Fractures du condyle fémoral latéral


Le condyle du fémur joue un rôle important dans la structure de l'articulation du genou. La fracture survient à la suite d'un coup violent ou d'une chute importante. Le condyle externe souffre le plus souvent.
Raisons

Un écart brutal non naturel du tibia sur le côté (extérieur) conduit à la formation d'une fracture isolée. Les ligaments collatéraux ne perdent pas leur intégrité, mais le condyle latéral du fémur est rompu.

Une fracture en forme de Y résultant d'une blessure, lorsque tous les condyles fémoraux sont affectés, apparaît lorsque:

  • collision de pieds redressés en sautant ou en tombant d'une grande hauteur;
  • un coup aux genoux (lors d'un accident). La surface de l'os est broyée en plusieurs fragments.

Types de fracture des condyles osseux de la hanche

En ce qui concerne les genoux sont:

  • fractures de l'empreinte intra-articulaire lorsque la surface de l'articulation est affectée;
  • extraarticulaire.

Les débris aigus blessent les tissus adjacents, coupant les fibres nerveuses et musculaires, les artères et les veines. S'il y a violation de l'intégrité de la peau, ils parlent alors d'une fracture ouverte.

La classification suivante est par gravité:

  • caractère basse énergie. Surviennent plus souvent à un âge avancé en raison de la fragilité de la carence en calcium et distale, ainsi que dans le contexte d’autres maladies du système musculo-squelettique;
  • haute énergie (avec une grande fragmentation osseuse). Casser une jambe de cette manière n’est possible que par négligence.

Symptômes de traumatisme

En cas de légers dommages, la projection de la position de fragments d'os individuels est maintenue, le membre a l'air sain. Dans ce cas, les signes lumineux d’une fracture sont:

  • Douleurs articulaires aiguës et persistantes, ainsi que gêne dans l'ensemble du membre.
  • Hémarthrose. Une hémorragie dans l'articulation provoque un gonflement, un gonflement et une activité physique limitée.
  • La rotule peut augmenter, augmentant le volume de la zone touchée (vote). La palpation en appuyant ne la ramène pas à sa place initiale.

En présence de déplacement, la jambe est anormalement déviée sur le côté:

  • sortir avec un traumatisme latéral;
  • vers l'intérieur lorsque le condyle fémoral est endommagé, en cas de fracture du médial.

Le mouvement est limité, la mobilité latérale pathologique apparaît. Le genou ne peut pas plier du tout. Le membre semble visuellement plus court.

Les symptômes communs incluent:

  • syndrome de la douleur, surtout lorsqu’on essaie de se déplacer dans l’articulation du genou. Tout changement de position est extrêmement désagréable pour la victime;
  • gonflement de la zone endommagée;
  • déformation de l'axe biomécanique à partir du niveau direct due à la perturbation de la structure du squelette. Les fibres nerveuses et musculaires sont comprimées, ce qui peut entraîner de futures complications. Si le patient observe en lui-même le changement de la forme de la jambe, il doit immédiatement consulter un médecin.
  • pied froid. Accompagné d'une peau pâle, indiquant un manque de circulation sanguine normale. Un long clampage des vaisseaux sanguins entraînera des processus nécrotiques et la mort de la partie inférieure du membre;
  • faible sensibilité, sensations étranges sur la peau. Les fibres nerveuses détruites ne transmettent pas les impulsions et ne déforment pas les signaux du cerveau;
  • formation d'hématome. Le sang pénètre dans l'espace extracellulaire adjacent. Ce n'est pas un symptôme dangereux si le processus est lent et ne cause pas de douleur.

Diagnostics

Pour bien comprendre le tableau clinique, le médecin demande les détails de l'accident. La victime doit être informée:

  • les circonstances de l'urgence (comment et quand cela s'est produit, qu'est-ce qui a causé la rupture des deux condyles ou de l'un d'eux);
  • la présence de maladies de fond, en particulier celles associées au système cardiovasculaire, au système musculo-squelettique;
  • sur le diabète, s’il en existe un dans le dossier médical du patient. La maladie complique considérablement les processus de régénération et limite le choix de médicaments acceptables.

Inspection visuelle d'un traumatologue:

  • élimine les autres lésions osseuses ou la présence de vaisseaux brisés (hémorragie interne);
  • examine l'état de la peau pour détecter la présence de déchirures, indiquant une fracture ouverte sans ou avec déplacement;
  • vérifie l'état des terminaisons nerveuses et leur capacité à conduire des impulsions.

La recherche matérielle complète la collecte d'informations et aide à voir l'état caché aux yeux de l'homme, dans lequel se trouvent les condyles fémoraux:

  • Radiographie Capable de montrer une image claire, aide à voir le lieu de la fracture, les complications possibles, déterminer le type de blessure. Dans ce cas, le radiologue fait attention aux articulations de la hanche et de la cheville: elles pourraient également être déformées.
  • Une IRM permet de «regarder à l'intérieur» du genou si un spécialiste soupçonne une fracture du ménisque ou une rupture des ligaments croisés et latéraux lors d'une fracture du condyle latéral du fémur.
  • La tomodensitométrie est le moyen le plus clair et le plus moderne de voir le véritable état des choses. Sur la photo, le médecin voit non seulement la fracture elle-même, mais également des fragments d'os séparés.
  • Autres analyses et examens. Nécessaire pour des lésions présumées à d'autres organes, ainsi que pour une compréhension plus complète de l'état du patient. Ceux-ci comprennent: une échographie, un test sanguin pour les niveaux d'hémoglobine et de leucocytes, une IRM du cerveau, du péritoine et du thorax.

Premiers secours en cas de fracture des condyles fémoraux

Le transport urgent de la victime au centre médical le plus proche est nécessaire. Il n'est pas souhaitable de déplacer le patient avant l'arrivée de l'ambulance. Du syndrome de la douleur devrait être distrait par la conversation et assurez-vous que la personne ne perde pas conscience.

Avec une fracture ouverte, la première chose à faire pour arrêter le saignement et appliquer un pansement antibactérien. Il est permis d'administrer des analgésiques pour prévenir les chocs douloureux.

La fixation des membres est préférable de confier des ambulanciers paramédicaux professionnels. Il y a plusieurs façons de faire ceci:

  • Pneu Dieterix;
  • dispositifs gonflables;
  • matériel improvisé;
  • attacher une jambe douloureuse à une jambe saine.

Lors des premiers soins, il est important de ne pas perturber l'intégrité des vaisseaux sanguins et des fibres nerveuses. Les premiers menacent de provoquer des pertes de sang importantes, et les seconds guérissent longtemps, si possible.

Traitement de fracture

Deux manières principales:

Le choix est fait par le médecin traitant en fonction de la disponibilité de:

  • déplacement de fragments;
  • maladies de fond (maladie cardiaque, diabète, problèmes de vaisseaux sanguins).

À un jeune âge, les personnes désirent généralement non seulement récupérer, mais également parvenir à une restauration complète du membre, ce qui est souvent impossible sans chirurgie.

Dans d'autres cas, en l'absence de complications, des méthodes assez conservatrices ne permettent pas toujours d'obtenir le résultat idéal en termes d'alignement de l'axe de la jambe, mais sont plus sûres et ne nécessitent pas de rééducation à long terme, accompagnées d'un traitement médical actif.

Façon conservatrice

Le principe de base consiste à obtenir une immobilisation maximale de la hanche et du genou. Pour ce faire, appliquez:

  • longettes;
  • plâtre circulaire;
  • plâtre en plastique.
  • légèreté en poids;
  • confort à porter.

Les orthèses ne limitent pas l’activité à 100%, permettant ainsi un petit mouvement sur une amplitude donnée. Les accolades sont utilisées moins fréquemment, et la décision dans ce cas est prise uniquement par un traumatologue ou un chirurgien.

Rayons X réguliers:

  • l'efficacité de la méthode d'immobilisation choisie;
  • vitesse des processus de régénération;
  • déplacement de débris survenu pendant la période de traitement.

Le cal primaire n'apparaît que quelques semaines plus tard. Un tel «repos» est extrêmement nocif pour l'articulation du genou, dont la santé dépend directement de la présence d'activité physique. Si la période d'immobilisation est retardée, la formation d'adhérences et une diminution de l'amplitude disponible sont possibles.

Souvent, les fragments séparés se déplacent avec la contraction musculaire, causant non seulement de la douleur, mais empêchant également la croissance simultanée de tissus normaux. Puisque le callus est formé uniquement sur les os fixes, une opération est nécessaire pour forcer le condyle du condyle avec déplacement. Sinon, la jambe ne pourra pas supporter la charge totale du corps en raison de la formation de fausses articulations.

Traitement chirurgical

  • restauration complète de l'os des débris;
  • élimination du déplacement;
  • reconstruire l'axe du membre.

Lorsque des fragments d’étirement squelettiques sont fixés:

Dans les cas graves, une arthrotomie est nécessaire lorsque le chirurgien ouvre l'articulation du genou blessée. Le reste se limite à l'arthroscopie avec l'introduction d'une caméra vidéo spéciale à l'intérieur de la cavité.

Le choix de la liaison est déterminé par le type et la complexité de la fracture, ainsi que par les capacités de la salle d'opération spécifique. Si le condyle est endommagé, une ostéosynthèse normale est extrêmement difficile à obtenir.
L'opération est accompagnée d'un contrôle constant des rayons x.

Les matériaux et les dispositifs de fixation modernes ne nécessitent pas de coupes importantes, limitées à quelques petites, ce qui affecte:

  • taux de guérison;
  • protection contre les infections;
  • résultat cosmétique.

Période de rééducation

Il est nécessaire de commencer les procédures de rééducation dès que le médecin traitant le permet. L'exercice régulier de la jambe est important pour rétablir un fonctionnement normal et une guérison rapide.

  • Exercise thérapeutique: exercices cycliques pour les articulations, de plus en plus complexes.
  • Physiothérapie Soulage l'inflammation et la douleur, accélère le métabolisme local et améliore la régénération des tissus.
  • Massages Réalisé par un spécialiste. Il accélère le sang, améliore la respiration cellulaire, contribue à l'élimination rapide des toxines.
  • Gymnastique. Une charge adéquate soulagera l'hypodynamie et ne permettra pas aux muscles de s'atrophier pendant la période de rééducation. Peu à peu, ils commencent à entraîner la jambe douloureuse sur un pied d'égalité avec la jambe saine. Tout se passe sous la surveillance d'un médecin.
  • Thérapie CPM. Il est effectué sur un appareil spécial sans tension musculaire. Il peut être appliqué le lendemain de l'intervention.

Après la guérison, il est nécessaire de continuer l’entraînement en l’absence de douleur. Ils peuvent inclure la simple marche ou l'exercice sur un vélo stationnaire.

Avant de commencer à prendre en charge sa jambe blessée, le patient reçoit une consultation sur les points suivants:

  • quelle intensité peut être l'activité physique et la thérapie par l'exercice;
  • combien de temps pouvez-vous retourner au travail, compte tenu de la profession;
  • suspendre ou non l'utilisation de médicaments prescrits antérieurement;
  • comment les diagnostics existants peuvent-ils affecter la période de rééducation et la qualité de la guérison?
  • lorsque la capacité de travail est restaurée.

En outre, le médecin prescrit l'heure des examens de contrôle pour l'analyse visuelle et la nouvelle radiographie.

En outre prescrit des complexes de vitamines et de minéraux avec une teneur élevée en potassium et en calcium Mais les pilules ne suffisent pas pour accélérer la régénération. Une bonne alimentation rétablira l'immunité et aidera le corps à faire face rapidement aux conséquences.

Les repas quotidiens doivent inclure:

  • fromage cottage;
  • des oeufs;
  • les noix;
  • le foie;
  • poisson gras (maquereau);
  • les légumes et les verts.

À la suite d'une blessure aussi grave, toutes les ressources sont jetées sur la guérison du condyle. Une attitude prudente vis-à-vis de leur propre santé aidera à réduire le temps de récupération et à prévenir les conséquences graves.

Prévisions et conséquences

Même après un repositionnement bien effectué des fragments tibiaux, une ostéoarthrose peut survenir. Plus la procédure était mauvaise, plus la probabilité qu'elle se produise était grande.

  • L'axe déformé du membre n'est pas en mesure de répartir correctement la charge entre la cuisse, le genou et le pied. En conséquence, les articulations vont commencer à s’effondrer progressivement sous la pression du poids humain.
  • L'apparition d'un "faux joint" avec épissage incorrect des condyles.

En raison de l'immobilité prolongée de la jambe, l'hypodynamie devient une incapacité à se déplacer normalement. L'amplitude devient limitée, la jambe "grandit ensemble". Parfois, il est impossible de restaurer ses fonctions à la normale.

Après la chirurgie, les effets standards peuvent se développer:

  • dysfonctionnements du système cardiovasculaire;
  • thrombophlébite;
  • perte de sang;
  • embolie.

En cas de contact accidentel avec une infection, un processus purulent se développe à la surface de la peau et à l'intérieur de l'articulation. Dans le second cas, il peut être nécessaire de retirer les dispositifs de verrouillage.

Pour éviter les foyers d’infection, les médecins prescrivent un traitement antibiotique une heure avant l’opération, qui dure plusieurs jours.

Le plus souvent, des caillots sanguins surviennent dans:

Pour prévenir les embolies et le blocage des vaisseaux sanguins sont nommés:

L'automédication est inacceptable. Tous les tests et rendez-vous sont effectués par des médecins: orthopédiste, traumatologue, arthrologue, chirurgien vasculaire, neuropathologiste.

En cas de fracture du condyle interne, il se produit parfois une courbure varus du membre.

Une fracture du condyle à la hanche est une blessure grave résultant d'une forte action mécanique externe. La victime a besoin d'une hospitalisation immédiate pour éviter le développement d'un choc douloureux et l'apparition d'abcès. Le traitement est effectué de manière conservatrice et chirurgicale (en cas de fort déplacement). La restauration de l'activité motrice commence presque immédiatement après la pose de l'attelle et dure plusieurs semaines.

Fractures de la partie distale (inférieure) du fémur - fractures des condyles fémoraux et fractures épisophiles

Fractures de la partie distale (inférieure) du fémur - fractures des condyles fémoraux et fractures épisophiles

Le fémur distal est la partie inférieure du fémur, qui comprend les condyles fémoraux et la région épicondylème (métaépiphyse fémorale). En conséquence, les fractures sont inter-et transmogram et namyslow. Si la ligne de fracture affecte la surface articulaire des condyles formant l'articulation du genou, cette fracture est appelée intra-articulaire. Que sont les fractures du fémur distal et comment sont-elles traitées au mieux?

Le fémur distal est appelé sa partie inférieure, qui participe à la formation de l'articulation du genou. À cet endroit, le fémur est constitué de deux microflexes: externe (latéral) et interne (médial). Un peu au-dessus des condyles passent dans la métaphyse du fémur. À partir du bas, l'articulation du genou est formée par l'os tibial et, à l'avant, par la rotule (rotule).

Si vous regardez les préservatifs de côté, ils ont une forme arrondie, comme une virgule. Cela est nécessaire pour garantir que le fémur glisse le long du tibia pendant la flexion et l'extension. Les condyles fémoraux sont recouverts de cartilage lisse (surface articulaire).

Les condyles fémoraux ont une structure spongieuse - c.-à-d. l'os sur la coupe ressemble à une éponge. Plus haut le fémur a une structure corticale, c'est-à-dire comme un tube aux parois épaisses. Nous n’avons pas attiré votre attention sur ce fait par inadvertance, car la structure spongieuse des condyles fémoraux risque de provoquer un écrasement de l’os à la fracture, ce qui conduit à l’apparition du soi-disant. dépression ou fractures d’impression.

Une fracture des condyles de la hanche peut survenir lors d'une blessure directe (coup de genou sur le tableau de bord de la voiture lors d'un accident, chute du genou), ou indirectement (chute d'une hauteur, etc.).

En raison de la force de la blessure, on peut distinguer les fractures de basse énergie (par exemple, lors d’une chute) et les fractures de haute énergie (par exemple, lorsqu'un pare-chocs de voiture frappe une région de l’articulation du genou). Avec les fractures à haute énergie, davantage de fragments osseux se produisent.

Chez les jeunes, les fractures sont plus susceptibles d’être très énergétiques, telles que les chutes d’une hauteur considérable, les blessures sportives et les accidents de la route. Chez les personnes âgées, les os sont plus fragiles (à cause de l'ostéoporose) et, par conséquent, les fractures ont souvent un caractère à basse énergie (chute d'une hauteur, chute).

Que sont les fractures des condyles fémoraux?

Si la ligne de fracture affecte la surface articulaire du fémur, une telle fracture est appelée intra-articulaire et si la ligne de fracture ne «pénètre» pas dans l'articulation du genou, elle est extra-articulaire. Il existe plusieurs variantes du tracé classique de la ligne de fracture, que vous pouvez voir sur les figures.

Fractures extra-articulaires de la partie distale (inférieure) du fémur. Parfois, de telles fractures sont également appelées fractures épicondritiques du fémur, ou fractures de la métaépiphyse distale du fémur. Dans aucun des trois cas présentés, la ligne de fracture n'affecte la surface articulaire des condyles fémoraux, raison pour laquelle ils sont appelés extra-articulaires.

Fractures intra-articulaires d'une seule feuille. Dans ce cas, il y a fracture d'un seul des condyles (externe ou interne). Gauche - fracture du condyle externe, au centre - fracture du condyle interne, à droite - fracture du bord postérieur du condyle externe (fracture de Hoff (ing. Hoffa))

Fractures délimiques intra-articulaires: fracture des condyles internes et externes. À gauche - une fracture en forme de Y, au centre - une fracture affecte à la fois le condyle et la métaépiphyse (zone épicondyle). À droite - écrasement grave des deux condyles

Les blessures peuvent endommager non seulement les os, mais également les tissus mous (peau, muscles, ligaments, vaisseaux, nerfs). Si la peau est endommagée lors d'une fracture, une telle fracture sera considérée comme ouverte. Les dommages causés aux vaisseaux sanguins, en particulier à l'artère poplitée, lors de la fracture des condyles fémoraux sont très dangereux, car ils peuvent entraîner une hémorragie catastrophique du tibia et même, éventuellement, une amputation. Par conséquent, pour les fractures, il est important de consulter un médecin le plus tôt possible.

Dans la plupart des cas de fracture des condyles fémoraux, une opération est nécessaire - l'ostéosynthèse, au cours de laquelle le repositionnement est effectué (élimine le déplacement des fragments) et attache l'os cassé avec des vis ou une plaque et des vis. Dans certains cas, une goupille verrouillable est utilisée - tige intra-osseuse avec vis. Lorsque les fractures intra-articulaires sont très importantes le plus précisément possible, jusqu’à un millimètre, pour restaurer la surface articulaire, en éliminant le déplacement de fragments. Cela réduira le risque de développer des complications telles que l'arthrose post-traumatique du genou.

L'arthrose post-traumatique peut survenir après des fractures extra-articulaires du fémur distal, si l'axe biomécanique a été perturbé. Cela est dû au fait qu’avec un axe de membre cassé, la charge dans l’articulation du genou sera mal répartie, ce qui entraînera une arthrose post-traumatique.

Cependant, les fractures intra-articulaires des condyles fémoraux constituent toujours une blessure très grave, qui conduit très souvent à une arthrose post-traumatique. À son tour, l'arthrose peut non seulement provoquer une douleur, mais également une amplitude de mouvements limitée et une instabilité de l'articulation du genou.

Les symptômes

Une fracture présumée du fémur distal peut être les signes suivants:

La douleur Au tournant, la douleur est presque toujours présente et elle est grandement améliorée lorsque vous essayez de vous pencher sur la jambe.

Gonflement. Lorsqu'une fracture intra-articulaire se produit, une hémorragie dans l'articulation (hémarthrose) entraîne une sensation de distension et les mouvements qui en résultent peuvent être fortement limités.

Déformation. Pour les fractures du fémur distal, il n'y a généralement pas de déformation significative, mais si vous voyez une courbure significative, c'est la raison d'un appel urgent et urgent à une aide médicale, car cela peut pincer les vaisseaux sanguins et les nerfs.

Pied pâle et froid. Ce symptôme alarmant se produit rarement, mais il nécessite une attention médicale immédiate, car dans ce cas, il existe un risque de troubles circulatoires.

Violation de la sensibilité de la jambe ou du pied. Engourdissement ou chair de poule, les aiguilles peuvent être causées à la fois par des lésions nerveuses à la fracture et par un œdème, qui survient presque toujours à la fracture.

Peu de temps après une fracture à la peau du genou, on peut souvent voir une ecchymose au niveau de la jambe, à la suite du trempage de sang dans les tissus. On appelle souvent cette ecchymose un hématome, mais ce n'est pas toujours vrai. Puis, pendant plusieurs jours voire plusieurs semaines, cette ecchymose diminue progressivement et atteint souvent le pied. C'est un processus normal et il n'a pas besoin d'avoir peur. Une augmentation extrêmement rapide d'une telle ecchymose, une augmentation de l'œdème, une sensibilité altérée, que nous avons déjà écrite ci-dessus, doivent être alertés.

Le diagnostic

Le diagnostic de fracture du fémur distal est établi en fonction des résultats des examens et des méthodes radiologiques. Au cours de l'examen, le médecin vous posera des questions sur les circonstances de la blessure. Essayez d'être aussi détaillé que possible, mais en même temps, racontez succinctement ce qui s'est passé.

N'oubliez pas de signaler les symptômes décrits ci-dessus, le cas échéant (engourdissement, etc.).

La nature de la fracture peut être déterminée par des radiographies réalisées en deux projections: directe et latérale. Parfois, il peut exiger des projections supplémentaires -. Obliques, etc. Le besoin de rayons X supplémentaire déterminée par un médecin - ils peuvent être nécessaires dans le cas où il est difficile de préciser la nature de la fracture sur les radiographies standards.

Radiographie de la fracture epicheliale

Radiographie d'une fracture épichelicale avec un seul fragment

Fracture fiscale intra-articulaire en forme de Y résultant d'un accident. Dans ce cas, il y a toujours une fracture du tibia (marquée par une flèche)

Fracture sévère d'un métis consécutive à un accident (de la collection de l'AO Foundation)

CT (ou tomodensitométrie multicoupe - - scanographie) Toutefois, dans certains cas, les tomodensitogrammes pour déterminer la nature exacte de la fracture ne peut pas être effectuée, puis sur les radiographies. Il n’est pas toujours conseillé d’effectuer un scanner avant les radiographies conventionnelles.

Tomographie calculée montrant la ligne de fracture entre les condyles fémoraux. Dans ce cas, une fracture sur les radiographies traditionnelles n'était généralement pas visible et le diagnostic n'était posé qu'après avoir effectué un tomogramme par ordinateur (CT).

Tomographie calculée montrant un fragment osseux dans la région du condyle interne du fémur. En fait, il ne s’agit pas d’une fracture, mais d’une maladie de König.

L'imagerie par résonance magnétique est moins informative que la tomographie par ordinateur pour diagnostiquer la nature de la fracture. Cependant, c’est précisément à cette étude que l’on recourt souvent lorsque les radiographies classiques des lésions de l’articulation du genou ne montrent aucune fracture et que le médecin commence à rechercher des lésions des ligaments, des mésiases et d’autres structures des tissus mous. Nous considérons ici qu'il est nécessaire de mentionner la fracture du dos du condyle fémoral - appelée fracture de Hoff. Sur les radiographies traditionnelles, il est souvent invisible, mais clairement visible sur une IRM.

Radiographie de la fracture de Hoff (anglais Hoffa). La fracture de la partie postérieure du condyle n'est souvent pas perceptible sur les radiographies conventionnelles - seul un spécialiste peut la voir et alors seulement, s'il "sait ce qu'il faut rechercher"

Imagerie par résonance magnétique (IRM), montrant clairement la fracture de Hoff

Traitement

Il existe deux manières fondamentales de traiter les fractures: conservatrice (sans chirurgie) et opératoire. Le choix du traitement est basé le déplacement de la nature de la rupture des fragments d'os, le mode de vie du patient et les maladies connexes. Naturellement, les jeunes patients avec de grandes exigences fonctionnelles, c'est-à-dire un mode de vie plus actif, sont intéressés aussi bon résultat qui est impossible sans bon axe biomécaniques de restauration précise la surface articulaire. Le traitement chirurgical est préférable chez ces patients. Chez les patients avec de petites exigences fonctionnelles, c.-à-d. Les exigences pour la restauration de la surface articulaire sont moins critiques, menant des styles de vie relativement sédentaires, mais ici, dans de nombreux cas, la chirurgie est nécessaire, sans quoi, dans de nombreux cas, la charge de la jambe deviendra très difficile par la suite.

Le traitement conservateur implique l’immobilisation de l’articulation du genou, c’est-à-dire son immobilisation. Pour cela, des attelles en plâtre ou des moulages en plâtre circulaires sont utilisés. Le gypse peut être remplacé par un matériau polymère (gypse plastique), ce qui est plus facile et plus pratique pour le patient. Toutefois, il convient de rappeler que le "plâtre en plastique" est simplement plus pratique et n’a pas d’effet positif sur la fusion par fracture. De plus, l’immobilisation peut être réalisée avec une orthèse ou un corset, ce qui peut à la fois interdire complètement les mouvements de l’articulation et permettre leur amplitude limitée. Le choix de la méthode doit être effectué avec le médecin. Au cours du traitement, des radiographies de contrôle sont prescrites pour lesquelles le médecin évalue le processus d’accrétion et le déplacement de fragments osseux. La fréquence des radiographies de contrôle déterminées par le médecin.

Pour les fractures des os du fémur distal du mouvement du genou, autant que possible, vous devez commencer tôt afin d'éviter l'apparition de contractures (rigidité), adhérences it.d. Cependant, il est trop tôt pour commencer le mouvement, il est nécessaire d'attendre la formation du callus primaire, ce qui empêchera le mouvement pendant le mouvement. Avec un traitement conservateur, cela nécessite plusieurs semaines, voire plusieurs mois, ce qui nuit à l'articulation du genou. Par conséquent, pour les fractures du tibia proximal, il est souvent conseillé de recourir à la chirurgie.

En outre, lorsque conservateur, c’est-à-dire un traitement non chirurgical est souvent impossible d'immobiliser suffisamment les fragments, ce qui conduit à une plus forte probabilité de fracture pseudarthrose - il ne peut se développer ensemble fixe par rapport à chacun des autres fragments. fractures non syndiquées, parfois appelées faux joints, sledat charge sur la jambe impossible et encore besoin d'une intervention chirurgicale, mais il en semaine sont beaucoup plus compliquées et traumatisante.

Traitement chirurgical. Comme indiqué précédemment, les principaux avantages sont la possibilité d'un fonctionnement plus précis repositionnement c.-à-fragments de gigue, la restauration de l'axe de biomehzanicheskoy et la possibilité de démarrage rapide du mouvement du genou en raison du fait que les fragments d'os sont maintenus ensemble par des vis ou des plaques et des vis (ostéosynthèse). Au cours de l'opération, il est important de restaurer la surface articulaire le plus précisément possible car une arthrotomie peut être nécessaire. ouvrir le genou, mais parfois vous pouvez vous en tirer avec une façon beaucoup moins traumatisante de contrôler le repositionnement - l'arthroscopie. Pour l'arthroscopie, une petite caméra vidéo est insérée dans la cavité articulaire à travers une petite incision de 1 cm de long.

La nature des fractures du fémur distal conduit au fait que, pour éliminer complètement le déplacement des fragments est souvent techniquement impossible (oui, il est parfois nécessaire, car il aurait besoin d'un accès très traumatisant « par pelage » des fragments d'os, de leur infraction d'approvisionnement en sang), de sorte que le chirurgien préfère souvent restauration de l'axe biomécanique.

Sélectionnez la méthode de ostéosynthèse (vis, plaques et de vis, une broche) est déterminée par la longueur de la ligne de rupture et le caractère de sa course, l'équipement technique d'exploitation. Vis d'ostéosynthèse peut être fait à travers de petites incisions 1-2 cm. Mais il est rarement utilisé pour des fractures des condyles du fémur, comme dans ce mode de réalisation, est rarement possible d'obtenir ostéosynthèse stable.

L'ostéosynthèse avec plaque et vis nécessite une incision plus longue. Les plaques et vis modernes permettent à l'ostéosynthèse d'être réalisée de manière peu invasive, à travers plusieurs petites incisions. Pendant l'opération, un contrôle radiologique est nécessaire, ce qui permet d'évaluer l'exactitude de la comparaison des fragments. Essentiellement, distinguer les plaques sans vis dynamique, avec une vis condylienne dynamique, plaques de la lame.

Ostéosynthèse d'une fracture du fémur distal avec une plaque PERI-LOC de SmithNephew

Radiographie des résultats de l'ostéosynthèse d'une fracture de la plaque fémorale distale et des vis. La fracture a grandi ensemble.

Ostéosynthèse d'une fracture du fémur distal avec une plaque et des vis du type DCS (vis condylienne dynamique). Vis dynamique (la plus épaisse dans le diagramme) entre les condyles fémoraux quand ils se cassent

Apparition de la lame et des radiographies de la fracture épicondritique du fémur, fixée par une lame et des vis

Broche intraosseuse rétrograde (intramédullaire) pouvant être utilisée pour l’ostéosynthèse de fractures de la partie distale du fémur. La broche RFN Expert de Synthes est illustrée.

Radiographies d'une fracture du fémur épichelial (à gauche), fixées avec une broche Expert RFN de Synthes

La nature spongieuse des condyles fémoraux détermine la propension aux fractures en retrait. Par exemple, la partie métadiaphyse tubulaire du fémur peut écraser la partie plus molle ngubchaty des condyles fémoraux. Dans de tels cas, il peut parfois être nécessaire de plastifier le défaut osseux avec des copeaux osseux ou un autre matériau ostéoplastique.

Principe de l'ostéosynthèse des fractures épicondyle du fémur par fixation externe

Des complications

Comme nous l'avons noté, les fractures de la partie distale (inférieure) du fémur - des blessures graves, après quoi il peut être l'arthrose post-traumatique du genou. La reposition être plus précisément réalisée, moins la probabilité de développer cette complication, cependant, l'arthrose peut se développer même après le repositionnement plus précis. Le principal inconvénient du traitement conservateur est l'impossibilité de restaurer exactement la surface articulaire et de restaurer l'axe biomécanique. Un axe biomédian courbé conduira à une répartition incorrecte de la charge dans l'articulation du genou, ce qui conduira inévitablement à sa destruction progressive.

Une autre complication d'un traitement conservateur, que nous avons déjà mentionné, est un risque élevé de pseudarthrose de rupture (apparition d'un faux joint), en particulier dans les fractures supracondyliennes.

Étant donné que le traitement conservateur nécessite une immobilisation prolongée de l'articulation du genou, à la suite d'un tel traitement se développent souvent contractures sévères (par exemple, les restrictions persistantes amplitude de mouvement ou raideur), qui sont parfois impossibles à guérir.

À son tour, le traitement chirurgical n’est pas sans complications, qu’on peut diviser en général et en local. Les complications communes incluent des complications cardio-vasculaires périopératoires, les complications thromboemboliques, etc. Heureusement, le niveau actuel de développement de anesthésiologie nous permet de réduire la fréquence de ces complications au minimum.. Les complications locales incluent les complications infectieuses, c'est-à-dire suppurations dans la zone d'opération, qui peuvent être superficielles et profondes. En règle générale, les infections de surface ne présentent pas de problèmes particuliers et les infections profondes peuvent nécessiter le retrait du fixateur (plaque, épingle). Heureusement, la fréquence des complications infectieuses profondes est faible et ne représente qu'une fraction de pour cent. Pour prévenir cette complication, des antibiotiques sont prescrits, qui commencent à être administrés dans les 30 à 60 minutes. avant la chirurgie et se termine au bout de 1 à 3 jours après la chirurgie, à condition que la cicatrisation des plaies postopératoires ne pose aucun problème.

L'échec de la fracture, en particulier de l'épicondylose, peut également survenir après un traitement chirurgical, mais la probabilité de cette complication est moindre qu'avec un traitement conservateur. Les polytraumatismes (fractures multiples), les interventions chirurgicales insuffisamment traumatiques et les complications infectieuses peuvent contribuer à cette complication.

Des complications thromboemboliques, notamment une thrombose des veines de la jambe et de la thromboembolie de l'artère pulmonaire, peuvent survenir au cours d'un traitement chirurgical ou conservateur. Des anticoagulants peuvent être prescrits pour la prévention de cette complication (médicaments spéciaux destinés à prévenir les caillots sanguins: fraxiparine, clexane, warfarine, praxax, xarelto).

Questions à discuter avec votre médecin

Quels sont mes risques individuels avec un traitement chirurgical et conservateur? Quelle méthode de traitement dans mon cas permettra de compter sur le maximum de succès?

Comment cette blessure affectera-t-elle la fonction de l'articulation à l'avenir?

L'un de mes facteurs individuels peut-il influencer l'issue du traitement (comorbidités telles que diabète, etc., mauvaises habitudes, tabagisme)?

Si, néanmoins, une ostéoarthrose post-traumatique se développe, comment peut-elle être traitée dans mon cas?

Comment puis-je me servir pleinement après l'opération?

Quand puis-je marcher ou marcher sur ma jambe avec un traitement conservateur et chirurgical dans mon cas?

Quand puis-je retourner au travail si mon travail est lié à...?

Dois-je prendre des médicaments pour prévenir les complications thromboemboliques? Quoi, comment et pour combien de temps?

Quand dois-je effectuer des examens de contrôle?

Réhabilitation

Après la chirurgie, dans de nombreux cas, une immobilisation avec des longuets en plâtre ou des orthèses est nécessaire, mais il est parfois possible de s'en passer si la stabilité de l'ostéosynthèse n'est pas mise en doute par le chirurgien. Le terme d'immobilisation (immobilisation) est déterminé par le médecin, mais après l'opération, en raison de la liaison des fragments d'os avec des structures métalliques, les mouvements peuvent être démarrés plus tôt. En postopératoire, ainsi qu'en traitement conservateur, des radiographies de contrôle sont effectuées périodiquement. Des instructions vidéo sur les exercices de rééducation après une blessure au genou sont disponibles dans la section appropriée de notre site.

Classification, manifestations et traitement de la chondromalacie à condyle fémoral

Contenu:

Le fémur est le plus gros os tubulaire du corps. Son extrémité distale se dilate et passe dans deux condyles - le médial et le latéral, dotés de surfaces articulaires avec le chondral, nécessaires à l'articulation avec l'os tibial et la rotule, formant l'articulation du genou. Ce dernier est un lieu d'application de stress physique intense et de blessures fréquentes. En conséquence, les composants osseux de l'articulation et ses couches cartilagineuses sont affectés. La chondromalacie de l'articulation du genou (y compris les condyles internes et externes) est une occurrence fréquente, qui sera discutée dans cet article.

Le processus destructeur du tissu chondral du genou est appelé chondromalacie. Le joint reste parfois intact. Dans certains modes de réalisation, il agit contre l'arthrose et l'arthrite.

Classification

Afin d'évaluer les dommages causés au tissu cartilagineux dans la pratique traumatologique, il existe une classification correspondante, basée sur le degré de destruction du cartilage. Il est principalement utilisé en orthopédie pratique:

  • 1 degré. La couche cartilagineuse est au stade initial de ramollissement et en état d'oedème.
  • 2 degrés. Le tissu chondral se fissure, une séparation du plan cartilagineux en fibres isolées se produit. À ce stade, seule une petite zone de cartilage est touchée - jusqu'à 12,5 mm.
  • 3 degrés. On observe une fissuration et une séparation couche par couche intensive en fibres. La surface de la lésion dépasse déjà 12,5 mm.
  • 4 degrés. La destruction atteint la formation osseuse, un défaut cartilagineux important se développe.

Image symptomatique

Le tableau clinique comprend les manifestations:

  1. Syndrome de douleur C'est un personnage gémissant ou acéré, semblable au spasme. Dans certains modes de réalisation, l'articulation articulaire est blessée exclusivement sur la face antérieure (en cas d'atteinte de la rotule) ou latérale (selon la lésion du condyle latéral ou médial), et parfois sur tout le plan du genou.
  2. Sensation de crissement lors de l'exécution d'actes moteurs (en montant ou descendant les escaliers).
  3. Blocus de la jonction articulaire. Ils ont le nom "soft" en raison de la clinique effacée.
  4. Restrictions de mobilité mineures. Souvent, l’amplitude des actes moteurs reste toutefois entière aux III-IV art. peut être légèrement limité.
  5. Gonflement de l'articulation du genou. Développé en raison de la présence possible du processus inflammatoire.
  6. Instabilité dans l'articulation. Dans certains modes de réalisation, il est décrit subjectivement comme glissant. Observé dans 30% des cas.

Diagnostiquer

Le principal moyen de confirmer le diagnostic est l'arthroscopie, qui consiste en une inspection de la cavité articulaire à l'aide d'un endoscope et d'une IRM. Le diagnostic peut également être effectué sur la base de données radiographiques.

Événements médicaux

Des mesures thérapeutiques sont déjà nécessaires même avec le degré initial du processus de destruction, car après ce dernier commence le processus d’endommagement de la composante osseuse, qui conduit à une déformation de l’arthrose du genou.

Souvent, le processus inflammatoire dans la membrane synoviale interne (synovite) se joint à la destruction.

Un liquide s’accumule parfois dans la cavité, ce qui aggrave le processus.

Le complexe médical comprend des techniques conservatrices et chirurgicales.

Traitement conservateur

Une telle thérapie est efficace dans les premiers stades de la maladie (degré I et II). Dans ce cas, les procédures de physiothérapie sont utilisées en association avec des médicaments.

  1. Physiothérapie et thérapie par l'exercice. Il est recommandé de limiter la charge physique sur les arthrites. Lorsque la thérapie par l'exercice est recommandée, faites attention aux exercices pour renforcer les muscles fémoraux à 4 têtes. De physiothérapie devrait être appelé magnétothérapie, ultrasons et thérapie au laser.
  2. Traitement de la toxicomanie. Les produits pharmaceutiques de base sont les NVSP (diclofénac, nimésulide et leurs analogues). Ils contribuent à éliminer le processus inflammatoire au niveau des articulations du genou et à soulager la douleur. Le traitement avec ces médicaments est à la fois long et court dans le but d'éliminer rapidement l'image symptomatique. Il est nécessaire de prendre en compte les effets secondaires de ces médicaments.

Des chondroprotecteurs à base de chondroïtine et à base de glucosamine sont également utilisés. Dans certains cas, le traitement médicamenteux est associé à l'acide hyaluronique. L'introduction dans ce cas est exclusivement intra-articulaire et est réalisée pendant une longue période.

Intervention chirurgicale

Aux stades IV et III de la destruction chondrale, une intervention chirurgicale est principalement indiquée.

Préliminaire nécessairement évaluer le degré de dommage au cartilage. Ceci est fait pendant une arthroscopie diagnostique, cela vous permet également de déterminer la tactique de la procédure chirurgicale.

Période postopératoire

Sa durée dépend du type de manipulation chirurgicale. Pendant la chirurgie endoscopique, le patient hospitalisé ne passe pas plus de 7 jours, puis un traitement ambulatoire est fourni.

Les charges physiques complètes sont autorisées à partir de 3-4 semaines. L'immobilisation du membre n'est pas réalisée. Avec la dissection complète de l'articulation, la période postopératoire est considérablement allongée.

Dans le cas de la plastie ostéo-cartilagineuse, il est nécessaire d'appliquer un pansement en plâtre sur le membre inférieur pendant une période allant jusqu'à un mois. Une activité physique modérée n'est autorisée qu'après six semaines.

Après toute intervention chirurgicale, les procédures de rééducation sont prescrites sous forme de procédures physiothérapeutiques, de thérapie par l'exercice et de conditions de natation en piscine.

À propos, vous pouvez également être intéressé par les matériaux GRATUITS suivants:

  • Livres gratuits: "TOP 7 exercices néfastes pour les exercices du matin, que vous devriez éviter" | "6 règles d'étirement efficace et sûr"

  • Restauration des articulations du genou et de la hanche en cas d'arthrose - Vidéo gratuite du webinaire, qui a été réalisée par le docteur en thérapie du sport et en médecine sportive - Alexander Bonin

  • Cours gratuits sur le traitement des maux de dos dispensés par un médecin certifié en physiothérapie. Ce médecin a développé un système de récupération unique pour toutes les parties de la colonne vertébrale et a déjà aidé plus de 2000 clients souffrant de divers problèmes de dos et de cou!

  • Vous voulez apprendre à traiter un nerf sciatique? Ensuite, regardez attentivement la vidéo sur ce lien.

  • 10 éléments nutritionnels essentiels pour une colonne vertébrale en bonne santé - dans ce rapport, vous apprendrez ce que votre régime alimentaire quotidien devrait être afin que vous et votre colonne vertébrale gardiez toujours un corps et un esprit en bonne santé. Information très utile!

  • Avez-vous l'ostéochondrose? Ensuite, nous recommandons d'explorer des méthodes efficaces de traitement de l'ostéochondrose lombaire, cervicale et thoracique sans médicament.

    Fractures du fémur

    Épiphysiolyse traumatique de la tête fémorale

    L'épiphysiolyse traumatique de la tête est plus fréquente chez les adolescents à la suite d'une chute. Il y a un mélange mutuel des fragments - la tête est tournée et est déplacée vers l'arrière et vers le bas depuis le cou, le fragment distal (cou) est déplacé vers le haut, vers l'avant et le segment est placé dans la position de rotation externe,

    Clinique Plaintes de douleur dans la hanche, dysfonctionnement du membre, le membre est placé en position de flexion dans les articulations de la hanche et du genou et en rotation externe. La radiographie en 2 projections clarifie la localisation de la fracture et la nature du déplacement.

    Traitement. L'élimination du déplacement peut être obtenue par un repositionnement manuel simultané, une méthode d'extension et une opération.

    Dans les cas récents, une réduction fermée en une étape est réalisée sous anesthésie générale - le membre est fléchi à angle droit dans les articulations de la hanche et du genou; La fixation est réalisée avec un plâtre de coke ou un bandage de Whitman. La durée d'immobilisation est de 10-12 semaines. Dans la suite de la thérapie de réadaptation et permettre la charge dosée (marcher avec des béquilles). Le chargement complet est autorisé 4 à 5 mois après la blessure.

    Le repositionnement est effectué par la méthode de la traction permanente du squelette dans les fractures. L'aiguille est maintenue sur le condyle fémoral. Initialement, la traction sur la longueur s'effectue dans la position d'une petite adduction de membre et d'une rotation externe; pour éliminer le déplacement sur la longueur, le membre est constamment rétracté et tourné vers l'intérieur. La durée de l'étirement est de 10-12 semaines. Dans le processus d'étirement, un massage est effectué, le mouvement dans les articulations adjacentes. Le développement des mouvements de l'articulation de la hanche commence après 8 semaines. Une charge mesurée est autorisée pendant 1 à 1,5 mois après la cessation de l'étirement, en 4 à 5 mois.

    Si les méthodes fermées échouent, elles effectuent un repositionnement et une fixation ouverts avec des structures métalliques (aiguilles épaisses, clous à trois lames). L’immobilisation après traitement chirurgical est réalisée avec un plâtre, comme après réduction fermée. La durée d'immobilisation et le moment de la restauration de la controverse du membre sont les mêmes.

    Fractures médiales du col fémoral

    Ces blessures sont liées à des fractures intra-articulaires et se retrouvent le plus souvent chez les personnes âgées et les personnes séniles. La partie articulaire de l'extrémité proximale du fémur chez les personnes âgées n'a pas suffisamment de sang, car les vaisseaux du ligament de la tête sont oblitérés et que le sang ne se fait qu'au détriment des vaisseaux de la région de broche. Cette circonstance détermine le fait du développement fréquent de la nécrose aseptique de la tête ou de la pseudarthrose. La fracture des fragments en cas de fracture cervicale médiale ne survient que par ostéogenèse endostéale et est donc possible avec un repositionnement parfait, un contact étroit entre les fragments et une immobilité absolue dans la zone de la fracture.

    Clinique Lorsque la fracture du col de l'utérus est touchée, les patientes se plaignent de douleurs à l'aine, aggravées par la marche ou par une charge axiale du membre. Les mouvements actifs et passifs de l'articulation sont généralement préservés, moyennement douloureux. Un signe pathognomonique d'une fracture incluse est une douleur accrue à l'articulation lorsque vous essayez de soulever la jambe avec une résistance supplémentaire (pression de la main sur le genou). Le doute sur le diagnostic résout la radiographie en 2 projections.

    Toute la diversité de ces fractures peut être divisée en valgus (ou abduction) souvent impactée et en varus (ou adduction) pour lesquels la séparation des fragments osseux est typique,

    En cas de fracture du varus au cou, la capacité de soutien du membre est cassée, les mouvements actifs de l'articulation de la hanche sont impossibles. Le symptôme «talon collé» est défini - le patient ne peut pas soulever la jambe, le membre est en position de rotation externe et de flexion modérée des articulations de la hanche et du genou. En cas de fracture par balles, lorsque la hanche est décalée en longueur, une expansion notable de la région hélicoïdale et un raccourcissement du membre.

    Traitement. Avec la fracture incluse, les mesures correctives doivent viser à prévenir la désintégration. Ceci est réalisé de différentes manières: 1) ils sont immobilisés avec un plâtre circulaire de Whitman sans pied. Ce pansement peut être appliqué à des personnes physiquement fortes, pas vieilles. La durée d'immobilisation est de 2-3 mois, la capacité de travail est rétablie après 4-5 mois. La tenue des fragments à l'état imprimé peut être obtenue en appliquant une traction constante avec des poids faibles. C'est la méthode de traitement applicable si la comorbidité ou le traumatisme combiné nécessite l'observance du repos au lit. La durée de la prolongation est de 2 mois, la charge mesurée en 3-4 et la pleine - en 5 mois; 2) l'observance du régime orthopédique peut être obtenue en utilisant une botte de dérivation pendant 2 mois avec le régime ambulatoire du lit du patient. La charge dosée est autorisée après 3-4, et complète - après 5-6 mois; 3) la stabilisation opérationnelle de la fracture incluse est proposée comme mesure de prévention de la séparation éventuelle des fragments. Cette méthode de traitement est utilisée pour les fragments vkolachivanii instables chez les patients présentant un tonus musculaire accru (paralysie spastique) ou une agitation motrice possible (épilepsie).

    Lorsque les fractures de varus peuvent utiliser plusieurs méthodes de traitement; extension, immobilisation, opératoire et formation d'un faux joint.

    La comparaison des fragments et leur rétention à l'adhésion par la méthode d'étirement constant peut être utilisée chez les jeunes, chez qui l'absence de pathologie concomitante des systèmes respiratoire et cardiovasculaire permet un repos prolongé au lit pendant 12 semaines. La sauvegarde de l'apport sanguin à la tête fémorale grâce aux vaisseaux du ligament rond chez les jeunes laisse espérer une possibilité de consolidation. À la fin de l'étirement, une charge mesurée est autorisée, à pleine charge après 5-6 mois.

    La méthode de traitement d’immobilisation implique la fixation avec du plâtre circulaire Whitman après un repositionnement fermé en une étape. Cette dernière est réalisée sous anesthésie intra-articulaire ou générale, et comprend une traction séquentielle le long de la longueur en position de rapprochement du membre et sa légère flexion jusqu'à l'élimination du déplacement mais sa longueur, suivie d'un abduction et d'une rotation interne du membre. Après le contrôle des rayons X dans 2 projections, appliquez un plâtre. Durée d'immobilisation - 2, 5-3 mois. Charge complète - 4-6 mois. Cette méthode de traitement peut être appliquée aux jeunes qui peuvent supporter les inconvénients d'un grand plâtre. Les méthodes de traitement chirurgicales comprennent diverses méthodes d'ostéosynthèse ou.

    La méthode d'ostéosynthèse avec un clou à trois lames est très répandue. La chirurgie peut être effectuée de manière fermée et ouverte. Le repositionnement ouvert est effectué sous anesthésie générale, il est indiqué pour les fractures irréductibles (interposition) ou en l'absence de possibilité d'effectuer un contrôle par rayons X au cours d'une intervention chirurgicale. Dans d'autres cas, une ostéosynthèse extra-articulaire est réalisée. Comparaison des fragments effectuée par l'une des méthodes de la table orthopédique après injection intra-articulaire préalable de 15 ml de solution de novocaïne à 1-2%. L'opération est réalisée sous anesthésie locale ou neuroleptanalgésie avec l'utilisation de différents guides (Petrov-Yasnov, Kaplan, aiguilles à tricoter) avec contrôle radiologique des principales étapes de l'opération - comparaison, position du guide, maintien du fixateur. Pour assurer la stabilité du membre au début de la période postopératoire, il est conseillé d'utiliser une botte dérotionnelle. En période postopératoire, des mesures sont prises pour prévenir les complications dans les systèmes respiratoire et cardiovasculaire. L'apprentissage du déplacement à l'aide de béquilles commence 2 à 3 semaines après l'opération, la charge mesurée est autorisée après 3 à 4 mois et la charge complète entre 5 et 6 mois après l'opération. Un contrôle dynamique aux rayons X du déroulement des processus de réparation est effectué tous les 1,5 à 2 mois. Cette méthode de traitement est indiquée pour les personnes âgées et l’âge sénile.

    Les endoprothèses dans le cas d'une fracture médiale du col du fémur sont indiquées pour les fractures sous-capitales multiples et en cas de perturbation de l'apport sanguin au fragment proximal, déterminé par angiographie ou utilisation d'isotopes radioactifs. Le plus souvent utilisé endoprothèses de Moore. L'intervention chirurgicale est réalisée sous anesthésie générale. Les mouvements du membre opéré commencent 10 à 12 jours après l'opération, marchant avec des béquilles avec une charge mesurée - après 2-3 semaines, à pleine charge - après 1, 5-2 mois après l'opération. Si la pathologie comorbide chez les personnes âgées ne permet pas l'utilisation des méthodes de traitement déjà décrites, la fusion ne se produira pas et les patients développeront une pseudarthrose. La prise en charge de ces patients doit prévoir une activation motrice maximale, qui constitue l’un des moyens les plus efficaces de prévenir les complications trophiques et les complications des systèmes respiratoire et cardiovasculaire. cela oblige les patients à se forcer au lit. La méthode la plus efficace pour soulager la douleur est l’injection intra-articulaire de solutions concentrées (solution de novocaïne à 2%) d’anesthésiques ou l’anesthésie par conduction prolongée des nerfs fémoral et obturateur. L'anesthésie est généralement réalisée avec un intervalle de 2-3 jours à 3-4 fois. Dans des conditions d'analgésie, des mouvements actifs sont réalisés dans l'articulation de la hanche, le patient est débarqué au lit, grimpant avec des béquilles. Les mouvements actifs et passifs précoces contribuent à la formation de pseudarthroses. La prophylaxie orthopédique pour le développement d'une position fixe de rotation externe du membre est réalisée à l'aide d'une botte ou d'une attelle dérotée.

    Fractures intertrochantériennes et intercraniennes du fémur

    La zone de l'hélicoptère est une métaphyse du fémur et consiste en un tissu spongieux bien alimenté en sang, ce qui entraîne une perte de sang importante en cas de fracture dans cette zone et la formation d'hématomes importants. Les fractures de la région trochantérienne se développent bien ensemble, mais la restructuration osseuse finale prend beaucoup de temps. Par conséquent, la charge sur le membre pour éviter la formation de déformation en varus est possible au plus tôt 3-4 mois. Un nombre important d'attachements musculaires dans cette zone forme une sorte de gaine de tissu conjonctif empêchant le déplacement important de fragments en longueur.

    Il existe des fractures intertrochanter, transversion et isolées de grands et de petits biais. Le mécanisme des fractures est plus fréquent qu'une ligne droite - tombant sur la zone de la brochette, moins souvent - se tordant.

    Clinique En cas de fracture de la région trochantérienne, en plus des plaintes de douleur et de dysfonctionnement du membre, il existe un gonflement marqué sur la surface antérieure (hématome), une rotation externe du membre, un symptôme de "talon collé".

    Traitement. La méthode d'immobilisation pour les fractures de la région trochantérienne en tant que méthode de traitement indépendante n'est pas utilisée ou est rarement utilisée en raison de la lourdeur du pansement et de l'impossibilité de prévenir l'apparition d'une déformation en varus du membre.

    La méthode de traitement d'extension est utilisée chez les jeunes et les personnes âgées en l'absence de leur pathologie thérapeutique concomitante (maladie cardiaque pulmonaire), ce qui empêche de rester au lit à long terme. L'aiguille est maintenue sur les condyles fémoraux, le poids initial est de 3-4 kg, le repositionnement des fragments est réalisé à l'aide de petites charges de -5 à 6 kg. La durée de l'étirement du squelette est de 6 semaines, puis l'étirement du squelette est remplacé par de la colle à 2 semaines. La charge dosée est autorisée après 2, 5-3 mois, complète - après 3, 5-4 mois.

    La méthode opératoire du traitement des fractures intertrochantériennes et interversionaires est de plus en plus utilisée chez les personnes âgées qui ont des difficultés à résister à un plâtre de grande taille ou à un séjour prolongé au lit lors de l'utilisation d'une traction permanente. La stabilisation opérationnelle de la fracture est réalisée avec une forme angulaire (l'angle de la structure doit correspondre à celui du cou-diaphysaire), dont l'une des branches est insérée dans le cou et la tête et la seconde est fixée à la diaphyse à l'aide de vis. Les structures détachables sont plus pratiques à utiliser et consistent généralement en un recouvrement à trois lames et un recouvrement diaphysaire. Le fonctionnement de l'ostéosynthèse de la fracture hélicoïdale est plus sévère et difficile comparé à l'ostéosynthèse de la fracture du col du fémur et nécessite une préparation plus longue et plus approfondie. L'intervention chirurgicale est réalisée sur une table orthopédique, sous anesthésie locale ou générale.

    La position stable du membre au début de la période postopératoire est obtenue en utilisant une botte dérotionnelle. Lorsque les liens sont sains après la suppression des sutures, la marche avec des béquilles est autorisée, la charge mesurée est autorisée après 1, 5 mois, la charge complète - après 2, 5-3 mois.

    En présence d'une pathologie thérapeutique grave, lorsque l'application des méthodes de traitement décrites ci-dessus est impossible, la mise en place du membre orthopédique est respectée en utilisant une botte dérotionnelle à rotation zéro du membre (la rotule est tournée en avant). Avec cette gestion, les fractures se développent ensemble dans une position de varus. Cependant, l'allaitement est plus facile.

    Fractures isolées du plus grand biais

    Le plus souvent, il s’agit d’une blessure directe, rarement fracturable par déchirure de type apophizeolyse, due à une tension musculaire excessive.

    Clinique Les plaintes de la douleur dans le grand trochanter, une violation de l'enlèvement d'un membre et des mouvements de rotation. La capacité de support du membre est sauvegardée. On remarque un gonflement et des ecchymoses dans la région de la broche; les personnes minces peuvent facilement palper un fragment de la broche.

    Traitement. Les fractures isolées de la plus grande brochette du bol sont de nature annulaire et sont difficiles à obtenir avec un repositionnement anatomique. La méthode de choix consiste à utiliser un adhésif permanent qui s’étire dans la position d’abduction maximale des membres. Durée de l'étirement -3-4 semaines. Deux semaines après le début du traitement, il est nécessaire de commencer la réduction progressive du membre jusqu'à la position physiologique moyenne. La charge axiale à la fin de l'étirement n'est pas limitée.

    Avec un grand déplacement du fragment monolithique du grand trochanter, sa fixation opérationnelle avec une vis est montrée. Après l'opération, le membre est placé en position d'abduction, le repos au lit est observé pendant 3 semaines. La charge axiale est autorisée à la fin du repos au lit. L'invalidité est rétablie après 5-7 semaines.

    Fractures isolées du petit biais

    Ils sont détachables et rares.

    Clinique Des plaintes de douleur à l'aine, aggravées par la flexion du membre, parfois un gonflement, une sensibilité à la palpation sont perceptibles. Symptôme de Ludloff de Pathognomonic: un patient assis ne peut pas plier la jambe dans l'articulation de la hanche, car à cette position du membre, la flexion est réalisée par contraction du muscle iliopsoas. Le diagnostic est clarifié par rayons X.

    Traitement. Il est possible d’approcher une petite brochette déchirée et déplacée en modifiant la position de la jambe - le membre doit être plié à angle droit, légèrement réduit et tourné vers l’extérieur. Le maintien du membre dans cette position pendant 4-5 semaines est possible avec un plâtre ou un adhésif permanent. La méthode d'extension du traitement est préférable car elle vous permet de modifier progressivement la position limite du membre au cours de la dernière semaine d'étirement, empêchant ainsi la formation de la position vicieuse du membre. À la fin de l'immobilisation, la charge du membre est autorisée. Il faut conseiller aux jeunes de s’abstenir de tout effort excessif au cours de l’année.

    Fractures du fémur

    Les fractures diaphysaires sont le plus souvent causées par des blessures directes, moins souvent indirectes. Les fractures du fémur, même fermées, s'accompagnent d'une destruction importante des tissus mous et donc d'un syndrome douloureux douloureux et d'une perte de sang. Ces facteurs sont à l’origine du développement fréquent de chocs, et si ce n’est pas le cas, ces patients doivent être considérés comme très dangereux et doivent être traités par un traitement anti-choc avec un remplacement adéquat de la perte de sang, en particulier pendant le traitement chirurgical. Les caractéristiques des attachements musculaires à travers le fémur provoquent le déplacement typique de fragments lors de fractures à différents niveaux. Il y a des fractures de la diaphyse dans les tiers supérieur, moyen et inférieur.

    En cas de fracture dans le tiers supérieur, l'extrémité proximale est courbée et tournée vers l'extérieur (action du muscle iliopsoas) et est également rétractée (muscles de la cuisse abducteur). L'extrémité distale des muscles à deux articulations est déplacée sur la longueur et la traction des muscles adducteurs.

    Pour les fractures du tiers moyen, seuls les muscles articulaires ont un effet sur les fragments et, par conséquent, seul un décalage de longueur est typique.

    En cas de fracture du tiers inférieur, le fragment distal sous l'action de 2 têtes du muscle gastrocnémien attachées aux condyles est déplacé en arrière, ce qui crée un danger ou conduit à la compression du faisceau neurovasculaire. Par conséquent, la suppression d'une telle compensation doit être effectuée de manière urgente.

    Clinique Les fractures de la diaphyse du fémur perturbent de manière significative l'état général du corps, il s'agit souvent d'un choc. Gonflement défini localement, violation de la configuration de la cuisse, déformations angulaires, raccourcissement, position passive dans la rotation externe du fragment distal. Avec le déplacement important des fragments en largeur, il est parfois possible de palper pour déterminer les extrémités droites des fragments d'os.

    Traitement. Dans le traitement des fractures diaphysaires du fémur, 3 méthodes principales sont possibles; immobilisation, extension et opérationnel.

    En tant que méthode d’immobilisation indépendante, elle est assez rarement utilisée, car même avec des fragments parfaitement appariés dans un plâtre, un décalage peut se produire. Il peut être utilisé pour les fractures chez l'enfant sans déplacement ou pour les fractures avec déplacement angulaire, qui sont facilement éliminées lors de l'imposition d'un plâtre ou de manière progressive lors du traitement. Cette méthode est souvent utilisée comme auxiliaire.

    La méthode de traitement d'extension est indiquée pour les fractures avec un grand plan de fracture (oblique, écaillé). Selon le niveau de la fracture, les systèmes de traction permanente ont leurs propres caractéristiques. Pour les fractures dans le tiers supérieur de l'aiguille est réalisée dans la région épicondylienne de la cuisse. La charge initiale sur la charge squelettique est de 4-5 kg. Le membre est posé en laisse à 100-110 ° et la flexion des articulations du genou et de la hanche à un angle de 130-140 °.

    Augmente progressivement les charges sur le squelette jusqu’à 6-8 kg. La magnitude des poids est déterminée par le degré de développement musculaire, la magnitude du déplacement des fragments sur la longueur, la prescription de la fracture, le degré de lésion musculaire.

    Pour les fractures du fémur dans le tiers médian du membre, une position physiologique moyenne est fixée. L'élimination du mélange en longueur est obtenue en augmentant le poids, les déplacements en largeur sont éliminés en réduisant les boucles.

    Le repositionnement du fragment distal postérieur déplacé avec des fractures du fémur dans le tiers inférieur est effectué par une direction particulière de la poussée squelettique et de la position particulière du membre. Si la longueur du fragment le permet, l'aiguille à tricoter passe à travers les condyles ou la région de l'épicondyle. Il est plus opportun de tenir 2 rayons à une distance de 1, 5-2 cm Il est permis de tenir les rayons pour la tubérosité tibiale. Les membres donnent une position avec une flexion importante dans l'articulation du genou (parfois à angle droit), le pied est placé dans la position de la flexion plantaire. Cette situation entraîne la relaxation du muscle gastrocnémien, ce qui élimine la cause active du déplacement. La traction pour la traction squelettique est effectuée dans 2 directions: dans l’axe de la cuisse et antérieurement perpendiculairement à l’axe du fragment distal. Le poids initial le long de l'axe du membre est de 4–5 kg, contre 2 à 3 kg sur le repo-spoke. Au fur et à mesure que le fragment distal est retiré de la région poplitée, la direction de l'extension dans le «paramètre» a également changé. En l'absence de signes de compression du faisceau neurovasculaire, la comparaison des fragments est effectuée par augmentation progressive des poids et de la période habituelle (2-3 jours). En présence de tels signes de repositionnement doit être forcé, parfois montré l'utilisation et l'appariement manuel. Une condition préalable à ce repositionnement est une anesthésie complète et une relaxation musculaire suffisante, obtenue par anesthésie locale, conductrice ou générale.

    La durée de la traction squelettique avec fractures diaphysaires est de 6 semaines avant la formation du callus primaire. À l'avenir, vous pourrez poursuivre le traitement avec une méthode fonctionnelle en remplaçant le système de traction du squelette par une période de collage de 2 semaines par des exercices thérapeutiques, puis en passant à la marche à l'aide de béquilles. Cette méthode de référence est plus progressive, car elle permet de restaurer les mouvements des articulations au moment où la fonction de support du segment endommagé est fournie. À l'expiration de l'extension squelettique, il est possible d'utiliser l'immobilisation avec un plâtre circulaire pendant une période de 4 à 6 semaines. Cependant, une telle prise en charge du patient entraîne la formation de contractures d'immobilisation, qui nécessitent alors des exercices thérapeutiques à long terme dans des conditions stationnaires. Le changement de méthode d'extension du traitement en immobilisation est souvent une mesure forcée lorsque le besoin d'évacuer le patient se fait sentir, avec une consolidation retardée. La charge dosée sur le membre est résolue après 2-3 mois, en tenant compte du plan de fracture, de la gravité des processus de réparation. L'invalidité est rétablie après 4-6 mois.

    Le traitement chirurgical des fractures de la diaphyse du fémur est indiqué avec une interposition marquée qui empêche toute comparaison, avec des fractures doubles avec déplacement du fragment intermédiaire, avec des fractures difficiles à maintenir en état de repositionnement, avec atteinte du faisceau neurovasculaire. Dans ce dernier cas, la chirurgie est effectuée dans un ordre urgent.

    La méthode d'ostéosynthèse intramédullaire avec des bâtonnets de différentes conceptions a été la plus largement utilisée pour les fractures diaphysaires du fémur. La méthode de l’ostéosynthèse est fondamentale. Le plus souvent, des pinces métalliques de longueur et d'épaisseur appropriées sont sélectionnées en fonction de la taille de l'os. Une telle fixation ne fournit pas de stabilité au site de fracture et nécessite nécessairement une fixation externe supplémentaire avec un plâtre pendant la période postopératoire. D'autres méthodes incluent l'utilisation de pinces métalliques épaisses avec alésage du canal médullaire sur toute la longueur de la bascule (méthode de Kücher). Après une telle stabilisation de la fracture, l’immobilisation externe n’est pas utilisée et les patients ont droit à une charge mesurée pour guérir la plaie. Lors de l'application de l'immobilisation externe, la charge mesurée commence après 6 semaines, la durée d'immobilisation est de 2 à 4 mois. L'invalidité est rétablie après 4-6 mois.

    Fractures des condyles fémoraux

    Ce sont des lésions intra-articulaires. Le tissu spongieux des condyles est bien approvisionné en sang; leurs dommages sont donc accompagnés d'une hémarthrose marquée. Un grand nombre d'éléments ostéogènes actifs dans l'os spongieux du condyle favorise une bonne consolidation des fractures. Cependant, la restructuration finale du callus a lieu sur une longue période (3-4 mois) et un chargement prématuré peut entraîner une perturbation de la congruence des surfaces articulaires en raison de la «sédimentation» des condyles. Il existe des fractures isolées de l'un des condyles et des fractures des deux condyles. D'un point de vue clinique, il convient de distinguer les fractures des condyles sans déplacement, les fractures des préservatifs avec déplacement et les fractures des condyles, compliquées par des lésions de l'appareil ligamenteux ou des ménisques du genou. Le mécanisme de fracture peut être direct et indirect.

    Clinique La douleur est localisée dans la région de l'articulation du genou; l'attention est portée à la finesse des contours de l'articulation, à la saillie des torsions (hémarthrose), à ​​la palpation douloureuse, à la rotule en cours d'exécution. Au déplacement de l'un des condyles, une déviation latérale du tibia est perceptible. Les mouvements actifs sont nettement limités, les douleurs passives; détermination possible de la mobilité pathologique dans l'articulation. Cependant, ce symptôme ne doit pas être appelé à dessein, car lorsqu’on essaie de le reproduire, il est possible de déplacer le condyle cassé. Il est nécessaire de mener une étude aux rayons X en 2 projections.

    Traitement. En cas de fracture des condyles sans déplacement, le traitement peut être effectué de 2 manières: extension et immobilisation. Le système de colle permanente qui s'étend sur la cuisse et le tibia dans la position presque tendue du membre est réalisé pendant 6-8 semaines. Au moment de la formation des pointes osseuses primaires (4 semaines) commence la gymnastique médicale à l'articulation du genou dont l'intensité augmente avec la compétition. La charge dosée est autorisée après 2, 5 ou 3 mois, en tenant compte de l'âge du patient, de son poids, des caractéristiques axiales du membre inférieur (par exemple, avec déviation naturelle du valgus de la jambe, la charge au niveau de la fracture du condyle externe est autorisée après la fracture de la partie interne). Les mêmes facteurs sont pris en compte pour permettre une charge complète après 4-5 mois.

    En cas de changement des condyles sans déplacement, il est possible d’utiliser l’immobilisation avec un bandage circulaire ou longitudinalement admissible pendant 4 à 5 semaines. Ce qui suit est montré gymnastique thérapeutique avec l'utilisation de la traction de la peau pendant 3-4 semaines. Le dosage et la charge complète sont autorisés dans le délai spécifié ci-dessus.

    En cas de rupture des deux condyles avec déplacement, le repositionnement des fragments est réalisé en utilisant les rayons avec des plates-formes de support, qui peuvent être fixés dans l'appareil d'Ilizarov, Volkov-Oganesyan. Une forte fixation des fragments offre la possibilité de mouvements précoces dans l'articulation.

    Le repositionnement des préservatifs peut également être obtenu par la méthode de la traction permanente du squelette. Dans ce cas, l'aiguille est réalisée à travers la tubérosité tibiale, le poids initial est de 3–4 kg et la traction cutanée sur la cuisse avec une charge de 3 kg. Le membre est placé dans la position d'un petit coude. Le décalage en longueur est réalisé par une charge longitudinale, le mélange en largeur est éliminé par repositionnement manuel ou par boucles latérales opposées, mais après élimination du décalage en longueur. Le mouvement dans l'articulation du genou peut commencer avec prudence immédiatement après l'appariement. Durée de l'étirement 8 semaines, 6 semaines de squelette et 2 semaines de colle. Charge dosée après 3 mois, complète à 4,5-5 effectuée,

    En cas de fracture des condyles avec un mélange, compliquée par une lésion de l’appareil ligamentaire ou un ménisque de l’articulation du genou, un traitement chirurgical est préférable. L'opération consiste en une juxtaposition ouverte des condyles et une fixation à l'aide de la lame latérale et des vis, l'appareil ligamenteux déchiré est suturé, les ménisques endommagés sont enlevés. La fixation à l'aide d'un pansement en plâtre dure 4 semaines, suivie d'une gymnastique thérapeutique. La charge sur le membre opéré après 3-4 mois.

    Lorsqu'une fracture isolée de l'un des préservatifs se mélange par la longueur, éliminez la déviation du tibia vers l'extérieur avec une fracture du condyle interne ou médialement avec une fracture de l'extérieur, en mélangeant en largeur - en comprimant les condyles.

    Epiphysiolyse de l'épiphyse fémorale distale

    Relativement rare. En fonction de la morphologie de la fracture, l'épiphyseolyse et l'ostéoépiphysolyse se distinguent lorsque la plaque de métaphyse se sépare en même temps que l'épiphyse. L'épiphysiolyse peut être sans décalage et sans décalage. Il existe des types de déplacement en extension et en flexion. Le mécanisme des dommages est direct et indirect (fixation soudaine du pied et de la jambe tout en maintenant le corps en mouvement). Une épiphysiolyse peut survenir pendant l'accouchement.

    Clinique À l'épiphyseolyse sans déplacement, on note un gonflement modérément prononcé dans la région de la métaépiphyse distale, une hémarthrose modérée, des mouvements de l'articulation du genou sont possibles, mais une contracture du réflexe fléchisseur parfois prononcée.

    Lorsque l'épiphysiolyse avec un mélange de déformation marquée du genou est perceptible, un gonflement important. Lorsque le type d'extension du déplacement se produit souvent un paquet neurovasculaire pressé, qui est accompagné d'une sensation d'engourdissement dans le régime alimentaire du membre de lin. Dans la thrombose de l'artère poplitée - signes d'ischémie des membres.

    Traitement. La comparaison de la glande pinéale peut être réalisée par repositionnement manuel, par la méthode de traction constante et par chirurgie. Le repositionnement manuel est utilisé pour l’épiphysiolyse fraîche sans complications. Veillez à utiliser une anesthésie générale. Avec le déplacement en extension, la réduction est effectuée comme suit: la jambe inférieure est placée perpendiculairement à l’axe de la cuisse, la poussée est effectuée derrière la jambe inférieure le long de l’axe de la cuisse jusqu’à ce que le mélange soit éliminé en longueur, puis le fémur proximal est déplacé en avant et l’épiphyse est déplacée en arrière. Dans ce cas, il est conseillé d'effectuer de petits mouvements de rotation du bas de la jambe. La comparaison est contrôlée par radiographie. L'immobilisation est réalisée en position de flexion du genou de 4 à 8 semaines, en fonction de l'âge de la victime. Par la suite, un traitement physiofonctionnel persistant est présenté car la nature intra-articulaire du dommage provoque une restriction du mouvement de l'articulation. Dans le type d'épiphyseolyse en flexion, le déplacement sur la longueur est éliminé, comme dans le cas d'une extension. Le décalage en largeur et dans la direction antéropostérieure est éliminé en déplaçant le tibia en avant tout en le redressant. Immobilisation - en position d'extension dans l'articulation du genou.

    Une comparaison de la glande pinéale par la méthode de traction permanente du squelette est présentée pour les lésions éventées sans troubles vasculaires concomitants. L'aiguille traverse la tubérosité tibiale ou l'épiphyse déplacée. L'extension est réalisée en position de flexion du tibia, après élimination du déplacement en longueur, la comparaison en largeur est réalisée à l'aide des boucles de réglage. Après avoir atteint la position, l'extension au niveau de la fracture d'extension est réalisée dans la position de flexion du tibia, avec le type de flexion, l'extension est lentement étendue à la position physiologique moyenne. Durée de l'étirement - jusqu'à 4 semaines. Après 2-3 semaines, commencez les exercices thérapeutiques. La charge est autorisée un mois après la fin de l'immobilisation ou de l'étirement. Le traitement chirurgical est indiqué pour les lésions du faisceau neurovasculaire (thrombose, artère poplitée comprimée). Réaliser une cartographie ouverte de l'épiphyse de l'ostéosynthèse à plusieurs rayons. Ensuite, le flux sanguin principal est rétabli. Après l'opération, l'immobilisation avec un plâtre circulaire dans une position qui ne provoque pas la tension du vaisseau reconstruit est obligatoire.



  • Article Suivant
    Commentaires sur marutaka massage des pieds