Ce qui est le plus souvent causé par le syndrome tonique musculaire


Le syndrome musculo-tonique est caractérisé par un spasme musculaire, qui survient de manière réflexe, principalement lors du développement de maladies dégénératives de la colonne vertébrale, entraînant une irritation du nerf innervant la partie externe de la capsule nerveuse intervertébrale.

Le syndrome douloureux musculo-tonique est une manifestation fréquente de l'ostéochondrose.

En outre, le syndrome survient lorsqu’une charge excessive sur le dos ou des charges statiques prolongées. Étant donné que, pendant des charges statiques prolongées, les muscles sont constamment sous tension, il y a violation du flux veineux et formation d'un œdème des tissus entourant le muscle.

L'enflure est due à un spasme musculaire. Des muscles denses et spasmodiques pressent les récepteurs nerveux et les vaisseaux situés à l'intérieur des fibres musculaires, ce qui entraîne l'apparition d'un syndrome douloureux persistant.

Par réflexe, à cause de la douleur, le spasme musculaire augmente encore plus. Un cercle vicieux se forme entre spasme, gonflement des tissus et manifestations douloureuses.

Cependant, les spasmes musculaires permanents à long terme passent d'une réaction de défense à un processus pathologique et peuvent entraîner des modifications des muscles et altérer leur fonctionnement.

La manifestation du syndrome est caractérisée par la tension musculaire, son compactage et son raccourcissement, ce qui réduit l'amplitude des mouvements.

Il existe deux types de tonus musculaire accru:

  • diffuse, caractérisée par une implication locale limitée du muscle;
  • muscles et fléchisseurs et muscles extenseurs généralisés et impliqués.

L'augmentation du tonus musculaire peut être modérée et prononcée. Avec hypertonus modéré - le muscle est douloureux à la palpation, dans le muscle il y a un phoque.

Lorsqu'il est exprimé - le muscle est très dense et douloureux à la palpation, le massage et la chaleur entraînent une augmentation de la douleur. Faites également la distinction entre le tonus musculaire renforcé compliqué et non compliqué.

Un compliqué est caractérisé par l'apparition d'une douleur uniquement dans le muscle et compliqué par l'irradiation de la douleur dans les zones voisines. La version compliquée de la douleur est une violation de la microcirculation et la compression des structures vasculaires et neurales.

Souvent, avec le syndrome musculo-tonique, des points déclencheurs sont formés, ce qui est un signe de l'apparition du syndrome de la douleur myofasciale.

Le baume sportif pour articulations de Dikul est une baguette magique pour de nombreux athlètes et personnes qui travaillent d'arrache-pied.

Pourquoi est-il important d'identifier et de commencer le traitement à temps pour le diagnostic du syndrome lombaire radiculaire?

Types de syndrome

Les syndromes musculo-toniques les plus courants:

  1. Paroi antérieure de la poitrine. Caractérisé par la simulation des manifestations de la douleur dans l'angine de poitrine. Il diffère de l'angine de poitrine par l'absence de modifications de l'ECG. En se déplaçant, la douleur diminue.
  2. Muscle scalène antérieur. Elle se caractérise par une augmentation du tonus des muscles scalènes, éventuellement par la formation d'un syndrome de tunnel. Avec ce syndrome, il se produit une irritation du faisceau neurovasculaire et une violation de l'innervation du nerf ulnaire. Il y a une augmentation des manifestations douloureuses lorsque vous tournez et redressez la tête. Souvent, le syndrome affecte un côté.
  3. Muscle oblique inférieur de la tête. Elle se caractérise par des douleurs dans la région du cou du côté du muscle spasmodisé et leur intensification lors des tours de la tête.
  4. Petit muscle pectoral. Caractérisé par un abduction excessive de l'épaule et son déplacement aux côtes. En conséquence, le plexus et l’artère brachiaux sont pincés, ce qui provoque une perturbation de l’approvisionnement en sang et une innervation du membre.
  5. Syndrome musculaire en forme de poire. Il se caractérise par une compression du nerf sciatique par un muscle de la cuisse en rotation. La douleur dans ce syndrome est similaire à la douleur dans la radiculite. Parfois, il y a une sensation d'engourdissement dans le membre inférieur.
  6. Le muscle iliopsoas. Il se caractérise par la présence de modifications dégénératives de la colonne lombaire et de blocages musculaires dans le segment thoraco-lombaire. Il peut être associé à des maladies affectant la cavité abdominale et les organes pelviens.
  7. Syndrome de la côte scapulaire. Elle se caractérise par une douleur sur le site de projection de l'angle supérieur de l'omoplate, un craquement et une diminution du volume des mouvements. Ce syndrome découle de modifications dégénératives de la colonne cervicale.
  8. Syndrome des muscles, étirement du large fascia de la cuisse. Il est caractérisé par la présence de changements dégénératifs dans la colonne lombaire, peut se produire par réflexe, à la suite de maladies de l'articulation de la hanche ou de modifications des articulations sacro-iliaques.
  9. Spasmes convulsifs du muscle gastrocnémien. Dernière quelques secondes ou quelques minutes. Le facteur qui provoque est souvent la flexion rapide du pied.
  10. Spasmes convulsifs du dos. Caractérisé par la localisation principalement au milieu du dos. Il y a différentes durées. Dans les muscles extenseurs, on trouve souvent des points de déclenchement.
  11. Lumbodynie avec syndrome musculo-tonique. Elle se caractérise par une douleur subaiguë ou chronique dans la région lombaire. Se produit en raison de l'atteinte des racines nerveuses de la moelle épinière lors de virages serrés, de levées de poids, de blessures, etc. Il peut apparaître à la fois à droite et à gauche.
  12. Cervicalgie avec syndrome musculo-tonique. Le syndrome tonique musculaire de la colonne cervicale est caractérisé par une douleur dans la colonne cervicale, accompagnée d'une restriction de la mobilité du cou, d'une douleur et d'un spasme des muscles du cou. Parfois, des vertiges et des troubles visuels se produisent. Souvent, la maladie survient soudainement. Chez les enfants, ce syndrome ne se produit presque jamais.

Signes et symptômes

Le syndrome présente des symptômes caractéristiques, dont le principal est une douleur douloureuse, qui peut se propager à de grandes parties du corps du patient.

Tout le côté droit ou gauche du dos peut faire mal, et peut-être toute la région cervicale avec la partie supérieure du dos. Très rarement, généralement lors d'exacerbations, le patient est en mesure d'indiquer avec précision l'emplacement de la douleur.

Comme la douleur est si courante, il est très difficile de la tolérer. Chez une personne souffrant de ce syndrome, le sommeil est perturbé. Il ne peut pas dormir toute la nuit à la recherche d'une position moins pénible.

Un symptôme très typique du syndrome musculo-tonique prononcé est la présence de nodules musculaires, les endroits les plus douloureux.

Ils s'appellent des points de déclenchement. Avec un long processus dans les fibres musculaires touchées, des sels de calcium se déposent, ce qui se manifeste sous la forme de formations denses et douloureuses.

Méthodes de traitement de la douleur

Le traitement du syndrome tonico-musculaire doit commencer par l’élimination de la cause du spasme musculaire, c’est-à-dire la guérison de la maladie principale.

Par conséquent, le traitement dépendra de l’état pathologique qui l’a conduit.

Traitement de la toxicomanie

Pour le traitement des spasmes musculaires utilisé un traitement médicamenteux.

Attribuez des relaxants musculaires, des médicaments qui entraînent un relâchement musculaire. Ceux-ci incluent Mydocalm et Sirdalud. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, tels que voltaren, moval, sont utilisés pour réduire la douleur et soulager l’inflammation.

Parfois, ils procèdent à des injections locales d’analgésiques et de glucocorticoïdes pour arrêter la formation d’impulsions qui se forment aux points de déclenchement.

Techniques supplémentaires

L'utilisation de la thérapie manuelle et du massage normalise le tonus musculaire et contribue ainsi à la réduction de la douleur.

L'acupuncture contribue à la normalisation des impulsions le long des fibres nerveuses, ce qui réduit également la douleur. Parfois, des choses orthopédiques spéciales sont utilisées pour réduire la charge sur la colonne vertébrale.

Diverses procédures physiothérapeutiques, telles que l'électrophorèse et les courants diadynamiques, contribuent à améliorer la circulation sanguine dans les muscles.

Pour les hernies discales, un traitement chirurgical est effectué.

Il existe des méthodes spéciales, telles que la thermodiscoplastie au laser, lors de sa mise en œuvre, les disques intervertébraux modifiés sont irradiés avec un laser spécial.

Cette procédure provoque la croissance des cellules cartilagineuses et accélère ainsi les processus de récupération. Appliquer cette méthode pour le traitement du syndrome du muscle de poire.

Prévention

Les procédures physiothérapeutiques sont utilisées pour prévenir les spasmes douloureux. Après une thérapie pour la prévention des spasmes et le maintien du tonus musculaire, des exercices de physiothérapie sont prescrits avec une série d'exercices spéciaux.

En cas de symptômes du syndrome devrait consulter un médecin dès que possible. Avec un traitement opportun, il est possible de prévenir l'apparition de spasmes musculaires persistants.

Symptômes du syndrome musculo-tonique de la colonne cervicale

Le syndrome musculo-tonique de la colonne vertébrale dans la région cervicale se manifeste par une douleur intense et douloureuse lors de l'inclinaison de la tête et de sa rotation latérale (droite-gauche). En même temps, de graves maux de tête et vertiges se produisent et la vision diminue progressivement.

Raisons

Il est important de comprendre que le syndrome psycho-végétatif (dû par exemple à la dépression, au stress) dans le corps viole la régulation du tonus musculaire des muscles de la région cervicale près de la colonne vertébrale, des muscles du visage et de la tête. Par conséquent, il se produit une céphalée de tension ou un syndrome musculo-tonique.

Avec une variété de manifestations cardiovasculaires, broncho-pulmonaires et gastro-intestinales, se développe le syndrome musculo-tonique de la colonne cervicale inférieure et thoracique. Pour le traitement de la douleur dans la colonne lombaire et les jambes et des manifestations pelviennes-sexuelles, le syndrome musculo-tonique de la colonne thoracique et lombo-sacrée inférieure est diagnostiqué.

Selon les recherches, la pathologie du tissu conjonctif, acquis ou congénital, pourrait se manifester par un syndrome musculo-tonique. À son tour, il devient ensuite la cause du développement de l'ostéochondrose, car les formations de tissu conjonctif de la colonne vertébrale sont constituées des plaques de commutation des disques entre les vertèbres, le noyau pulpaire, l'appareil ligamentaire.

Caractéristiques spéciales

Douleur dans la région cervicale due à ses caractéristiques anatomiques:

  • grande mobilité des vertèbres;
  • abondance de muscles pour la mise en œuvre de mouvements multidirectionnels;
  • arrangement des vaisseaux et des nerfs.

Les muscles du cou se contractent de manière réflexe lorsque les récepteurs articulaires et ligamentaires de la colonne cervicale sont irrités et en raison de la surcharge tonique des muscles de la nuque. Des douleurs au cou et à la tête peuvent apparaître pour les raisons suivantes:

  • l'emplacement du cou dans une position inconfortable et un long séjour dans cette position;
  • posture incorrecte;
  • mode de vie sédentaire;
  • grand effort physique sur le cou;
  • soulever et porter des poids constamment;
  • effets de la température (surfusion);
  • stress émotionnel (syndrome psycho-végétatif);
  • le manque d'oligo-éléments et de vitamines dans le sang;
  • fumer

Facteurs prédisposants

Avant de commencer le traitement du syndrome musculo-tonique de la colonne vertébrale dans le cou, il est nécessaire de déterminer les facteurs prédisposants et les causes de sa survenue. Les symptômes de la douleur dérangent avec ces maladies:

  • ostéochondrose;
  • spondylose (croissance épineuse de tissu osseux le long du bord du corps vertébral);
  • protrusion ou hernie discale entre les vertèbres;
  • arthrose des articulations;
  • spondylarthrite ankylosante ou spondylarthrite ankylosante;
  • dysfonctionnement des articulations arc-dorsal;
  • syndrome myofascéral;
  • blessures vertébrales au cou;
  • ostéomyélite, méningite, hémorragie, abcès pharyngé ou épidural.

Les symptômes

Le syndrome musculo-tonique de la colonne cervicale se manifeste:

  • poids dans le cou;
  • mouvements obstrués (raideur du cou lors de la rotation et de la flexion de la tête), en particulier dans la spondylarthrite ankylosante avec progression;
  • céphalées écrasantes et lancinantes;
  • douleur vertébogène sur le fond de la maladie;
  • gonflement et douleur lors de la palpation du cou;
  • douleur non vertébogénique due à une thrombose, à l'étirement des muscles et des ligaments, à la méningite, à une hémorragie, à un abcès pharyngé et épidural;
  • instabilité de la pression artérielle;
  • vertige léger;
  • crunch en tournant le cou avec l'irradiation de la douleur au bras;
  • le bruit et la douleur dans la tête, ne passant pas après l'utilisation d'analgésiques;
  • température sur le fond de l'ostéomyélite.

Traitement

Le plus dangereux est considéré comme le syndrome de l'artère du cou ou le syndrome sympathique postérieur. Elle provoque des douleurs, une vision, une ouïe et des troubles de l’appareil vestibulaire ou des problèmes cardiaques. Il est difficile à traiter en raison de la pression des vaisseaux sanguins qui transportent le sang vers le cerveau de la tête. À savoir:

  • les massages ne sont pas toujours pleinement utilisés;
  • des listes de médicaments non stéroïdiens contre l'inflammation sur fond d'ostéochondrose, d'arthrose et d'autres maladies vasodilatatrices et de médicaments contre les vertiges sont complétées.

Est important. En cas d'utilisation d'appareils cervicaux spéciaux pour éliminer la compression, la thérapie par l'exercice doit être poursuivie afin d'éviter une récurrence du syndrome.

Traitement de la toxicomanie

La première aide nécessaire au syndrome tonico-musculaire cervical est l'anesthésie en ambulatoire ou en hospitalisation avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS): injections, comprimés, pommades, gels, dans les cas difficiles - corticostéroïdes avec une approche individuelle pour chaque patient.

Le traitement est effectué avec des acides:

  • les salicylates (aspirine);
  • pyrazolidines (phénylbutazone);
  • les dérivés de l'acide phénylacétique (Diclofenac);
  • dérivés de l'acide indole acétique (indométhacine);
  • oxicam (Meloxicam, Piroxicam);
  • dérivés de l'acide prolionique (kétoprofène pour la douleur ou ibuprofène).

Ils soulagent la fièvre, l’inflammation, la douleur liée au flurbiprofène, les crampes musculaires et la douleur associée à Mydocalm, Sirdalud, Voltaren, Movalis. Ces médicaments sont largement utilisés, mais ils entraînent de graves effets secondaires.

Le plus grand potentiel de sécurité pour l'homme (moins d'effets secondaires) dans les préparations: Movalis, Tenoktila, Xefocam.

L'utilisation de la physiothérapie et de la thérapie manuelle

Le traitement concomitant est effectué à l'aide d'un massage thérapeutique et prophylactique dans la région musculo-tonique. Cela aidera à éliminer la douleur et les spasmes, à restaurer les impulsions nerveuses dans la zone des spasmes musculaires.

Pour réduire la charge sur les zones de syndrome musculo-tonique et obtenir un effet orthopédique, les corsets sont portés. En cas de hernie intervertébrale, une thérapie manuelle ou une intervention chirurgicale est suivie d'un traitement médicamenteux.

La charge de médicament sur le corps est réduite et un effet thérapeutique durable est obtenu par l'acupuncture. La physiothérapie est réalisée avec des courants diadynamiques (DDT), sinusoïdaux (SMT) - forez avec des substances médicamenteuses: Euphylline, Sulfate de magnésium, thérapie magnétique.

Ils réduisent la douleur, normalisent le tonus musculaire et créent un corset musculaire adéquat à l'aide de la thérapie par l'exercice, ce qui est également important pour la prévention du syndrome musculo-tonique.

Syndrome tonique: symptômes et traitement

Le syndrome tonique musculaire est considéré comme l'une des manifestations les plus courantes de l'ostéochondrose. Souvent, cette condition est associée à une gêne dans la colonne vertébrale. Ensuite, nous analysons ce qui constitue un syndrome musculo-tonique. Les symptômes et la thérapie seront également abordés dans l'article.

Informations générales

Le syndrome tonique est un spasme. Il se pose par réflexe sur le fond des pathologies dégénératives de la colonne vertébrale. En règle générale, le syndrome musculo-tonique est provoqué par une irritation des nerfs appropriés pour la capsule supérieure des fibres intervertébrales. Dans le contexte d'une longue charge statique, la musculature est en tension constante. Cela provoque un trouble de la sortie veineuse et la formation d'un œdème dans les tissus. Des muscles denses et tendus commencent à exercer une pression sur les vaisseaux sanguins et les récepteurs nerveux, ce qui entraîne l'apparition de douleurs. À son tour, il contribue à augmenter les spasmes, limitant davantage l'amplitude des mouvements. Le résultat est un cercle vicieux: spasme-poches-douleur-spasme. Cependant, dans certains cas, cette condition agit comme une réaction protectrice du corps contre les influences extérieures sur les os du squelette, dans le contexte de diverses maladies. Cependant, un spasme de longue durée devient pathologique avec le temps et doit donc être éliminé le plus tôt possible. Sinon, le spasme peut provoquer des modifications et un dysfonctionnement des muscles.

Classification

Le syndrome musculo-tonique s'accompagne de raccourcissement et de compactage des fibres. La conséquence en est une restriction du mouvement des structures de support. Le syndrome musculo-tonique peut être local, s'étendant à une certaine partie de la musculature, ou diffus (avec l'implication de toute la structure). En outre, un spasme de type régional ou généralisé - fléchisseurs et extenseurs. Selon l'intensité, un tonus musculaire modéré ou accru est émis. Dans le premier cas, il y a de la douleur au toucher et des phoques sont trouvés. Sur le fond d'un hyper ton prononcé, les fibres deviennent très denses. Toucher est accompagné d'une douleur intense, aggravée par un massage ou une exposition à la chaleur. Hypertonus peut être compliqué et simple. Dans le second cas, la douleur est notée uniquement dans le muscle et dans le premier cas, elle peut se déplacer dans les zones adjacentes. Le mécanisme de cette manifestation est l’ischémie dans le contexte du spasme des fibres. Dans ce cas, la microcirculation est perturbée et les formations vasculaires et neurales sont comprimées.

Syndrome tonique musculaire vertébrogène

Cette réaction est typique de certaines parties du corps. En particulier, il se produit dans les muscles suivants:

  • occipital-vertébré (en particulier le bas oblique);
  • sacrospinous;
  • escalier;
  • les parties supérieures du trapèze;
  • sternocléidomastoïdien;
  • semi-régulier et partitionné;
  • les nourrissons;
  • sous-clavier;
  • abdomatus serratus oblique et antérieur;
  • iléo-lombaire;
  • semitendinous;
  • en forme de poire;
  • biceps et muscles cuisse palmés et autres.

Fibres inférieures de tête d'échelle avant et oblique

Le syndrome musculo-tonique de la colonne cervicale contribue à la formation de conditions favorables au développement du complexe tunnel clinique. Elle s'accompagne d'une irritation du faisceau neurovasculaire et d'une violation du type de conducteur dans la zone d'innervation du nerf ulnaire. En règle générale, le désordre est unilatéral. Lorsque la tête est étendue et tournée, l'intensité de la douleur augmente. Un spasme des fibres obliques inférieures est caractérisé par des manifestations accrues lorsque la tête se déplace dans l'axe à droite et à gauche. Le syndrome tonico-musculaire cervical est souvent accompagné d'une irritation du nerf occipital et d'un spasme des artères.

Cage thoracique

Avec le syndrome de la paroi antérieure, la douleur stimule l'image de l'angine. Cependant, contrairement à la vraie pathologie cardiaque, l'examen ne révèle pas de modifications sur l'ECG. Car cette condition est également caractérisée par une diminution de l'intensité de la douleur dans le processus de mouvement. Le diagnostic de ce syndrome est réalisé en conjonction avec l'exception des pathologies cardiovasculaires. Avec l'hypertonicité des petites fibres pectorales, la compression se produit dans le plexus brachial, la région sous-clavière et l'artère. Cela conduit à des troubles circulatoires et à la communication nerveuse dans le membre. Le résultat est un engourdissement et une faiblesse des muscles dans les parties inférieures de la main. Pour le syndrome scapular-costal est caractérisé par une douleur dans la partie supérieure de l'omoplate et une diminution du volume de son mouvement. Les modifications de la nature dégénérative du col utérin sont des facteurs provocants. En outre, la maladie peut être causée par une synovite des muscles de l'omoplate.

Cuisse

Le syndrome des fibres en forme de poire apparaît en raison d'une compression du nerf sciatique du muscle. Les sensations dans cet état ressemblent à des signes de sciatique. Le syndrome peut être accompagné d'un engourdissement dans les jambes. Il y a souvent une hypertonicité des muscles, ce qui crée une tension sur le large fascia de la cuisse. Dans ce cas, un changement dégénératif de la région lombaire est diagnostiqué. La maladie est également associée à des pathologies de l'articulation de la hanche et à des troubles des structures sacro-iliaques.

Le dos

Le syndrome musculo-tonique de la colonne lombaire peut être associé à des modifications dégénératives de celle-ci, à des blocages dans les muscles et à des anomalies abdominales et pelviennes anormales. Les spasmes convulsifs (crampes) des extenseurs se produisent généralement dans la partie centrale du dos. Ils peuvent avoir des durées différentes. Dans certains cas, la douleur rappelle l'angine de poitrine.

Syndrome musculo-tonique: traitement

La thérapie vise principalement à éliminer la pathologie qui a provoqué la maladie. L'élimination des spasmes contribue souvent à la dynamique positive de la maladie. Les patients sont recommandés les mesures thérapeutiques suivantes:

  • Porter des produits orthopédiques et utiliser des oreillers spéciaux.
  • Effets de la drogue. Les myorelaxants sont montrés pour soulager les spasmes. Ceux-ci comprennent notamment des médicaments tels que "Baclofen", "Sirdalud", "Mydocalm". Les AINS capables de soulager la douleur sont également recommandés. Parmi eux sont souvent prescrits des médicaments tels que "ibuprofène", "Voltaren", "Movalis".
  • Injections anesthésiques locales. Dans certains cas, les corticostéroïdes sont co-administrés. Les injections contribuent à l'interruption des impulsions pathologiques des points déclencheurs.
  • Thérapie manuelle et massage. Ces procédures contribuent à la normalisation du tonus, à la restauration de la mobilité dans les segments moteurs.
  • L'acupuncture Grâce à cette méthode, le nombre de médicaments pris est considérablement réduit, la conductivité des nerfs est normalisée et la douleur est éliminée.
  • physiothérapie.
  • Thérapie d'exercice.

Syndrome tonique

Le syndrome musculo-tonique est une tension stable des muscles squelettiques, de nature réflexe et caractérisée par une durée anormale. Sous l'influence de facteurs externes dans les muscles apparaissent des points déclencheurs, qui sont des phoques. Ce sont eux qui produisent les impulsions nerveuses, ce qui provoque ensuite une contraction du tissu musculaire touché. Pour que le traitement de la pathologie soit efficace, il est nécessaire d'établir les raisons qui ont conduit à son développement.

Raisons

En règle générale, le syndrome musculo-tonique est de nature vertébrale. Cela signifie que la pathologie est une conséquence du développement de l'ostéochondrose. L'irritation des récepteurs de la douleur, localisés dans la région du disque intervertébral et de l'appareil ligamentaire, provoque une gêne.
En cas d'apparition de douleur, il se produit un spasme musculaire. Dans ce cas, non seulement les tissus adjacents sont touchés, mais également les zones situées à distance de la colonne vertébrale.
La carence en oxygène progresse progressivement dans la zone touchée, qui est la cause du syndrome douloureux. Dans ce cas, le spasme lui-même devient souvent un foyer d'irritation, qui contribue finalement à la chronisation du processus pathologique.
Comme il y a un long spasme dans le muscle affecté, cela entraîne de nombreux changements dystrophiques. En conséquence, les fibres musculaires meurent et sont progressivement remplacées par du tissu conjonctif.

Les symptômes

Le syndrome musculo-tonique est généralement accompagné d'une douleur douloureuse qui affecte différentes parties du dos. Des dommages à la colonne cervicale ou lombaire peuvent être observés. En règle générale, les sensations douloureuses se propagent sur de grandes surfaces sans s’attarder au même endroit. En outre, les symptômes de la pathologie incluent les troubles du sommeil, car l’inconfort empêche une relaxation complète.
La douleur peut être différente - tout dépend de la localisation de la pathologie. Avec la défaite de la colonne cervicale apparaissent généralement les symptômes suivants:

  1. Douleur qui gémit ou se brise dans le cou et la région occipitale. Avec des charges, la gêne augmente. En outre, avec la défaite de la colonne cervicale peut ressentir un engourdissement.
  2. Extrémités froides, gonflement, faiblesse des muscles des mains, décoloration de la peau. Avec une charge sur les mains, ces symptômes de lésions cervicales augmentent.

De plus, les manifestations de ce syndrome diffèrent selon la localisation du muscle touché:

Nos lecteurs recommandent

Pour la prévention et le traitement des maladies des articulations, notre lecteur habituel applique la méthode de traitement SECONDAIRE, de plus en plus populaire, recommandée par les grands orthopédistes allemands et israéliens. Après l'avoir lu attentivement, nous avons décidé de l'offrir à votre attention.

    1. Muscle scalène antérieur. La douleur apparaît en tournant la tête et en redressant le cou.
  1. Abaisser le muscle de la tresse. La gêne est ressentie dans la région occipitale et augmente lorsque la tête tourne.
  2. La paroi avant de la poitrine. Dans ce cas, il y a des symptômes désagréables qui ressemblent à l'angine. Dans le même temps, la gêne diminue lorsque vous vous déplacez.
  3. Petit muscle pectoral. Il y a une faiblesse et un engourdissement dans le tissu musculaire des membres.
  4. Syndrome de la côte scapulaire. Lorsque cette condition se produit, un resserrement caractéristique est observé.
  5. Muscle en forme de poire. Cette pathologie est accompagnée d'engourdissement. Douleur rappelant les symptômes de la sciatique.
  6. Large fascia de la cuisse. Dans ce cas, la sensibilité en souffre, un engourdissement apparaît. La douleur augmente généralement lorsque vous jetez vos jambes par-dessus vos jambes.
  7. Le muscle du mollet. Des symptômes désagréables apparaissent lors d'une forte flexion du membre et peuvent survenir pendant quelques secondes ou quelques minutes.
  8. Le muscle iliopsoas. La douleur affecte la tête et le genou du fémur.
  9. Les extenseurs du dos. Dans ce cas, les spasmes affectent le dos dans la région lombaire. Des symptômes similaires sont observés pendant plusieurs minutes.
  10. Cervicalgie avec syndrome musculo-tonique. Pour cette violation est caractérisée par la douleur, qui se manifeste sous la forme de lésions de la colonne cervicale. Cette condition s'accompagne d'une restriction de la mobilité du cou, de douleurs, de spasmes du tissu musculaire. Parfois, des vertiges et des troubles visuels peuvent survenir.

Diagnostics

Pour identifier les processus dégénératifs dans les tissus osseux, des radiographies de la colonne vertébrale sont prises. Pour visualiser les changements dans les tissus mous, la tomodensitométrie et l'imagerie par résonance magnétique sont nécessaires.

Méthodes de traitement

Pour que le traitement de cette maladie soit efficace, il est nécessaire d'éliminer les causes de l'apparition du spasme musculaire. Par conséquent, la tactique thérapeutique dépend directement de l'état pathologique qui a provoqué l'apparition de ce syndrome.
Pour éliminer les spasmes musculaires à l'aide de divers médicaments. Généralement, le traitement est effectué à l'aide de myorelaxants - ces outils aident à détendre les tissus musculaires. Ceux-ci incluent Sirdalud et mydocalm.
Pour réduire la douleur et arrêter l’inflammation, utilisez des anti-inflammatoires non stéroïdiens - Movalis, Voltaren. Dans certains cas, un traitement avec des anesthésiques et des hormones glucocorticoïdes est indiqué. De ce fait, il sera possible d’arrêter la formation d’impulsions apparues dans les points de déclenchement.
Pour normaliser le tonus des tissus musculaires et réduire la douleur, des techniques de massage et de thérapie manuelle sont utilisées. Le traitement par l'acupuncture peut normaliser la transmission des impulsions, ce qui entraîne également une diminution de la gêne.
Dans certains cas, il est nécessaire de réduire la charge sur la colonne vertébrale. A cette fin, des produits orthopédiques spéciaux sont utilisés.
Pour améliorer la circulation sanguine dans les tissus musculaires, des procédures physiothérapeutiques sont décrites - le traitement est effectué par exposition à des courants diadynamiques et par électrophorèse. Si une personne a une hernie intervertébrale, une intervention chirurgicale est indiquée.

Souvent confronté au problème de la douleur dans le dos ou les articulations?

  • Avez-vous un style de vie sédentaire?
  • Vous ne pouvez pas vous vanter de la posture royale et d'essayer de cacher votre sous-vêtement?
  • Il vous semble que cela passera bientôt de lui-même, mais la douleur ne fait que s'intensifier.
  • De nombreuses manières ont essayé, mais rien n'y fait.
  • Et maintenant, vous êtes prêt à profiter de toute occasion qui vous procurera un sentiment de bien-être tant attendu!

Un remède efficace existe. Les médecins recommandent Lire plus >>!

Syndrome musculo-tonique: symptômes, diagnostic, traitement

L'orthopédiste: pour la centième fois, dis-moi, ne frottez pas la pommade et ne mettez pas la chimie dans le dos et les articulations du patient.

Le syndrome musculo-tonique est une tension musculaire de longue durée, à la suite de laquelle les phoques se forment avec une douleur intense. Il provoque ce syndrome, le plus souvent, l'ostéochondrose. Les tissus musculaires en échelle et à l'échelle antérieure, ainsi que près des vertèbres, y sont les plus sensibles.

Les symptômes

Les symptômes du syndrome musculo-tonique représentent généralement une douleur de gémissement qui affecte à la fois le cou et les deux parties du dos. Habituellement, la douleur s'étend à de vastes zones, sans être localisée à un endroit. La maladie est accompagnée de troubles du sommeil.

Les douleurs varient en fonction de la localisation du problème. Par exemple, on vous a diagnostiqué un syndrome musculo-tonique de la colonne cervicale: les symptômes peuvent être les suivants:

  1. Dans la région cervico-occipitale, des douleurs douloureuses ou douloureuses surviennent. Quand la charge augmente. Il peut également y avoir une sensation d'engourdissement dans le cou;
  2. Douleur et sensation d'engourdissement qui s'intensifient la nuit. Il y a aussi un refroidissement des membres, un changement de couleur de la peau, un gonflement, des mains faibles;
  3. Engourdissement des mains, sensation de froid, enflure de la main, faiblesse du pouls, affaiblissement des muscles du bras. Lorsque la charge sur les mains, tous les symptômes commencent à s'aggraver.

Le syndrome musculo-tonique a des symptômes différents, puisqu'il peut être localisé à différents endroits:

  1. Muscle scalène antérieur. Exacerbe en tournant et en redressant le cou;
  2. Muscle oblique inférieur de la tête. Localisé à l'arrière de la tête et augmente avec la rotation du cou;
  3. La paroi avant de la poitrine. Douleur semblable à l'angine de poitrine. Les douleurs sont réduites lors du déplacement;
  4. Petit muscle pectoral. Engourdissement, faiblesse des membres;
  5. Syndrome de la côte scapulaire. Lorsque la mobilité se produit, un resserrement caractéristique;
  6. Muscle en forme de poire. Peut provoquer un engourdissement. Les douleurs ressemblent aux sensations douloureuses de la radiculite;
  7. Large fascia de la cuisse. Violation de sensibilité, engourdissement. Exacerbé avec la jambe lancée;
  8. Le muscle iliopsoas. La gêne se produit dans la région de la tête fémorale, l'articulation du genou;
  9. Le muscle du mollet. Avec des plis prononcés des jambes. Cela peut durer un moment, et peut durer quelques minutes;
  10. Les extenseurs du dos. Crampes dans le dos, durant quelques minutes;
  11. Cervicalgie avec syndrome musculo-tonique. Elle se caractérise par une douleur dans la colonne cervicale, caractérisée par une mobilité limitée du cou, des douleurs et des spasmes au cou. Parfois accompagné de vertiges, de problèmes de vision. La cervicalgie vertébrale avec le syndrome musculo-tonique prononcé survient généralement chez l'adulte.

La douleur et le resserrement du dos et des articulations au fil du temps peuvent avoir des conséquences désastreuses - limitation locale ou complète du mouvement dans l'articulation et la colonne vertébrale, pouvant aller jusqu'à l'invalidité. Les personnes qui ont appris de l'expérience amère utilisent un remède naturel recommandé par l'orthopédiste Bubnovsky pour soigner les articulations. Lire plus »

Il existe de nombreux symptômes de cette maladie. Mais il y a des points communs: douleur, crampes, faiblesse générale, engourdissement des membres. En fonction des symptômes, le médecin sera en mesure de déterminer quel muscle a été touché.

Raisons

Le plus souvent, le syndrome musculo-tonique survient en réponse à l'ostéochondrose. Dans cette maladie, les récepteurs de la douleur sont irrités dans la région du disque intervertébral, les ligaments de la colonne vertébrale. La douleur provoque des spasmes musculaires, y compris des tissus musculaires situés loin de la colonne vertébrale. Le spasme provoque une privation d'oxygène, ce qui intensifie la sensation douloureuse.

Avec un long séjour dans un état de spasme, les processus dystrophiques commencent. A cause d'eux, les fibres musculaires se meurent progressivement, remplacées par du tissu conjonctif. Cette maladie touche le plus souvent les tissus musculaires en forme de poire, paravertébraux et scalènes antérieurs.

Traitement

La maladie est diagnostiquée comme suit:

  1. Une référence à un neurologue;
  2. Enquêter sur la zone touchée avec des outils spéciaux;
  3. Tomographie par ordinateur;
  4. Imagerie par résonance magnétique.

Le traitement vise à éliminer la maladie à l'origine du spasme. Le traitement du syndrome vise à soulager les symptômes. Ce peut être:

Si vous avez un syndrome cervico-musculaire tonique, votre médecin peut vous prescrire:

  1. Collier Trench afin de soulager la charge sur la colonne cervicale;
  2. Reste sur un oreiller plat;
  3. Onguents (Voltaren-gel et ainsi de suite);
  4. Des relaxants musculaires pour aider à soulager les spasmes musculaires: baclofène, Mydocalm;
  5. Vitamines B, nécessaires à la normalisation des processus métaboliques dans les tissus nerveux;
  6. Les procédures de massage, la thérapie manuelle, qui améliore le tonus musculaire, ce qui réduit la douleur;
  7. Acupuncture, élimination du syndrome de la douleur;
  8. Physiothérapie;
  9. La thérapie par l'exercice, qui permet d'améliorer le tonus musculaire et favorise la formation d'un corset musculaire. L'entraînement physique thérapeutique est sélectionné individuellement, en fonction du groupe de muscles touchés.

En présence des symptômes ci-dessus, assurez-vous de consulter un médecin. Plus tôt vous le ferez, plus il sera facile d'éliminer les sensations douloureuses et d'améliorer le tonus musculaire. Il convient de rappeler que cette maladie progresse, il existe un cercle vicieux dans lequel l'impulsion douloureuse des récepteurs entraîne un spasme musculaire et le spasme provoque une douleur. Dans le même temps, la lésion du tissu musculaire augmente. Une première visite chez le médecin aidera à résoudre rapidement ce problème.

Surtout, ces problèmes commencent à se manifester après 45 ans. Quand on se retrouve face à une faiblesse physique, on assiste à une panique infernale et déplaisante. Mais il ne faut pas avoir peur, il faut agir! Quels moyens utiliser et pourquoi - dit le chirurgien orthopédique de premier plan, Sergey Bubnovsky. Lire plus »

Comment sortir du cercle vicieux du syndrome musculaire et tonique

Le syndrome tonique musculaire est un compagnon fidèle de l'ostéochondrose et des maladies dégénératives. Apparaît sous la forme d'un spasme musculaire réflexe douloureux, en tant que mesure de protection du corps pour serrer le nerf.

Raisons

Le syndrome tonique apparaît en raison d'un atterrissage irrégulier, d'une posture inconfortable, que nous adorons prendre au bureau ou à la maison sur le canapé, ainsi que d'une charge statique importante - les muscles sont en tension pendant longtemps pour tenter de ramener le dos dans la position correcte. Par conséquent, la violation du flux veineux débute et gonflement.

Des muscles spasmodiques et denses irritent les terminaisons nerveuses internes, provoquant des douleurs. Par réflexe, en raison de douleurs aiguës, le spasme musculaire augmente. Le danger est que ce soit un cycle circulaire fermé, et avec une exposition prolongée prend un caractère pathologique. Le résultat - une violation de la fonction et de la structure des muscles.
Le syndrome tonique provoque une dépression chez le patient en raison de son incapacité à interrompre ce cycle circulaire. Les spasmes musculaires doivent être perçus comme une sorte de "drapeau" indiquant la présence d'une maladie du dos.

La nature de la manifestation - le mouvement limité de la zone touchée - le corps entre en mode de sauvegarde. La principale tâche pour un spasme long ou court est de soulager la tension musculaire afin d'éviter tout état pathologique.

Les spasmes musculaires se caractérisent par l’apparition de points de déclenchement sous la forme d’un sceau qui produit des impulsions nerveuses menant à un spasme musculaire.

Les causes sont aussi:

  • hypothermie
  • les inflammations
  • haltérophilie
  • blessure.

Les symptômes

Le syndrome musculo-tonique se manifeste par une douleur douloureuse qui se manifeste dans toutes les parties de la colonne vertébrale. Les muscles du dos sont volumineux et la douleur s'étend donc à de grandes surfaces. Le sommeil est perturbé - les spasmes ne permettent pas de se détendre. Très rarement un patient peut déterminer l'emplacement de la douleur. La douleur est tellement épuisante qu'il est impossible de dormir la nuit.

Le syndrome tonique musculaire de la colonne cervicale présente les syndromes suivants:

  • une douleur douloureuse couvre presque tout le dos, cède le bras et même la cuisse. La douleur augmente avec les mouvements quotidiens. En conséquence, il existe de nombreuses déviations: troubles du sommeil, perte d'appétit, engourdissement des membres et faiblesse générale. Les sensations douloureuses durables ne sont pas étouffées, épuisent le patient, une sensation d’irritation et d’apathie.
  • Le syndrome tonique, dû à un spasme, conduit à une perturbation de l'apport sanguin et à la privation d'oxygène des organes voisins, se manifeste comme suit:
  • engourdissement de la région occipitale;
  • membres froids;
  • maux de tête;
  • les acouphènes;
  • faiblesse dans les mains.

La tension musculaire tonique se manifeste par le raccourcissement et la compression des muscles. Les points déclencheurs peuvent déclencher l'accumulation de sels de calcium - les fonctions musculaires sont altérées avec une mobilité réduite du dos.

Classification

Le syndrome tonique est classé comme hypertonien modéré et prononcé.

  1. L'hypertonus modéré se manifeste par une douleur lorsque l'exposition tactile et les phoques sont palpables.
  2. Hypertonus prononcé - les joints des fibres musculaires deviennent extrêmement denses, le toucher provoque une douleur insupportable, qui est renforcée lors du massage de la partie affectée.

Aussi le syndrome tonique est divisé en:

  • local (un muscle) et diffus (groupe musculaire);
  • types régionaux ou généralisés - fléchisseurs et extenseurs;
  • compliqué et simple - lorsque compliqué, contrairement à simple, la douleur passe aux organes voisins.

Diagnostics

Selon l’ancienne tradition, nous consultons un médecin à l’état «pressé», c’est-à-dire déjà en état de pathologie. Après avoir recueilli l'anamnèse, le médecin examine la colonne vertébrale et détermine par palpation les zones touchées.

L'IRM et les rayons X sont utilisés pour le diagnostic matériel du syndrome de douleur musculo-tonique. Dans de rares cas, le patient est en outre référé à un scanner.

Traitement

Aux fins de traitement, les méthodes suivantes sont utilisées:

  • traitement à l'aide de colliers et de corsets orthopédiques. En outre, les médecins recommandent d'acheter et d'utiliser des matelas et des oreillers orthopédiques. Ces actions visent à réduire les spasmes et la douleur;
  • Le traitement médicamenteux comprend l'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens, destinés à réduire les spasmes et la douleur, mais la pratique médicale le fait rarement, mais l'utilisation du blocage novocainique est plus efficace. L'injection de novocaïne est injectée dans la zone touchée, facilitant ainsi l'état du patient. Après le blocus, les glucocorticoïdes sont attribués - pour réduire la douleur;
  • Le blocage de Novocainic est un moyen efficace de soulager la douleur.
  • massage et thérapie manuelle;
  • l'acupuncture - utilisée lorsque les analgésiques médicamenteux n'apportent pas l'effet souhaité - supprime efficacement la douleur et développe la conductivité des terminaisons nerveuses;
  • myorelaxants - sont utilisés pour détendre les muscles, ils incluent de bons moyens: Mydocalm, Baclofen ou Sirdalud;
  • procédures physiothérapeutiques - électrophorèse et magnétothérapie - soulagent les gonflements et la douleur, augmentent le flux sanguin;
  • complexe médico-sportif - pour renforcer le système musculaire.

Noms des muscles toniques prédisposés à la maladie

Les muscles toniques sont divisés en types suivants:

  • muscle oblique inférieur - inconfort à l'arrière de la tête lorsque la tête bouge;
  • paroi frontale du thorax - sensations similaires à celles de l'angine de poitrine qui diminuent au cours du mouvement;
  • petit muscle pectoral - faiblesse et engourdissement des muscles;
  • syndrome de la côte scapulaire - accompagné d'un resserrement;
  • muscle en forme de poire - engourdissement. Cela ressemble à une sciatique;
  • fascia fascia - sensibilité diminuée, engourdissement. La douleur apparaît dans la position «jambe par jambe»;
  • muscle gastrocnémien - douleur avec une forte flexion des membres;
  • Muscle Ilio-psoas - douleur à la tête du fémur;
  • extenseurs du spasme lombaire;
  • cervicalgie avec syndrome musculo-tonique - restriction des capacités motrices du cou, douleur, crampes, vertiges et vision floue.


Le syndrome tonique ne peut être complètement éliminé qu'en guérissant la source de la maladie. Lorsque, pendant le traitement, il devient plus facile après avoir pris des analgésiques, vous ne devez pas interrompre le traitement.
Pour la prévention de la maladie, il ne faut pas oublier la nécessité de maintenir un mode de vie actif, de se promener davantage, de manger sainement et de manière équilibrée.

Syndrome tonique

Le syndrome musculo-tonique est une manifestation fréquente de l'ostéochondrose. Parfois, la douleur dans la colonne vertébrale n'est pas associée à une hernie discale ou à une saillie, notamment au syndrome musculo-tonique. Syndrome musculo-tonique - spasme musculaire douloureux qui se produit de manière réflexe et généralement dans les maladies dégénératives de la colonne vertébrale est associé à une irritation du nerf qui innerve la partie externe de la capsule fibreuse du nerf intervertébral (nerf Lyushka). De plus, un syndrome musculo-tonique peut survenir en raison d'une surcharge charge statique (violation de la posture et de la posture). Les muscles avec une charge statique prolongée sont en tension constante, ce qui entraîne une perturbation du flux veineux et la formation d'un œdème des tissus entourant les muscles. L'enflure est une conséquence du spasme musculaire. Les muscles tendus denses affectent les récepteurs nerveux et les vaisseaux sanguins dans les muscles eux-mêmes, ce qui conduit au développement d'un syndrome douloureux persistant. La douleur, à son tour, provoque par réflexe une augmentation des spasmes musculaires et limite ainsi l'amplitude des mouvements. Un cercle vicieux se forme - spasme - œdème tissulaire - manifestations douloureuses - spasme. Mais parfois, les spasmes musculaires de nature réflexe constituent une réaction protectrice du corps aux effets externes sur les os du squelette (protection des nerfs vasculaires et des organes internes) dans le cadre de diverses maladies. Mais un spasme musculaire durable résultant d'une réaction protectrice devient pathologique et il est donc nécessaire de supprimer un tel spasme, car un spasme à long terme peut entraîner des modifications des muscles et une altération de leurs fonctions. Le syndrome musculo-tonique se caractérise par une tension musculaire et un raccourcissement, ce qui entraîne une réduction de l'amplitude de mouvement des structures de soutien. Une augmentation du tonus musculaire peut être localisée avec l'implication de la zone musculaire diffuse (tonalité dans ce muscle). En outre, il existe des spasmes musculaires régionaux et généralisés comme fléchisseurs et extenseurs. L'intensité du tonus accru peut être modérée ou grave. Dans l’hypertonie modérée, des douleurs musculaires sont notées lors de la palpation et des phoques musculaires sont notés. Avec l'hypertonie grave, le muscle entier devient très dense et douloureux, et le massage ou la chaleur ne fait qu'intensifier la douleur. L'hypertonicité des muscles est compliquée et non compliquée. Avec un ton simple, la douleur n'est localisée que dans le muscle, et avec une douleur complexe, elle peut irradier vers les zones voisines. Le mécanisme de la douleur dans l'hypertonus compliqué est associé à des manifestations ischémiques dans le muscle spastique (insuffisance de la microcirculation, compression des formations neurovasculaires). Souvent avec le syndrome musculo-tonique, la formation de points déclencheurs, qui sont un signe de la formation du syndrome de douleur myofasciale. Les syndromes musculo-toniques les plus courants sont les syndromes suivants:

  1. Syndrome du muscle scalène antérieur. Ce syndrome est dû à la tonicité accrue de ce muscle. Avec l'hypertonicité de ce muscle, des conditions apparaissent pour la formation d'un syndrome de tunnel (entre la première côte et le muscle scalène) avec irritation du faisceau neurovasculaire avec violation du type du conducteur dans la zone d'innervation du nerf ulnaire. En tournant et en redressant la tête, les manifestations douloureuses augmentent. En règle générale, le syndrome survient d'une part.
  2. Syndrome du muscle oblique inférieur de la tête. Ce syndrome se caractérise par des douleurs à l'arrière de la tête du côté du muscle spastique et leur renforcement lorsque la tête est tournée. Ce syndrome est souvent accompagné d'une irritation du nerf occipital et d'un spasme de l'artère vertébrale.
  3. Syndrome de la paroi antérieure du thorax. Les manifestations de la douleur dans ce syndrome simulent une image d'angine de poitrine, mais contrairement à la vraie cardialgie, il n'y a pas de changement sur l'ECG. De plus, ce syndrome se caractérise par une réduction de la douleur lors des mouvements. Le diagnostic de ce syndrome est assez difficile et n'est possible qu'après l'exclusion exacte d'une maladie cardiaque.
  4. Syndrome d'un petit muscle pectoral. Ce syndrome se manifeste par un abduction excessive de l'épaule et son déplacement vers les côtes. Lorsque cela se produit, la compression du plexus brachial dans la partie sous-clavière et l'artère entraîne une violation de l'apport sanguin dans le membre et une violation de l'innervation. Il en résulte un engourdissement de la paresthésie et une faiblesse musculaire dans les parties distales du membre supérieur.
  5. Syndrome de la côte scapulaire. Il se caractérise par une douleur dans le coin supérieur du resserrement de l'omoplate lors du déplacement de l'omoplate, une diminution du volume des mouvements. La cause du syndrome est une altération dégénérative de la colonne cervicale (C3-C4 et C7). De plus, la cause de ce syndrome peut être liée à la synovite des muscles de l'omoplate.
  6. Syndrome musculaire en forme de poire. La cause de ce syndrome est la compression du nerf sciatique par un muscle qui fait pivoter la cuisse vers l'extérieur dans la région de l'orifice inférieur (le nerf sciatique et l'artère fessière y passent). La douleur dans le syndrome du muscle en forme de poire ressemble à la douleur dans la radiculite. En outre, il peut y avoir un engourdissement du membre inférieur.
  7. Syndrome des muscles, étirement du large fascia de la cuisse. La survenue de ce syndrome est associée à des modifications dégénératives de la colonne lombaire et peut également être de nature réflexe en cas de maladie de la hanche ou de modification de l'articulation sacro-iliaque.
  8. Syndrome du muscle iliopsoas. La formation de ce syndrome est associée à la fois à des modifications dégénératives de la colonne lombaire et à des blocages musculaires dans le segment thoraco-lombaire ou à des maladies de la cavité abdominale et des organes pelviens.
  9. Crampie (spasmes convulsifs) du muscle gastrocnémien. La durée d'un crump peut être de quelques secondes à quelques minutes. Le facteur provoquant peut être une forte flexion du pied. La cause du crump est considérée comme ayant subi des blessures à la tête. Parfois, Krampy peut être en présence d'une insuffisance veineuse ou artérielle des membres inférieurs.
  10. Extenseurs Krumpy du dos. En règle générale, il s'agit de spasmes dans n'importe quelle partie du muscle, le plus souvent au milieu du dos. Ces spasmes peuvent durer plusieurs minutes et les douleurs nécessitent parfois la nécessité de faire la différence avec une douleur cardiaque (angine de poitrine). Dans les muscles des extenseurs, on trouve souvent des points de déclenchement.

Diagnostics

  1. Les antécédents de la maladie, les plaintes du patient (durée de la douleur, intensité de la douleur, nature de la douleur, lien avec le mouvement ou d'autres facteurs provoquants.
  2. Évaluation du statut neurologique. L'état des muscles la présence de zones de spasmes ou de points de douleur (déclencheurs) la mobilité des segments de la colonne vertébrale du mouvement provoquant une douleur accrue.
  3. Radiographie de la colonne vertébrale (dans l'étude de la colonne cervicale, il est possible d'effectuer des tests fonctionnels. La radiographie permet de détecter des modifications dégénératives prononcées (dans le tissu osseux).
  4. IRM et CT. Ces études sont nécessaires pour visualiser les changements dégénératifs dans les tissus mous (protrusion discale de hernie, présence de compression des structures neurales)
  5. EMG - l'étude permet de déterminer le degré de perturbation de la conduction des nerfs et des muscles.

Traitement

Le traitement des syndromes musculo-toniques vise principalement à traiter la maladie sous-jacente à l'origine du spasme musculaire. Mais souvent, l'élimination des spasmes musculaires entraîne une dynamique positive de la maladie elle-même. En outre, les spasmes musculaires prolongés conduisent à la formation d'un cercle pathologique fermé. Et donc la tâche du patient aussi rapidement que possible de voir un médecin et d'éliminer les spasmes musculaires. Les mesures thérapeutiques suivantes sont recommandées:

  1. Produits orthopédiques. Porter un corset (région lombaire) ou un collier Schantz pour décharger les sections correspondantes de la colonne vertébrale. Utilisation d'oreillers orthopédiques
  2. Traitement de la toxicomanie. Pour réduire les spasmes musculaires, il est possible d'utiliser des relaxants musculaires tels que mydocalm, sirdalud, baclofen. Les AINS (movalis, voltaren, ibuprofen, etc.) aident à réduire la douleur et l'inflammation.
  3. Des injections locales d'anesthésiques, parfois associées à des corticostéroïdes, aident à interrompre les impulsions pathologiques des points déclencheurs.
  4. Le massage et la thérapie manuelle sont très efficaces pour le syndrome musculaire et tonique. Ces méthodes vous permettent de normaliser la mobilité du tonus musculaire des segments moteurs et d’éliminer ainsi la cause de la douleur.
  5. L'acupuncture est une méthode éprouvée de traitement des syndromes musculaires et toniques. La méthode permet surtout de minimiser la consommation de médicaments, de normaliser la conductivité le long des fibres nerveuses et de soulager la douleur.
  6. Physiothérapie Des procédures telles que l'électrophorèse et la magnétothérapie DDT SMT peuvent réduire le gonflement des tissus, améliorer la circulation sanguine et réduire la douleur.
  7. Thérapie d'exercice. Après avoir réduit le syndrome douloureux, un complexe d’exercice aide à normaliser le tonus musculaire du corset et prévient les spasmes musculaires.

L'utilisation de matériaux est autorisée lors de la spécification du lien hypertexte actif vers la page permanente de l'article.



Article Suivant
Comment enlever les vergetures chez les adolescents