il est très fort.

Ligaments de la hanche

Le ligament le plus fort est le ligament iliaque-fémoral, qui peut être vu en regardant le motif. Selon de nombreuses sources scientifiques, elle pourrait supporter un poids allant jusqu'à 300 kg. Le ligament ilio-fémoral est attaché, comme le montre la photo, juste en dessous de l'épine iliaque antérieure et s'étend jusqu'à une ligne intertrochanterale grossière, en éventail semblable.

Reportez-vous également à l'appareil ligamentaire de l'articulation de la hanche:

  • Ligament fémoro-pubien. Il commence sur la ligne supérieure de l'os pubien, descend et atteint la ligne intertrochanter, s'entrelacent avec la capsule articulaire. Le ligament pubico-fémoral, comme tous les ligaments ultérieurs, est beaucoup plus faible que le ligo-fémoral. Ce paquet limite la gamme de mouvements dans lesquels la hanche peut être détournée.
  • Ligament sacro-fémoral. Il prend ses débuts sur l'os ischiatique, avance et s'attache à la fosse trochannel, s'entremêlant simultanément dans la capsule articulaire. Limite la pronation de la cuisse.
  • Paquet circulaire. Situé à l'intérieur de la capsule articulaire, il ressemble à un cercle (en fait, sa forme ressemble à une boucle). Couvre le col du fémur et est attaché à l'épine iliaque antérieure inférieure.
  • Un bouquet de tête fémorale. On pense qu'elle n'est pas responsable de la force de l'articulation de la hanche, mais de la protection des vaisseaux sanguins qui la traversent. Il y a un ligament à l'intérieur de l'articulation. Elle prend naissance dans le ligament acétabulaire transverse et est attachée à la fosse de la tête fémorale.

Muscles de l'articulation de la hanche

L'articulation de la hanche, ainsi que l'articulation de l'épaule, possède plusieurs axes de rotation, à savoir trois axes (transversal (ou frontal), antéro-postérieur (ou sagittal) et vertical (ou longitudinal)). Dans chacun de ces axes, l'articulation pelvienne utilise son groupe musculaire en mouvement.

L'axe de rotation transversal (frontal) assure l'extension et la flexion de l'articulation de la hanche, à travers laquelle une personne peut s'asseoir ou effectuer un autre mouvement. Les muscles responsables de la flexion des hanches:

  • Ilio-lombaire;
  • Couture;
  • Attache musculaire large fascia;
  • Peigne;
  • Tout droit.

Les muscles qui fournissent une extension de la cuisse:

  • Gros fessier;
  • À double tête;
  • Semitendinosus et semi-membraneux;
  • Big conduit.

L'axe de rotation antéropostérieur (sagittal) assure l'adduction et l'abduction de la cuisse. Les muscles responsables de l'enlèvement de la hanche:

  • Grand et petit fessier;
  • Attache musculaire large fascia;
  • En forme de poire;
  • Twin
  • Verrouillage interne.

Les muscles qui sont responsables de porter les hanches:

  • Grand adducteur;
  • Court et long menant;
  • Mince;
  • Peigne

L'axe de rotation vertical (longitudinal) assure la rotation (rotation) de l'articulation de la hanche: supination et pronation.

Muscles assurant la pronation de la hanche:

  • Attache musculaire large fascia;
  • Faisceaux antérieurs du moyen et petit fessier;
  • Semitendinosus et demi-membranes.

Muscles qui fournissent la cuisse en supination:

  • Ilio-lombaire;
  • Carré;
  • Gros fessier;
  • Faisceaux postérieurs du moyen et petit fessier;
  • Couture;
  • Verrouillage interne et externe;
  • En forme de poire;
  • Jumeaux.

Et maintenant, nous vous proposons de regarder le matériel vidéo, où la structure de l'articulation de la hanche, des ligaments et des muscles est clairement démontrée.

CONNEXION DES OS DES BAS MEMBRES

CONNEXION DES OS DES BAS MEMBRES

À la ceinture des membres inférieurs, on distingue une paire d'articulation sacro-iliaque et une symphyse pubienne (Fig. 109).

L'articulation sacro-iliaque (art. Sacroilias) est formée par les surfaces en forme de cornes de l'os pelvien et du sacrum. La capsule articulaire est épaisse, étroitement étirée et fixée aux bords des surfaces articulaires, de plus en plus avec le périoste de l'os pelvien et du sacrum. Des ligaments qui renforcent l'articulation, épais, forts. Les ligaments sacro-iliaques ventraux (antérieurs) (lig. Sacroilias anteriora) relient les bords antérieurs des surfaces articulaires. Le côté postérieur de la capsule est renforcé par des ligaments sacro-iliaques dorsaux (postérieurs) (ligg. Sacroilias posteriora). Les plus durables sont les ligaments sacro-iliaques interosseux (lig. Sacroilias interossea), situés sur la face postérieure de l'articulation et reliant les deux os articulaires (Fig. 110). Le ligament iléo-lombaire (lig. Iliolumbale) est également disponible et relie les processus transversaux des vertèbres lombaires IV et V à la tubérosité iliaque. La forme des surfaces articulaires de l'articulation sacro-iliaque est plate. Il est presque impossible d'y bouger. Cela est dû au relief complexe des surfaces articulées, de la capsule articulaire étroitement étirée et des ligaments.

La symphyse pubienne (symphis pubica) relie les surfaces symphysiales des deux os pubiens, entre lesquelles se trouve le disque intertrocal fibreux-cartilagineux (discus interpubicus). Ce disque a une cavité étroite, en forme de fente, orientée sagittale. La symphyse pubienne est renforcée par les ligaments. Le ligament pubien supérieur (lig. Pubicum superius) passe transversalement le long du bord supérieur de la symphyse et relie les deux os du pubis. Le ligament en forme d'arc du pubis (lig. Arcuatum pubis) est adjacent à la symphyse d'en bas.

La symphyse pubienne a des caractéristiques sexuelles distinctes. Chez les femmes, ce composé est moins grand et plus épais que chez les hommes. Chez les femmes pendant le travail, de petits mouvements sont possibles dans la symphyse pubienne.

En plus des articulations et des ligaments qui les renforcent, les os du bassin sont reliés au sacrum à l'aide de deux puissants ligaments extracapsulaires. Le ligament sacro-bulbaire (lig. Sacrotuberale) va du tubercule ischiatique au bord latéral du sacrum et du coccyx. Le processus falciforme (processus falciformis) de ce ligament est une continuation du ligament sacrospinal vers le bas et en avant de la branche de l'ischion. Le ligament sacrospineux (lig. Sacrospinal) relie l'épine ischiatique à la surface latérale du sacrum et du coccyx.

Le sacrum, situé entre les deux os du bassin, est la "clé" de l'anneau pelvien. La gravité du corps ne peut pas déplacer la base du sacrum vers l’avant et vers le bas dans les articulations sacro-iliaque, car ces articulations sont fermement renforcées par le sacro-iliaque interosseux, ainsi que par les ligaments sacro-iliaques et sacro-épineux.

Fig. 109. ligaments du bassin et de l'articulation de la hanche; vue de face. 1 à 4 vertèbres lombaires; 2 - ligament longitudinal antérieur; 3 - ligament iléo-lombaire; 4 - ligament inguinal; 5 - capsule articulaire de la hanche; 6 - ligament ilio-fémoral; 7 - membrane de blocage; 8 - symphyse pubienne; 9 - ligament pubien arqué; 10 - ligament pubien supérieur; 11 - grosse brochette; Épine iliaque antérieure supérieure 12; 13 - ligament sacro-iliaque antérieur.

Fig. 110. Ligaments de l'articulation sacro-iliaque, à droite; vue arrière 1 - processus transversal de la vertèbre lombaire IV; 2 - ligament iléo-lombaire; 3 - épine iliaque postérieure supérieure; 4 - aile du ilium; 5 - crête iliaque; 6 - épine iliaque postérieure inférieure; 7 - grande ouverture sciatique; 8 - ligament sacro-iliaque; 9 - petite ouverture sciatique; 10 - fagot sacro-knoll; 11 - tubercule ischiatique; 12 - processus de la faucille; 13 - coccyx; 14 - ligament sacro-coccygien postérieur superficiel; 15 - ligament sacro-coccygien latéral; 16 - ouverture sacrée postérieure; 17 et 18 - ligaments sacro-iliaques postérieurs; 19 - ligaments interpinaux; 20 - apophyse épineuse de la vertèbre lombaire en V.

Le bassin (bassin) est formé par la liaison des os du bassin et du sacrum. C'est un anneau d'os (Fig. 111). Le bassin est un conteneur pour de nombreux organes internes. À l'aide des os du bassin, le tronc est relié aux membres inférieurs. Il y a deux sections - un grand et un petit bassin.

Le grand bassin (májor du bassin) est délimité à partir du bas bassin par la ligne de démarcation (linea termininalis) passant par le cap du sacrum, le long des lignes arquées des os iliaques, des crêtes des os pubiens et du bord supérieur de la symphyse pubienne. Le grand bassin à l'arrière est délimité par le corps de la vertèbre lombaire en V, des côtés par les ailes des os iliaques. Il n'y a pas de gros mur d'os pelvien à l'avant

Le bassin (bassin mineur) est limité en arrière par la surface pelvienne du sacrum et la surface ventrale du coccyx. Les parois latérales du bassin sont la surface interne des os du bassin (au-dessous de la ligne de délimitation), les ligaments sacrés épineux et tubéreux sacrés. La paroi antérieure du bassin sont les branches supérieure et inférieure des os pubiens, la symphyse pubienne.

Le bassin a une entrée et une sortie. L'ouverture supérieure (ouverture) du bassin (apertura pelvis superior) est délimitée par une ligne frontière. La sortie du petit bassin - l'ouverture inférieure du bassin (ouverture inférieure du bassin) est limitée à l'arrière du coccyx, latéralement aux ligaments sacro-papillaires, aux branches du sciatique, aux tubercules ischiatiques, aux branches inférieures des os pubiens et au devant - la symphyse pubienne. Le trou de blocage situé dans les parois latérales du bassin est fermé par une membrane de blocage fibreuse (membrana obturatoria). En passant par dessus la gorge de blocage, la membrane restreint le canal obturateur (canalis obturatorius). À travers elle, depuis la cavité d'un petit bassin sur la hanche, passent des vaisseaux et un nerf. Dans les parois latérales du bassin, il y a également de grandes et petites ouvertures sciatiques. Le grand foramen sciatique (forasmen ischiádicum május) est délimité par une large entaille sciatique et par le ligament sacro-épineux. Le petit foramen sciatique (forаmen ischiádicum minus) est formé par une petite entaille sciatique, les ligaments sacro-iliaque et sacrospineux.

Fig. 111. Taz mâle (A) et femelle (B). Montre la ligne de la taille du grand bassin et de l'entrée du bassin. 1 - distant de cristárum (distance entre les crêtes iliaques); 2 - diamètre transversal; 3 - distanntia spinum (distance entre les épines iliaques antéro - supérieures); 4 - conjugué vrai (gynécologique); 5 - diamètre oblique.

La structure du bassin est associée au sexe d'une personne. L'ouverture supérieure du bassin dans la position verticale du corps chez la femme forme un angle de 55-60 ° avec le plan horizontal (Fig. 112). Le bassin chez les femmes est plus bas et plus large, le sacrum est plus large et plus court que chez les hommes. Cape sacrum chez les femmes moins se présente. Les tubercules sciatiques plus déployés dans la main, la distance entre eux est plus grande que celle des hommes. L'angle de convergence des branches inférieures des os pubiens chez les femmes est de 90 ° (l'arc pubien), chez les hommes, il est égal à 70-75 ° (l'angle des sous-branches).

Fig. 112. La taille du bassin féminin. (Coupe dans le plan sagittal.) 1 - Conjugué anatomique; 2 - vrai conjugué (gynécologique); 3 - taille droite (sortie du bassin); Conjugué 4 - diagonal; 60 ° - l'angle du bassin.

Pour prédire le processus d'accouchement, il est important de connaître la taille du bassin d'une femme. L'importance pratique est la taille et le petit et le grand bassin. La distance entre les deux épines iliaques supérieures et antérieures (spinatum distant) chez la femme est comprise entre 25 et 27 cm, et entre 28 et 30 cm entre les points les plus éloignés des ailes des os iliaques (cristárum distant).

La taille directe de l'entrée du bassin (vrai, ou gynécologique, conjugué - conjugata vera, S. Gynaecologica) est mesurée entre le cap du sacrum et le point postérieur le plus important de la symphyse pubienne. Cette dimension est de 11 cm. Le diamètre transversal (diamètre de l'entrée) du petit bassin - la distance entre les points les plus éloignés de la ligne de démarcation est de 13 cm. Le diamètre oblique (diamètre) de l'entrée du petit bassin est de 12 cm. Il est mesuré entre l'articulation sacro-iliaque. un côté du bassin et l’éminence iléo-pubienne de l’autre côté.

CONNEXIONS DES OS DE LA PARTIE LIBRE DU MEMBRE INFÉRIEUR

Dans la partie libre des membres inférieurs, les articulations du fémur, du tibia et du pied sont isolées.

L'articulation de la hanche (art. Coxae) est formée par la surface lunaire de l'acétabulum de l'os pelvien et la tête du fémur (Fig. 113, 114). La surface articulaire de l'os pelvien augmente en raison de l'acétabulum (lábrum acetabulаe). C'est une formation fibrocartilagineuse fermement épissée avec les bords du cotyle. Au-dessus de l'encoche de l'acétabulum, le ligament transversal de l'acétabulum (lig. Transversum acetábuli) se propage. La capsule articulaire de la hanche est attachée autour du cotyle. Le cotyle est situé dans la cavité articulaire. Sur le fémur, la capsule est fixée le long de la ligne intertrochanter et, derrière celle-ci, sur le col du fémur, près de la crête intertrovester, de sorte que tout le cou se trouve dans la cavité articulaire. La capsule articulaire est forte, renforcée par des ligaments puissants. Dans l'épaisseur de la membrane fibreuse de l'articulation de la hanche se trouve un ligament épais - une zone circulaire (zona orbicularis), recouvrant le col du fémur sous la forme d'une boucle. Ce ligament est attaché à l'iléon sous l'épine iliaque antérieure inférieure. Le ligament ilio-fémoral (lig. Iliofemorale), le ligament bertinien, commence au niveau de l'épine iliaque antérieure antérieure et est attaché à la ligne intertrochanter et a une épaisseur d'environ 1 cm. Il est le ligament le plus fort pouvant supporter une charge maximale de 300 kg. Le ligament pubien-fémoral (lig. Pubofemorale) s'étend de la branche supérieure de l'os pubien et du corps de l'iléon jusqu'à la partie médiale de la ligne intertrochantérienne. Le ligament sciatique-fémoral (lig. Ischiofemorale) est situé sur la surface postérieure de l'articulation. Il commence sur le corps de l'os sciatique, va vers l'extérieur et presque horizontalement, se termine à la fosse trochantérienne du grand trochanter. Dans la cavité de l'articulation se trouve un lien recouvert par la membrane synoviale de la tête fémorale (lig. Capitis femoris), qui relie la tête du fémur au bord du cotyle. Ce ligament joue un rôle dans la période de formation de l'articulation de la hanche chez le fœtus et après la naissance, en tenant la tête du fémur près du cotyle.

Fig. 113. Ligaments de l'articulation de la hanche, à droite. 1 - l'emplacement du sac synovial en peigne iléal; 2 - une partie mince du sac articulaire; 3 - ligament pubien; 4 - membrane de blocage; 5 - tubercule ischiatique; 6 - ligne intertrochanter; 7 - ligament ilio-fémoral.

Fig.114. Articulation de la hanche. (Coupe dans le plan frontal.) 1 - la tête du fémur; 2 - os pelvien; 3 - cartilage articulaire; 4 - cavité articulaire; 5 - un bouquet de tête fémorale; 6 - ligament acétabulaire transverse; 7 - capsule articulaire; 8 - zone circulaire; 9 - lèvre acétabulaire.

L'articulation de la hanche se présentant sous la forme de surfaces articulaires est une articulation en forme de coupe (art. Cotylica) - un type d'articulation sphérique. La flexion et l'extension sont possibles autour de l'axe frontal. Le volume de ce mouvement dépend de la position de la jambe dans l'articulation du genou. La flexion maximale (environ 120 °) est réalisée avec un tibia plié. Lorsque le tibia est étendu, la quantité de flexion (jusqu'à 85 °) est réduite en raison de la tension du groupe postérieur des muscles de la cuisse. L'extension de l'articulation de la hanche est réalisée à petite échelle (jusqu'à 13-15 °) en raison de l'effet inhibiteur de l'iliopEG. Autour de l'axe sagittal de l'articulation de la hanche, le membre est amené et amené par rapport à la ligne médiane (jusqu'à 80-90 °). La quantité totale de mouvements de rotation (autour de l'axe vertical) atteint 40–50 °. Un mouvement circulaire est possible dans l'articulation.

En général, la gamme des mouvements effectués dans l'articulation de la hanche est beaucoup moins grande que dans l'épaule. L'articulation de la hanche est cependant plus forte, renforcée par des ligaments puissants et des muscles puissants.

Sur la radiographie de l'articulation de la hanche (Fig. 115), la tête du fémur est arrondie, avec une fossette de la tête à la surface médiale. Le grand trochanter est situé sur la ligne entre l'épine iliaque antérieure supérieure et le tubercule ischiatique. Les contours de la fente articulaire aux rayons X sont clairs.

L'articulation du genou (art. Genre) est la structure la plus grande et la plus complexe. Il est formé par le fémur, les os du tibia et la rotule. Les surfaces articulaires des condyles fémoraux médial et latéral s'articulent avec la surface articulaire supérieure du tibia et de la rotule (Fig. 116). À l'intérieur de l'articulation, il existe des formes semi-lunaires de cartilage intra-articulaire - ménisques latéraux et médians, qui augmentent la congruence des surfaces articulées et jouent également un rôle amortisseur (Fig. 117). Le ménisque latéral (ménisque latérale) est plus large que le ménisque interne (ménisque interne). Le bord latéral du ménisque épissé avec la capsule de l'articulation. Le bord intérieur aminci du ménisque libre. Les extrémités antérieure et postérieure du ménisque sont liées à l'élévation inter-musculaire du tibia. Les extrémités antérieures des ménisques sont reliées par un ligament transverse du genou (genre Transversum).

Fig. 115. Radiographie de l'articulation de la hanche, à gauche. 1 - épine iliaque postérieure inférieure; 2 - ilium; 3 - écart entre les rayons X de la hanche; 4 - tête fémorale; 5 - grande brochette; 6 - crête intercalaire; 7 - fémur; 8 - petite brochette; 9 - col fémoral; 10 - tubercule ischiatique; 11 - trou de verrouillage; 12 - branche de l'os sciatique; 13 - la branche inférieure de l'os pubien; 14 - la branche supérieure de l'os pubien.

La capsule articulaire de l'articulation du genou est mince. Au fémur, il est fixé à environ 1 cm des bords des surfaces articulaires, du tibia et de la rotule, aux bords des surfaces articulaires. La membrane synoviale forme plusieurs plis contenant du tissu adipeux. Les plus grands plis jumeaux ptérygoïdiens (plicae alares) sont situés sur les côtés de la rotule. De la patella au champ inter-musculaire antérieur, verticalement vers le bas, un pli synovial patellaire non apparié (plica synovialis infrapatellaris) va.

L'articulation du genou est renforcée par les ligaments. Le ligament collatéral fibulaire (lig. Collaterale fibulire) est un ligament extracapsulaire qui s'étend de l'épicondyle latéral du fémur à la surface latérale de la tête du péroné. Le ligament collatéral tibial (lig. Collaterale tibiale), épissé avec la capsule, débute à l'épicondyle médial du fémur et se fixe à la partie supérieure du bord médial du tibia.

Fig. 116. Genou, à droite; vue de face. (La capsule articulaire est retirée, la rotule avec le tendon quadriceps est tirée vers le bas.) 1 - fémur; 2 - ligament croisé postérieur; 3 - ligament croisé antérieur; Ménisque médial 4; 5 - ligament transverse du genou; Ligament collatéral tibial 6; 7 - sac sous-genou profond; 8 - bande rotulienne; 9 - surface articulaire de la rotule; Tendon du tendon 10 - quadriceps; 11 - membrane interosseuse du tibia; 12 - tibia; 13 - péroné; 14 - ligament antérieur de la tête du péroné; 15 - ligament collatéral fibulaire; 16 - ménisque latéral; 17 - condyle latéral; 18 - surface de la rotule.

Fig. 117. Ligaments croisés et ménisques du genou à droite. 1 - bande patellaire; 2 - sac sous-genou profond; 3 - ligament transverse du genou; 4 - capsule articulaire; 5 - ménisque latéral; 6 - ligament collatéral péronier (coupe); 7 - ligament croisé postérieur; 8 - ménisque médial; 9 - ligament collatéral tibial (coupe); 10 - ligament croisé antérieur.

Sur la face postérieure de l'articulation se trouve un ligament poplité oblique (lig. Popliteum obliquum), qui constitue le dernier faisceau du tendon du semi-membraneux (Fig. 118). Ce ligament est tissé dans la paroi postérieure du sac articulaire et est également attaché à la surface postérieure du condyle médial du tibia. Le ligament poplité arqué (lig. Popliteum arcuatum) commence à la surface postérieure de la tête du péroné, se plie en dedans et se fixe à la surface postérieure du tibia. La capsule articulaire est renforcée à l'avant par le tendon du quadriceps fémoral, appelé tendon rotulien (lig. Patellae). Les faisceaux tendineux internes et externes du quadriceps femor, s'étendant de la rotule aux latex nimiques médial et latéral de la cuisse et aux condyles du tibia, sont appelés ligaments patellaires de soutien médial et latéral (rétinacculum patellae medial et ultérieur).

Les ligaments croisés recouverts de membrane synoviale se trouvent dans la cavité de l'articulation du genou, le ligament croisé antérieur (lig. Cruciatum anterius) commençant à la surface médiale du condyle latéral du fémur et se raccordant au champ inter-musculaire antérieur de l'os tibial. Le ligament croisé postérieur (lig. Cruciatum posterius) est tendu entre la surface latérale du condyle médial du fémur et le champ inter-musculaire postérieur du tibia.

L'articulation du genou a plusieurs sacs synoviaux. Leur nombre et leur taille varient individuellement. Les sacs synoviaux sont situés principalement entre les tendons et sous ceux-ci près du lieu de fixation des tendons aux os (Fig. 119). Le sac supra-patellaire (bursa suprapatellaris) est situé entre le tendon du quadriceps et le fémur. La profonde bourse supra-patellaire (bursa infrapatellis profunda) est située entre le tendon patellaire et le tibia. Le muscle tailleur du muscle du tailleur (bursa subtendinea m. Sartorii) est situé près du site de fixation de son tendon au tibia. Le sac sous-cutané pré-genou (bursa subcutanea prepatellaris) est situé dans la couche fibreuse en avant de la patella. La cavité poplitée (recessus subpopliteus) est située derrière l'articulation du genou, sous le tendon poplité.

L'articulation du genou est complexe, complexe (contient des ménisques). La forme des surfaces articulaires de cette articulation condylienne. La flexion et l'extension (volume total 150 °) se situent autour de l'axe frontal. Lorsque la jambe est pliée (en raison de la relaxation des ligaments collatéraux), sa rotation autour de l'axe vertical est possible. La quantité totale de rotation atteint 15 °, la rotation passive - jusqu’à 35 °. Les ligaments croisés inhibent la pronation, tout en effectuant la supination, ils se détendent. La supination est principalement inhibée par la tension des liens collatéraux. La flexion est limitée par la tension du ligament croisé et du tendon du muscle quadriceps de la cuisse.

Fig. 118. articulation du genou; vue arrière 1 - ligament collatéral fibulaire; Ligament poplité arqué 2; 3 - muscle poplité (partiellement enlevé); 4 - membrane interosseuse du tibia; 5 - pied d'oie profond; Ligament collatéral tibial 6; 7 - tendon du muscle semi-membraneux; 8 - ligament poplité oblique.

Fig. 119. Articulation du genou. (Coupé dans le plan sagittal.) 1 - sac supra-genou; Tendon du tendon 2 - quadriceps; 3 - rotule; 4 - la cavité articulaire de l'articulation du genou; 5 - pli ptérygoïdien; 6 - bande rotulienne; 7 - sac podknelennikovaya; 8 - tubérosité tibiale; 9 - tibia; Ménisque 10 - latéral; 11 - le fémur.

Sur les radiographies de l'articulation du genou, les surfaces articulaires des os qui la constituent (Figure 120) sont clairement visibles. La rotule recouvre l'épiphyse distale du fémur. Fente articulaire aux rayons X large, incurvée dans sa partie médiane.

Les os du tibia sont reliés à l'aide de l'articulation interfonctionnelle, ainsi que d'articulations fibreuses continues - la syndesmose tibiale et la membrane interosseuse du tibia.

L'articulation interbuttale (art. Tibiofibularis) est formée par l'articulation de la surface fibulaire articulaire du tibia et de la surface articulaire de la tête du péroné. Les surfaces articulaires sont plates. La capsule articulaire est étroitement étirée, renforcée antérieurement par les ligaments antérieur et postérieur de la tête du péroné (ligg. Capitis fibulae anterius et posterius).

Fig. 120. Radiographie de l'articulation du genou (droite) à l'état déplié (A) et plié (B). Et - vue de face: 1 - fémur; 2 - condyle médial du fémur; 3 - espace articulaire aux rayons X; Condyle médial tibial; 5 - élévation intermicrobienne; 6 - la tête du péroné; 7 - condyle latéral du tibia; 8 - condyle latéral du fémur; 9 - rotule. B - vue de côté; 1 - le fémur; 2 - Fosses Fosses intestinales; Condyle médial tibial; 4 - la tête du péroné; 5 - tibia; 6 - tubérosité tibiale; 7 - le condyle médial fémoral; 8 - le condyle fémoral latéral; 9 - rotule.

La syndesmose interfaciale (syndesmosis tibiofibularis) est une connexion fibreuse continue entre le découpage fibulaire du tibia et la surface articulaire de la base de la cheville latérale du péroné. La syndesmose tibiale antérieure et postérieure est renforcée par les ligaments tibiaux antérieur et postérieur (ligg. Tibiofibularia anterius et posterius). Parfois, la capsule de l'articulation de la cheville (appelée «articulation interfaciale») fait saillie dans la couche de syndesmose.

La membrane interosseuse du tibia (membrana interossea cruris) est une liaison continue se présentant sous la forme d’une forte membrane de tissu conjonctif, tendue entre les bords interosseux des os du tibia et du péroné.

CONNEXIONS DE STOP BONES

Les os du pied sont reliés aux os de la jambe (cheville) et entre eux. Les os du pied forment les articulations des os du tarse, des os du tarse et des articulations des orteils.

L'articulation de la cheville (art. Talocruralis) est de structure complexe, de forme en blocs, formée par la surface articulaire du tibia et les surfaces articulaires du bloc talus, ainsi que par les surfaces articulaires des chevilles médiale et latérale (Fig. 121). En même temps, les os du tibia et du péroné renferment un bloc du talus semblable à une fourchette. La capsule articulaire est attachée derrière et des côtés le long des bords des surfaces articulaires articulaires et à 0,5 cm en avant de celles-ci. Les ligaments sont situés sur les surfaces latérales de l'articulation (Fig. 122). Sur le côté latéral de l'articulation se trouvent les ligaments antérieur et postérieur talus-fibulaire et calcanéen-fibulaire. Tous les ligaments commencent à la cheville latérale et s'évanouissent. Le ligament du péroné du talon antérieur (lig. Talofibulere anterius) est envoyé au cou du talus, le talus dorsal-fibulaire (lig. Talofibulere posterius) - au processus postérieur du talus. Le ligament de la fibula calcanéenne (lig. Calcaneofibuláre) descend et se termine à la surface externe du calcanéum. Sur la surface médiale de l'articulation de la cheville se trouve un ligament médial (deltoïde) (lig. Mediale, seudeltoideum). Berceau de la selle de la selle de la selle de la tibiale (pars tibionaviculare), de la tibial-talon postérieur).

Dans l'articulation de la cheville, la flexion (déplacement du pied vers le bas) et l'extension avec un volume total allant jusqu'à 70 ° sont possibles. La flexion-extension est réalisée par rapport à l'axe frontal. En flexion, de petits mouvements oscillatoires sur les côtés sont possibles.

Les articulations des os du tarse sont représentées par les articulations sous-tartre, talo-coniculaire-naviculaire, transverse du tarse, les articulations calcanéo-cuboïdiennes, en forme de coin et métarsiennes, renforcées par des ligaments dorsaux et plantaires très étirés (Fig. 123).

Fig. 121. Articulation de la cheville et articulation cheville-talon-naviculaire. (Coupe dans le plan frontal.) 1 - os du tibia; 2 - cheville médiale; 3 - le talus; 4 - talon tibial du ligament médial (deltoïde); 5 - ligament talonanique interosseux; 6 - articulation sous-talienne; 7 - calcanéum; 8 - capsule articulaire; 9 - cheville latérale; 10 - articulation de la cheville; 11 - syndesmose interfaciale (articulation); 12 - membrane interosseuse du tibia; 13 - péroné.

Fig. 122. Ligaments de l'articulation de la cheville, à droite (semi-schématique). A - vue de l'extérieur; B - vue intérieure; 1 - capsule articulaire; 2 - ligament talonofibulaire antérieur; Ligament à 3 fourches; 4 - ligament talon-fibulaire; 5 - ligament talo-fibulaire postérieur; 6 - ligament médial (deltoïde).

Fig. 123. Ligaments et articulations du pied, à droite. 1 - tibia; 2 - ligament médial (deltoïde); 3 - ligament talo-naviculaire; 4 - ligament talon-cuboïde; 5 - ligaments dorsaux en forme de coin; 6 - ligaments métatarsiens interosseux; 7 - ligament tarsométatarsien; 8 - ligament en forme de coin arrière; 9 - ligament postérieur cubano-calcanéen; 10 - ligament talus talus latéral; 11 - ligament calcanéo-fibulaire; 12 - cheville latérale; 13 - ligament talonofibulaire antérieur; 14 - ligament tibial-péroné antérieur; 15 - membrane interosseuse du tibia; 16 - cheville médiale.

Fig. 124. Articulations et ligaments du pied, à droite. (Coupe dans le plan sagittal.) 1 - os du tibia; 2 - articulation de la cheville; 3 - le talus; 4 - os du talon; 5 - articulation sous-talienne; 6 - ligament talonanique interosseux; 7 - ligament plantaire long; 8 - cartilage articulaire; 9 - os sesmoïde; Phalange 10 - proximale; 11 - articulation métatarso-phalangienne; Os 12 métatarsien; 13 - articulation tarsométatarsienne; 14 - sphénoïde médial; Joint à 15 coins; 16 - os naviculaire; 17 - articulation cheville-talon-naviculaire.

L'articulation sous-talienne (art. Subtalaris) est formée par la connexion de la surface articulaire du talus postérieur (calcanée) et de la surface articulaire du calcanéum postérieur (talus). Les surfaces articulaires ont une forme identique. Un mouvement par rapport à l'axe sagittal est possible.

Maladies de l'articulation de la hanche et leur traitement

La structure de l'articulation du bassin

Tous les organes du corps humain sont importants et uniques. Son squelette est le système locomoteur. L'articulation de la hanche est l'une des parties les plus grandes et les plus mobiles de ce système, qui détermine en grande partie la mobilité de tout le corps.

Le mouvement est un symbole de la vie elle-même. L'articulation de la hanche relie le haut du torse et les membres inférieurs, assurant leur mouvement. L'articulation elle-même est capable de se déplacer dans plusieurs directions et effectue différents types de mouvements. Par conséquent, une lésion ou une maladie qui en résulte a de graves conséquences.

Anatomie générale

Cette articulation relie les os du bassin et du fémur. C'est un joint en forme de coupe, qui est un type de forme sphérique. À l'aide de nombreux ligaments et formations cartilagineuses, l'articulation articule l'acétabulum de l'os pelvien avec la tête du fémur.

À la jonction, la surface de la tête fémorale est presque entièrement recouverte de cartilage hyalin, à l'exception de la fosse, où le ligament est attaché. La couverture cartilagineuse de l'os pelvien ne se trouve que sur la partie arrondie du cotyle. La surface restante de l'os dans la région de l'articulation est recouverte de fibres sous forme de tissu articulaire lâche et de membrane synoviale (gaine). Sur le bord libre de l'acétabulum, la lèvre fibrocartilagineuse acétabulaire, d'une hauteur allant jusqu'à 6 mm et formée de fibres de collagène, est développée.

La lèvre assure une couverture complète et serrée de l'acétabulum de la tête fémorale. Le volume sous le ligament transversal formé par la lèvre acétabulaire est rempli de tissu articulaire lâche à travers lequel les vaisseaux sanguins et les canaux nerveux sont posés.

Structure de la capsule

La capsule articulaire de la hanche est une formation solide. Il est attaché à l'os pelvien à l'arrière du cotyle. et sur le fémur, il est attaché à deux endroits: à l'avant - le long de la ligne de doublure entre les tours, derrière elle - légèrement à l'opposé de la crête entre les tours.

De cette manière, le sac articulaire se fixe sur les os et entoure les deux tiers du col fémoral et de l’acétabulum.

Avant sur la surface de la capsule articulaire des fibres adjacentes du muscle iliopsoas. L'épaisseur de la capsule dans cette zone est réduite.

Dans certains cas, une formation formant un sac synovial apparaît sur ce site.

Types de ligaments

L'articulation de la hanche contient cinq ligaments majeurs. Dans la partie antérieure, à la surface de l'articulation, se trouve le ligament ilio-fémoral reliant les os pelvien et fémoral entre la région iliaque inférieure et la ligne intertrochantérienne. Ce groupe de fans de leurs fibres recouvre l'articulation de la hanche. Le ligament ilio-fémoral est le ligament le plus fort de tout le système musculo-squelettique d'une personne. La puissance du ligament est due au fait qu'il détermine en grande partie la position verticale de tout le corps d'une personne et qu'il doit permettre un certain freinage lors de l'extension.

Le ligament pubico-fémoral est constitué de fibres suffisamment fines, rassemblées en un faisceau et placées dans la partie inférieure à la surface de l'articulation. Le ligament commence à la partie pubienne de l'os pelvien, descend et est fixé au fémur dans la zone de la petite brochette, jusqu'à la ligne trochantérienne. En passant à l'extérieur de l'articulation, une partie des fibres de ce ligament est tissée dans les tissus de la capsule articulaire. La fonction principale du ligament est l'inhibition du mouvement latéral de la cuisse.

Joint et ses ligaments

Le ligament sciatique-fémoral est situé derrière l'articulation de la hanche. Le début de ce ligament est attaché à l'avant sur la surface de l'os sciatique du pelvis. Les fibres du ligament sciatique-fémoral englobent le col du fémur, certaines d'entre elles sont tissées dans la capsule articulaire. Les fibres restantes sont fixées sur le fémur dans la zone du grand trochanter jusqu'au trou de broche. La tâche principale de ce ligament est de ralentir le mouvement de la hanche dans la direction interne.

Le ligament de la tête fémorale est une structure tissulaire assez lâche recouverte de membrane synoviale. À l'intérieur du ligament se trouvent des vaisseaux se dirigeant vers la tête du fémur. Le début du ligament est fixé dans la fosse de l'acétabulum de l'os pelvien et la fin est fixée dans la fosse de la tête fémorale. Le ligament de la tête fémorale est situé à l'intérieur de la capsule articulaire de la hanche. La force du ligament n’est pas très grande et elle peut facilement s’étirer. Lorsque l'articulation se déplace à l'intérieur, un espace est formé, qui est rempli d'un faisceau de la tête fémorale et du liquide synovial, qui assure la doublure entre les surfaces des os et augmente la résistance. Une touffe de tête fémorale empêche la rotation excessive du fémur vers l'extérieur.

La zone circulaire des ligaments est située à l'intérieur de la capsule de l'articulation de la hanche. Il a la forme d'une boucle qui fait le tour du fémur dans la partie centrale du cou. Cette zone est un mélange de diverses fibres de collagène collectées en fines touffes. Les ligaments dans la région iliaque sont attachés.

Fonctions motrices

L'anatomie de l'articulation de la hanche lui confère une grande liberté de mouvement dans différents plans et directions. L'amplitude maximale du mouvement de l'articulation est autorisée par rapport à l'axe frontal. Cet axe passe par les têtes fémorales. De tels mouvements de l'articulation assurent la flexion et l'extension de la personne. La flexion n'est pratiquement pas limitée aux ligaments et peut atteindre 122º (la restriction de flexion est faite par les muscles abdominaux). L'extension est possible uniquement aux angles jusqu'à 13º. La sédation de l'articulation pour l'extension est fournie par le ligament iléo-fémoral, puisque l'extension de ce ligament se produit. Un mouvement ultérieur du corps en arrière n’est possible qu’au détriment de la région lombaire.

Le deuxième type de mouvement est le déplacement transversal de la hanche par rapport à l’axe sagittal, c’est-à-dire abduction et adduction de la hanche par rapport au corps. L'angle de mouvement est limité à 45º. La grande brochette entrave le mouvement au contact de l'os iliaque. Si la hanche est à l'état courbé, la grosse broche est dirigée vers l'arrière et ne crée pas d'obstacle à l'abduction de la hanche.

Le mouvement de l'articulation de la hanche par rapport à l'axe vertical assure la rotation externe et interne de la cuisse. La norme de l'amplitude de rotation est de 40 à 50 °. Les deux ligaments fémoraux participent activement à l'inhibition de ce type de mouvement.

Enfin, l’exécution sphérique de l’articulation permet un autre mouvement: la rotation du bassin par rapport aux membres inférieurs. L'amplitude de tels mouvements est déterminée par la taille des ailes de l'Ilium et du grand trochanter, ainsi que par l'angle entre l'axe vertical et l'axe longitudinal du fémur. Une influence notable est exercée par l’angle du col du fémur, qui change chez une personne avec l’âge, ce qui explique les changements dans l’amplitude de ces mouvements et, par conséquent, dans la démarche d’une personne avec l’âge.

Par exemple, cet angle pour les nouveau-nés va jusqu'à 150º et pour un homme de 30 ans jusqu'à 125º, pour une femme à 118º.

Caractéristiques de la circulation sanguine dans l'articulation

Le système circulatoire de l'articulation du genou est constitué de plusieurs vaisseaux sanguins. L'approvisionnement en sang est fourni par les artères externes et internes, qui entourent l'os du fémur et s'étendent de son artère profonde, ainsi que par les branches de l'artère acétabulaire et des artères fessières. Le sang s'écoule à travers les veines situées à la surface et à l'intérieur de l'articulation de la hanche. À travers le système veineux de l'articulation, le sang pénètre dans la veine fémorale et, en contournant les vaisseaux veineux de l'obturateur, le flux sortant atteint la veine iliaque. Au bas du système de sortie est connecté au système des extrémités inférieures, qui provient des veines digitales entrant dans la voûte veineuse du pied. À leur tour, les veines marginales internes et externes alimentent les grandes et petites veines saphènes de l'arc.

Le système lymphatique comprend les ganglions lymphatiques et les vaisseaux de transfert. Le drainage lymphatique est effectué dans les ganglions lymphatiques situés autour (à l'extérieur et à l'intérieur) autour des vaisseaux iliaques. Le système nerveux de l'articulation de la hanche est intégré au système nerveux général de la personne par l'intermédiaire des nerfs fémoral, sciatique, obturateur et fessier.

Caractéristiques de l'âge

Les articulations de la hanche se modifient à mesure que le corps mûrit, ce qui est associé à des modifications structurelles des os reliés à l'articulation. Ainsi, chez le nouveau-né, la tête du fémur a une structure cartilagineuse et le noyau de l'ossification ne devient visible qu'à l'âge de six mois. Chez un enfant de six ans, l'ossification augmente en moyenne de 10 fois.

La taille du col du fémur augmente pendant longtemps, sa croissance ne s'arrête que par 20 ans. La formation complète de la structure des os du bassin et du cartilage dans la zone acétabulaire n’est achevée qu’à l’âge de 14-17 ans.

Malformations

Au cours du processus de développement de l'articulation de la hanche lié à l'âge, des défauts peuvent apparaître, qui se manifestent par un développement insuffisant des éléments articulaires ou par leur déformation.

Un défaut dangereux est la dysplasie de la hanche, qui est une formation insuffisante de l'acétabulum de l'os pelvien et du fémur proximal. Le plus souvent, la cause principale de ce défaut est congénitale. Dans le même temps, la dysplasie peut évoluer rapidement vers un déplacement de la tête fémorale chez un enfant.

La dysplasie articulaire peut être classée selon trois degrés de dommage articulaire: pré-luxation, subluxation et luxation. La dysplasie chez un enfant peut apparaître dès les premiers mois de la vie sous la forme d'une abduction de la hanche limitante, de plis cutanés sur la hanche, d'une longueur de jambe réduite et d'une rotation de la jambe vers l'extérieur au repos. À l'âge de 3 à 5 ans, la subluxation d'un enfant peut se manifester par une instabilité ou des boiteries et une luxation provoquée par une démarche trop lourde.

Les anomalies pathologiques importantes, indiquant une dysplasie, sont l’excès de pente du toit acétabulaire, le déplacement de l’extrémité du fémur dans la direction extérieure et ascendante, l’ossification ultérieure de la tête. La cause la plus commune est le déplacement de la tête fémorale, qui est subdivisée en cinq degrés.

La déformation en varus du col fémoral se caractérise par une diminution de l'angle cervico-diaphysaire et un décalage du trochanter. Les principaux symptômes du défaut sont les suivants: boiterie, légère modification de la longueur de la jambe, éversion de la jambe vers l’extérieur, limitation du mouvement de l’articulation.

Blessure due à une blessure

L'articulation de la hanche est sujette à des effets traumatiques fréquents. Les plus courantes sont les ecchymoses, qui se manifestent par une douleur dans la région articulaire ou par une légère restriction de mouvement, des hématomes dans les tissus ou un choc à la zone d'articulation. La luxation traumatique est déterminée par le déplacement de la tête fémorale par rapport à l'os pelvien.

Selon le sens de la déformation, distinguer les dislocations avant, arrière et centrale. Avec des dislocations centrales au bas du cotyle, des fissures sont souvent observées. Les fractures osseuses ont le plus grand impact.

Dans les fractures, en plus de la destruction du tissu osseux, les ligaments et les muscles sont généralement endommagés.

Maladies et leurs causes

Une importante destruction des tissus articulaires se produit dans l'ostéochondrose, qui est une dystrophie de la structure osseuse et du cartilage. La forme la plus caractéristique de la maladie est l'ostéoporose (coxarthrose). Dans cette maladie, le cartilage perd progressivement son élasticité et cesse de remplir pleinement sa fonction, ce qui entraîne une déformation des os. La détérioration de la circulation sanguine entraîne le fait que les muscles commencent à s'atrophier. Les principaux symptômes de la maladie: douleur à la hanche et à l'aine, mobilité limitée de l'articulation, boiterie, affaiblissement des muscles.

Les causes des processus inflammatoires au niveau de l'articulation de la hanche sont souvent liées à une maladie telle que la coxite, qui est généralement infectieuse. Avec cette maladie, la membrane synoviale, les zones osseuses articulées sont affectées. Les premiers symptômes se manifestent sous forme de douleur dans la région pelvienne, de raideur de mouvement, d’augmentation de la température dans la région articulaire. Si la coxite se développe en une forme purulente, les symptômes apparaissent sous la forme d'une position non naturelle du membre, resserrant les jambes.

Des tumeurs de nature différente peuvent se développer sur la capsule articulaire ou les tissus articulaires (cartilage et os). La raison en est le développement de maladies telles que le synoviome, l'ostéome, le chondroblastome, le chondrome, etc. Ces maladies nécessitent généralement une intervention chirurgicale.

La douleur dans l'articulation de la hanche peut être causée par des maladies survenant dans les muscles adjacents à l'articulation. L'hypertonie musculaire est l'une de ces maladies. Dans les formes plus douces, l'hypertonus provoque une gêne et une sensation de raideur, mais peut à l'avenir entraîner des spasmes musculaires, une limitation des mouvements et un blocage des membres. Dans la forme sévère, l'hypertonus peut provoquer un durcissement considérable des muscles et une douleur à l'effort.

Méthodes de traitement

Le traitement de l'articulation de la hanche nécessite principalement une approche thérapeutique et prophylactique. De bons résultats montrent diverses méthodes de physiothérapie. L'ozokérite est donc devenue un matériau précieux pour les traitements de bien-être. L'ozokérite est particulièrement utile dans le traitement de l'arthrose (coxarthrose), de l'ostéochondrose, de la myosite et des conséquences traumatiques. L'ozokérite en raison de sa faible conductivité thermique et de sa base naturelle est devenue la source de la création d'un type de physiothérapie tel que l'ozokérothérapie.

Les techniques thérapeutiques dans le traitement des articulations de la hanche peuvent être basées sur une thérapie manuelle. En particulier, la relaxation post-isométrique est recommandée, ce qui est particulièrement bénéfique pour l'hypertonie musculaire. Cette méthode de thérapie manuelle repose sur une combinaison d'étirement passif des muscles et de travail isométrique pulsé d'intensité minimale. L'articulation touchée est sensible aux charges de vibration, ce qui conduit à l'utilisation généralisée du massage thérapeutique. L'utilisation de pommades et de crèmes est recommandée pour tous les patients. L'endroit endommagé (sujet aux maladies) peut être enduit de divers types de composés chauffants.

Avec une douleur intense et une inflammation sévère, il est difficile de se passer de la méthode de traitement médicamenteux. La dexaméthasone est un médicament glucocorticoïde. Dans le traitement de diverses maladies du système musculo-squelettique, la dexaméthasone s’est révélée fiable et efficace. La dexaméthasone a un effet anti-inflammatoire et analgésique, il n’existe aucune contre-indication aux allergies. Le taux de la drogue devrait être clarifié par un spécialiste.

L'utilisation d'exercices thérapeutiques complexes est nécessaire pour toutes les maladies de l'articulation de la hanche. La vitesse de récupération et le rétablissement de la mobilité dépendent de la manière dont nous renforçons l'articulation de la hanche. Une série d'exercices améliore la circulation sanguine, stabilise l'activité musculaire et restaure l'élasticité des ligaments.

L'intervention chirurgicale est une méthode extrême et n'est utilisée que pour les blessures graves lorsqu'il n'y a pas d'alternative. L'objectif de l'opération est la réduction de l'élément osseux ou le remplacement du tissu articulaire. Récemment, la transplantation (remplacement) de tissu articulaire est devenue un événement banal dans le traitement de cas complexes de maladies ou de blessures. La disponibilité d'une méthode telle que le remplacement de la formation articulaire dans le traitement de la coxite tuberculeuse et des tumeurs revêt une importance particulière.

L'articulation de la hanche est un organe complexe du corps humain. S'il ressent une douleur, un engourdissement ou un choc, des mesures doivent être prises immédiatement. Cette articulation détermine en grande partie les capacités motrices et la stabilisation de tout le corps: toute douleur, tout coup peut entraîner de gros problèmes.



Article Suivant
Nerf pincé dans la hanche: causes, symptômes et traitement de pincement