Bodybuilding et Bodybuilding pour les professionnels


La flexion de la hanche est produite par les muscles du membre inférieur, qui croisent l’axe transversal de l’articulation de la hanche et se trouvent en avant de celle-ci. C'est le muscle ilio-lombaire, le plus important de ce groupe fonctionnel, allant du bassin à la cuisse; gros et petits muscles lombaires, situés sur le côté latéral de la colonne lombaire, et le muscle iliaque dans la fosse iliaque (cela peut être considéré comme un guide pour l’étude des muscles suivants); muscle tailleur situé sur le devant de la cuisse, qui va du haut vers le bas du côté latéral de la cuisse jusqu'au côté médial; attache musculaire large, fascia, adjacent au muscle pso-lombaire sur le côté; le peigne musculaire se trouvant sur le côté médial du muscle pso-lombaire; muscle droit de la cuisse, descendant par l'avant de la cuisse. Malgré une évolution légèrement différente de ces muscles, le résultat total avec le support proximal est dirigé vers la flexion de la hanche et avec la distale vers l’inclinaison du bassin vers l’avant (par exemple, lorsque le torse est incliné en position assise). Lorsque vous vous exercez sur des simulateurs ou en faisant du sport, il est nécessaire d’utiliser une protection sportive pour éviter les blessures corporelles. Dans la boutique en ligne apex-sport.ru, vous trouverez une description complète et des recommandations pour l’utiliser.

L'extension de la cuisse est réalisée par les muscles situés derrière l'axe transversal de l'articulation de la hanche: le grand fessier, la longue tête du biceps de la cuisse, les muscles semi-tendineux et semi-membraneux sont situés à l'arrière de la cuisse, le grand adducteur étant à sa surface médiale. Le tendon du biceps fémoral est bien palpé du côté latéral de la fosse poplitée lorsque la jambe est pliée au niveau de l'articulation du genou, le tendon du semi-tendineux et les muscles semi-membraneux sont du côté médial. Lorsqu'ils se reposent sur la cuisse ou le tibia, les muscles empêchent le bassin de basculer vers l'avant.

Les muscles qui retirent la cuisse passent du côté latéral de l'axe sagittal de l'articulation de la hanche. Ceux-ci incluent: la fixation musculaire du large fascia; le grand fessier, partiellement recouvert par le grand fessier, le grand fessier, situé sous le grand fessier; muscle en forme de poire, muscle de verrouillage interne et muscles jumeaux, situés dans la couche profonde des muscles pelviens sous le muscle grand fessier. Avec un soutien distal, ces muscles de la jambe de soutien empêchent le bassin de basculer vers la jambe libre lors de la marche, de la course ou de la position debout asymétrique.

Les muscles menant à la cuisse passent du côté médial de l'axe sagittal de l'articulation de la hanche. Celles-ci incluent le peigne, les dérivations longues, courtes et larges, ainsi que les muscles fins. Pour une bonne orientation dans ce groupe de muscles, vous pouvez utiliser le muscle en peigne, situé du côté médial du muscle iliopsoas; Un long muscle adducteur et un grand muscle adducteur situé en dedans et en arrière sont attachés au peigne. Le muscle mince repose superficiellement, recouvrant les muscles adducteurs sur la surface médiale de la cuisse.

Les muscles

Caractéristiques des muscles effectuant des mouvements dans l'articulation de la hanche

Muscles produisant des mouvements dans l'articulation de la hanche

En conséquence, trois axes de rotation mutuellement perpendiculaires, passant par le centre de l'articulation de la hanche, dans cette articulation, la cuisse avec le bassin fixe, et avec celui-ci ainsi que l'ensemble de la jambe, peuvent effectuer les mouvements suivants:

1) flexion et extension, c.-à-d. mouvement de va-et-vient;

2) conduire et couler;

3) pronation et supination;

4) mouvement circulaire (circulation).

Lors de la fixation de la hanche ou de la jambe entière, les muscles produisent des mouvements du bassin: en avant, en arrière, sur le côté et se tournent à gauche et à droite. Pour mettre en œuvre ces mouvements dans l'articulation de la hanche, il existe six groupes musculaires fonctionnels.

Les muscles qui font la flexion de la hanche au niveau de l'articulation de la hanche sont les muscles qui traversent l'axe transversal de cette articulation et se trouvent en face de celle-ci. À eux appartiennent:

3) fascia de fascia d'attache de muscle;

5) muscle droit de la hanche

Les muscles qui coupent également l'axe transversal de l'articulation de la hanche, mais sont situés derrière celle-ci, participent à l'extension de la cuisse. Ces muscles vont du bassin à la cuisse et du bassin au bas de la jambe. Ceux-ci comprennent:

2) le biceps fémoral;

Les muscles qui prolongent la cuisse traversent l'axe sagittal de l'articulation de la hanche et se trouvent sur son côté latéral. Ils sont principalement attachés à la grande broche. Ces muscles comprennent:

6) fascia large d'attache de muscle

La réduction de la cuisse exerce les muscles, en traversant l'axe sagittal de l'articulation de la hanche et se situe médialement. Ceux-ci comprennent:

Les muscles qui dominent la cuisse, à l'exception du psoasopsoas, croisent obliquement l'axe vertical de l'articulation de la hanche. Le muscle iléo-lombaire suppose la hanche en raison de l'emplacement particulier du petit trochanter (non seulement à l'avant mais également à l'intérieur). Les muscles qui soutiennent la cuisse comprennent:

2) muscle carré de la cuisse;

3) les muscles fessiers, dont la moyenne et la petite supinent la cuisse uniquement avec ses rayons postérieurs;

5) verrouillage interne et externe des muscles de verrouillage;

Les muscles de la cuisse sont relativement petits. Cela comprend:

1) fascia large d'attache musculaire;

2) faisceaux antérieurs du muscle grand fessier

3) faisceaux avant du petit grand fessier

4) muscles semi-tendineux, semi-membraneux et minces.

Les muscles adducteurs contribuent également à la pronation de la cuisse fortement supinée.

Il convient de noter qu’avec le soutien d’une jambe étendue sur le talon, la pronation et la supination de la cuisse peuvent être exécutées plus intensément que dans la position de la cuisse dans le poids. Cela s'explique par le fait que, dans le premier cas, les muscles soulevant la cuisse sont relâchés, tandis que dans le second, ils sont réduits et leur tonalité empêche les hanches de tourner autour de l'axe vertical de l'articulation de la hanche. joint pelvien

Le mouvement circulaire de la hanche dans l'articulation de la hanche produit tous les groupes musculaires situés à proximité, alternativement. La liste ci-dessus de muscles montre qu'un même muscle peut participer à divers mouvements. En outre, un même muscle peut effectuer différentes tâches dans différentes positions de départ. Par exemple, le grand muscle adducteur étend la hanche à partir de la position courbée et mène à partir de l'enlèvement. Par conséquent, la participation des muscles à un mouvement particulier ne peut être caractérisée que par rapport à la position initiale du corps. De plus, des faisceaux individuels de gros muscles peuvent se contracter de manière isolée. Si, par exemple, le grand fessier est entièrement réduit, il enlève la cuisse; si seuls ses rayons avant sont réduits, il le fait tourner vers l’intérieur. Tous les muscles qui bougent la cuisse sont simultanément impliqués, si la cuisse est renforcée, dans les mouvements du bassin et du torse. Ainsi, le muscle iléo-lombaire à cuisse fixe fléchit le bassin et la colonne lombaire, faisant avancer le torse; un grand avec un torse plié effectue l'effet inverse - il étend le torse dans l'articulation de la hanche.

La mobilité de la hanche dépend de la position de la jambe inférieure. Si elle est non courbée, la flexion active dans une articulation de la hanche sans mouvements amicaux dans l'autre ne conduit généralement pas la hanche chez les personnes non entraînées en position horizontale, car les muscles biceps, demi-tendineux et semi-membraneux étirants empêchent un tel mouvement (voir Fig. 59). Au contraire, lorsque le tibia est plié au niveau de l'articulation du genou, lorsque ces muscles ne jouent pas le rôle de frein, la flexion est possible même au-dessus du plan horizontal. Lorsque la hanche est étendue, la relation s'inverse: lorsque le tibia est plié, la cuisse peut être étendue d'un nombre de degrés inférieur à celui du tibia, car dans le premier cas, le muscle droit de la cuisse est étiré davantage que dans le second.

Points de départ, points d'attache et fonctions des muscles suivants:

situé à l'arrière de l'articulation de la hanche. Elle part du sacrum, de la région postérieure de l’Ilium et du ligament sacro-cuspide, et s’attache à la tubérosité fessière du fémur et au large fascia. Chez l'homme, ce muscle est bien développé car sa tension maintient le corps en position verticale. Sa largeur physiologique est d'environ 30 cm et sa structure est constituée de fibres grossières. Entre ses faisceaux individuels se trouvent une couche de tissu conjonctif.

La fonction musculaire est l'extension et la supination de la hanche. Il produit également une extension du bassin par rapport à la cuisse (extension du tronc à partir d'une position courbée).

est sous le muscle fessier. Il part de l'ilion et s'attache au grand trochanter. La fonction de ce muscle est similaire à celle du muscle moyen fessier. Avec une réduction enlève la cuisse. En soutenant le corps sur une jambe, elle incline le bassin dans sa direction.

Muscles produisant des mouvements dans l'articulation de la hanche

En conséquence, trois axes de rotation mutuellement perpendiculaires, passant par le centre de l’articulation de la hanche, dans cette articulation, la cuisse avec un bassin fixe, et avec celui-ci et avec toute la jambe, les mouvements suivants peuvent être effectués: flexion et extension, c.-à-d. Aller et retour; conduire et jeter; pronation et supination; mouvement circulaire (circulation): lorsque la cuisse ou la jambe entière est fixée, les muscles produisent un mouvement pelvien: en avant, en arrière, sur le côté et se retournant à droite et à gauche. Pour mettre en œuvre ces mouvements dans l'articulation de la hanche, il existe six groupes musculaires fonctionnels.

Flexion de la hanche: les muscles qui fléchissent la hanche au niveau de l'articulation de la hanche sont des muscles qui traversent l'axe transversal de l'articulation et se trouvent en face de celle-ci. Ils comprennent: 1) le psoas-psoas, 2) la couture, 3) le muscle tendu du fascia large, 4) le peigne, 5) le muscle droit de la hanche

L'extension de la hancheL'extension de la cuisse concerne des muscles qui traversent également l'axe transversal de l'articulation de la hanche, mais sont situés derrière celle-ci. Ces muscles vont du bassin à la cuisse et du bassin au bas de la jambe. Ceux-ci incluent: 1) le grand fessier; 2) muscle biceps de la cuisse; 3) semitendinosus; 4) semi-membraneux; 5) grand adducteur

Enlèvement du fémur: les muscles qui enlèvent le fémur coupent l'axe sagittal de l'articulation de la hanche et se trouvent sur son côté latéral. Ils sont principalement attachés à la grande broche. Ces muscles comprennent: 1) le fessier moyen, 2) le petit fessier, 3) la forme en poire, 4) l'obturateur interne, 5) le jumeau;

6) fascia large d'attache de muscle

Réduction de la hanche La réduction de la cuisse est réalisée par les muscles croisant l'axe sagittal de l'articulation de la hanche et situés en dedans. Ceux-ci incluent: 1) peigne, 2) mince, 3) long, 4) court, 5) grand.

Supation de la cuisse: Les muscles qui soutiennent la cuisse, à l'exception des psoas-psoas, croisent obliquement l'axe vertical de l'articulation de la hanche. Le muscle iléo-lombaire suppose la hanche en raison de l'emplacement particulier du petit trochanter (non seulement à l'avant mais également à l'intérieur). Les muscles qui soutiennent la cuisse comprennent: 1) le psoas-psoas, 2) les muscles carrés de la cuisse, 3) les muscles fessiers, dont le milieu et le petit supinent la cuisse uniquement avec ses faisceaux postérieurs, 4) les muscles sarticulaire, 5) l'obturateur interne et les muscles obturateur externe; 5) poire; 6) jumeau.

Pronation hanche Le groupe de pronateurs des muscles de la cuisse est relativement petit. Il comprend: 1) le lisseur musculaire du fascia large2) les faisceaux antérieurs du grand fessier3) les faisceaux antérieurs du grand fessier4) le semi-tendineux, le semi-membraneux et les muscles maigres. Mouvement circulaire du fémur: dans l'articulation de la hanche, tous les groupes musculaires situés à proximité se développent alternativement.

24. Articulation du genou: structure, forme, mouvement, circulation sanguine. Les muscles qui produisent un mouvement dans l'articulation.

Il est constitué de préservatifs fémoraux et des surfaces articulaires du tibia, la rotule. Complexe condylien. Le mouvement est possible: flexion, extension, rotation. Faisceaux - liens collatéraux croisés antérieur, postérieur, tibial et péronier.

Il comprend les formations suivantes: 1) os - fémur, tibia et rotule, 2) muscles, 3) terminaisons nerveuses et vaisseaux sanguins, 4) ménisques, 5) ligaments croisés.

L'articulation du genou comprend les os fémoral et tibial. Ces os tubulaires sont reliés entre eux par un système de ligaments et de muscles. De plus, dans la partie supérieure du genou se trouve un os arrondi - une rotule ou une rotule.

Le fémur se termine par deux formations sphériques - les condyles fémoraux et, avec la surface plane du tibia, forment une articulation - le plateau tibial.

La rotule est attachée aux os principaux par des cordons situés à l'avant de la rotule. Ses mouvements sont assurés par glissement le long de rainures spéciales des condyles fémoraux, l’approfondissement pallomoral. Les 3 surfaces sont recouvertes d'une épaisse couche de tissu cartilagineux dont l'épaisseur atteint 5 à 6 mm, ce qui procure un amorti et une réduction des épines lors des mouvements.

Connecter des composants

Les ligaments principaux, ainsi que les os qui composent le dispositif de l'articulation du genou, sont cruciformes. Outre eux, les ligaments latéraux latéraux sont situés sur les côtés - médial et latéral. À l'intérieur se trouvent les plus puissantes formations de tissu conjonctif - les ligaments croisés. Le ligament croisé antérieur relie le fémur et la surface antérieure du tibia. Il empêche l'os tibial d'avancer lors du déplacement.

La même chose est faite par le ligament croisé postérieur, empêchant le tibia de se déplacer en arrière du fémur. Les ligaments assurent la connexion des os lors des mouvements et aident à les maintenir, la déchirure des ligaments empêche d'effectuer des mouvements volontaires et de s'appuyer sur la jambe blessée.

En plus des ligaments, il existe deux autres formations de tissu conjonctif dans l'articulation du genou qui séparent les surfaces cartilagineuses du fémur et de l'os tibial - les ménisques, qui sont très importants pour son fonctionnement normal.Les ménisques sont souvent appelés cartilages, mais dans leur structure, ils sont plus proches des ligaments. Les ménisques sont des plaques arrondies de tissu conjonctif situées entre le fémur et le plateau tibial. Ils aident à répartir correctement le poids du corps d’une personne, à le transférer sur une grande surface et, en outre, à stabiliser toute l’articulation du genou.

Muscles du genou

Les muscles situés autour de l'articulation et assurant son travail peuvent être divisés en trois groupes principaux: 1. le groupe de muscles antérieur - les fléchisseurs de hanche - les muscles quadriceps et sartorius, 2. le groupe de dos - les extenseurs - les biceps, les semi-membraneux et les muscles semi-contractiles; interne) groupe - muscles de la cuisse adducteurs - muscles adducteurs minces et larges.

Le quadriceps est l'un des muscles les plus puissants du corps humain. Il est divisé en 4 muscles indépendants, situés sur la surface antérieure du fémur et attachés à la rotule. Là, le tendon du muscle se transforme en un faisceau et se connecte à la tubérosité tibiale. Le muscle intermédiaire, l'une des branches du quadriceps, rejoint également la capsule du genou et forme le muscle du genou. La contraction de ce muscle contribue à l'extension du bas de la jambe et à la flexion de la hanche.

Le muscle tailleur fait également partie des muscles articulaires du genou. Il commence à partir de l'axe iliaque antérieur, traverse la surface du fémur et le long de la surface interne jusqu'au genou. Là, elle se penche autour de lui de l'intérieur et se fixe à la tubérosité tibiale. Ce muscle est en deux parties et, de ce fait, il participe à la flexion de la cuisse et du tibia, ainsi qu'au mouvement du tibia dans les deux sens.

Thin muscle - commence à l'articulation du pubis, descend et est attaché à l'articulation du genou. Cela aide à ramener la hanche et à plier la jambe.

En plus de ces muscles, les tendons du biceps de la cuisse, du malleus, du semi -embonus et des muscles poplités traversent l'articulation du genou. Ils fournissent les mouvements et les mouvements du tibia. Le muscle poplité est situé directement derrière le genou et aide à la flexion et à la rotation vers l'intérieur.

Muscles de la cuisse

Supration de la cuisse humaine (anatomie)

La supination de la cuisse (mouvement vers l'extérieur) exerce un certain nombre de muscles qui diffèrent par leur emplacement:

1) l'iléo-lombaire (p. 169),

2) adaptation (p. 170),

3) peigne (p. 171),

4) un adducteur court (p. 175),

5) long avance (p. 175),

6) le grand fessier (p. 172),

7) le grand fessier (gerbes postérieures) (p. 174),

8) petits fessiers maximus (gerbes postérieures) (p. 174),

9) en forme de poire (p. 174),

10) verrouillage interne,

11) le jumeau supérieur,

12) jumeau inférieur,

13) verrouillage externe,

14) muscle carré de la cuisse.

Le muscle de verrouillage interne a un parcours particulier. Partant de la surface interne de la membrane obturatrice et des os constituant l'ouverture de l'obturateur, il passe par la petite ouverture sciatique menant à la fosse dans la région du grand trochanter. Le tendon de ce muscle est entouré de deux muscles: le jumeau supérieur et le jumeau inférieur.

Le muscle jumeau supérieur commence à partir de la colonne vertébrale ischiatique et est attaché avec le muscle de verrouillage interne.

Le muscle jumeau inférieur part de la tubérosité ischiatique et est attaché au même endroit que le muscle jumeau supérieur.

Le muscle de verrouillage externe est inférieur au muscle précédent. Il commence à la surface extérieure de la membrane obturatrice et les os qui forment le trou d'obturateur, contourne l'articulation de la hanche par derrière, s'approche de la fosse du grand trochanter, où il est attaché.

Le muscle carré de la cuisse est le plus massif de ces muscles. Il commence à partir de la tubérosité ischiatique et est attaché à la crête qui s’interpose.

Un examen des muscles entourant l'articulation de la hanche montre qu'ils ne sont pas développés de manière égale. Parmi les muscles qui produisent le mouvement de la hanche autour de l’axe transversal, les extenseurs de la hanche sont les plus développés, car ils n’étendent pas et pas tellement la hanche, car ils soutiennent le corps humain dans une position verticale, ramènent le corps dans sa position initiale après le basculement, tout en travaillant en position dominante la pente du corps - en bas, assurant des mouvements en douceur. Ces muscles sont impliqués dans tous les types de répulsion (courir, sauter). L'interaction des muscles fléchisseurs et extenseurs de la hanche est facilement démontrée lors de la marche et de la course.

Les mouvements des jambes avant et arrière sont effectués en réduisant alternativement les fléchisseurs et les extenseurs de la cuisse. Lorsque les joueurs frappent la balle, une forte contraction des muscles fléchisseurs de la cuisse est accompagnée à la fin de la phase d’impact par une tension des extenseurs de la hanche, qui évite les blessures. Une charge statique importante sur ces muscles tombe chez les gymnastes en maintenant les membres inférieurs dans les positions "angle en vis", "angle dans le reste", et chez les athlètes - dans les sauts, dans les sauts. Lors du transfert de la jambe à travers la barre ou la barrière, il est nécessaire de surmonter les actions inhibitrices des deux muscles articulaires de l’arrière de la cuisse, qui, sans capacité correspondante d’étirement, peuvent retarder ce mouvement. Par exemple, il est très difficile d'avancer avec une jambe droite sur une grande échelle: vous pouvez seulement l'élever à un niveau horizontal, tandis qu'une jambe pliée au niveau de l'articulation du genou peut être amenée à l'estomac. Selon PF Lesgaft, la largeur de force des extenseurs de la hanche est deux fois plus grande que celle des fléchisseurs de la hanche.

Tous les muscles produisant des mouvements autour de l'axe antéropostérieur, allongeant et dirigeant la cuisse, sont bien développés, et les muscles produisant des mouvements autour de l'axe vertical sont les muscles du cou-de-pied les plus développés. En décubitus dorsal de la jambe, il est plus facile d’effectuer une balançoire plus importante en tête, d’exercer l’exercice «en deux», etc.

Groupes musculaires fonctionnels produisant des mouvements dans l'articulation du genou

Dans l'articulation du genou, le mouvement du tibia est généralement pris en compte, mais le mouvement de la hanche peut se produire si le tibia est attaché. La présence de deux axes de rotation perpendiculaires: transversale et verticale permet de sélectionner quatre groupes de muscles fonctionnels: les fléchisseurs de la jambe, leurs antagonistes - les extenseurs de la jambe, les pronateurs de la jambe et des membres inférieurs.

Les muscles fléchisseurs de la jambe inférieure sont situés derrière l’axe transversal de l’articulation du genou, à l’arrière de la cuisse et de la jambe inférieure. Ceux-ci comprennent:

1) le biceps de la cuisse (p. 172),

2) semi-secondaire (p. 173),

3) semi-membraneux (p. 173),

4) adaptation (p. 170),

5) mince (p. 175),

Le muscle du mollet fait partie du triceps du mollet. Ce dernier occupe toute la surface postérieure du tibia et se compose de trois têtes: deux têtes, médiale et latérale, désignent le muscle gastrocnémien et une autre le soléaire.

La tête médiale du muscle gastrocnémien commence par le condyle interne, la tête latérale du condyle externe et le muscle soléaire de la surface postérieure des os du tibia et du péroné. Les trois têtes sont connectées, formant le tendon du talon (Achille), qui est attaché à la bosse du talon. Le muscle gastrocnémien, étant un muscle à deux articulations, participe à la flexion du tibia, la tête médiale à la pronation du tibia et la tête latérale à la supination du tibia. En même temps que le muscle soléaire, le muscle gastrocnémien fléchit le pied avec le muscle distal, avec le support proximal, fixe le bas de la jambe et l'empêche d'avancer sous l'influence du poids du corps, mais également de la charge observée lors du patinage et du hockey. Le muscle du mollet est l’un des muscles les plus puissants impliqués dans la répulsion.

Le muscle poplité est situé sur la surface postérieure de l'articulation du genou. Il commence à partir du condyle externe du fémur et est attaché au tibia dans sa partie supérieure. La direction oblique des faisceaux musculaires permet à ce muscle de participer à la flexion du tibia et à sa pronation en travaillant avec le support proximal. Avec un support distal, il incline la cuisse au bas de la jambe et le pénètre.

Dans le prolongement du tibia impliqué un muscle du quadriceps de la cuisse. Il est situé devant l'axe transversal de l'articulation du genou et occupe toute la surface avant et même latérale de la cuisse. Le quadriceps du muscle de la cuisse a quatre têtes:

1) muscle droit de la hanche

2) muscle large latéral de la cuisse,

3) le muscle large médial de la cuisse,

4) muscle intermédiaire de la cuisse.

Parmi ceux-ci, le muscle rectus femoris est bi-articulaire, le reste étant mono-articulaire. Le muscle droit de la cuisse commence à partir de l'épine iliaque antérieure inférieure et les muscles larges du fémur. Le fémur droit plie le fémur avec le support proximal et le muscle distal plie le bassin en avant.

Un tendon épais et assez large du muscle quadriceps de la cuisse englobe la rotule et se termine dans la région de la tubérosité tibiale. Avec le support proximal, le muscle déplie le bas de la jambe, participe à la répulsion et effectue un travail vainqueur. Il est bien développé chez les haltérophiles, les athlètes, les coureurs, les sauteurs et les joueurs de football. La rotule augmente la force de l'épaule des muscles et modifie l'approche des faisceaux de muscles vers le support, ce qui renforce la manifestation de sa force.

Le travail inférieur du quadriceps est particulièrement important. Dans un demi-tour, dans la position initiale du coureur, elle tient la cuisse et tout le corps par rapport au tibia, les empêchant de se rapprocher au niveau du genou sous l’effet de la gravité. Le muscle joue un rôle important dans les montées, les escaliers, le ski et d’autres mouvements.

Pronation et supination de la jambe

Les muscles impliqués dans la pronation de la jambe sont situés à l'intérieur de l'axe vertical ou à l'intérieur de l'articulation du genou.

Ces muscles comprennent:

1) adaptation (p. 170),

2) mince (p. 175),

3) semi-secondaire (p. 173),

4) semi-membraneux (p. 173),

5) la tête médiale du muscle gastrocnémien (p. 177),

6) poplité (page 177).

Les muscles situés à l'extérieur de l'articulation du genou participent à la supination de la jambe.

Ceux-ci comprennent:

1) le biceps de la cuisse (p. 172),

2) la tête latérale du muscle gastrocnémien (p. 177).

Il convient de noter que la pronation et la supination de la jambe inférieure sont plus probables lorsque la jambe inférieure est pliée dans l'articulation du genou. Ces mouvements sont typiques pour les joueurs de football quand ils frappent la balle avec le pied à l’intérieur ou à l’extérieur.

Groupes musculaires fonctionnels produisant un mouvement du pied

Les mouvements du pied se produisent simultanément dans plusieurs articulations (cheville-pied, sous-dent, etc.), il est donc conseillé de considérer ces mouvements non pas séparément dans chaque articulation, mais ensemble.

Ainsi, les trois axes de rotation permettent de distinguer six groupes musculaires fonctionnels impliqués dans les mouvements du pied:

1) fléchisseurs du pied et leurs antagonistes - extenseurs du pied (muscles qui produisent des mouvements autour de l'axe transversal); 2) les muscles qui retirent le pied et les muscles qui causent le pied (provoquant des mouvements autour de l'axe vertical), et 3) les muscles qui pénètrent et les muscles qui soutiennent le pied (qui effectuent des mouvements autour de l'axe avant-arrière).

Les fléchisseurs du pied sont situés derrière l'axe transversal des articulations. Ceux-ci incluent les muscles suivants:

1) le triceps de la jambe (p. 177),

2) tibial postérieur,

3) long fléchisseur de doigt,

4) long fléchisseur du gros orteil,

5) péroné long,

6) péroné court.

Le muscle tibial postérieur est situé sous le muscle soléaire. En partant de la surface postérieure des os du tibia et de la membrane interosseuse, il contourne la cheville interne, passe au côté plantaire du pied et s'attache à la tubérosité du scaphoïde, des os sphénoïdaux et de la base des os métatarsiens 2–4.

Le muscle tibial postérieur participe non seulement à la flexion du pied, mais également à celui des autres muscles pour le rapprocher et renforcer les arcades du pied.

Le long fléchisseur des orteils se situe à l'intérieur du muscle tibial postérieur. Il commence à partir de la surface postérieure du tibia. Son tendon passe sous la cheville intérieure jusqu'à la plante de la plante, où il est divisé en quatre tendons qui, avant de se terminer sur la surface plantaire des phalanges distales des 2e au 5e orteils, testent les tendons du court fléchisseur des doigts (semblables au poignet).

En plus de la flexion du pied, le muscle participe à la flexion des orteils et au renforcement des arches du pied.

Le long fléchisseur du gros orteil est le plus fort des muscles de la couche profonde de la surface postérieure du tibia, il a une structure pennée, il part de la surface postérieure du péroné. Son tendon passe sous la cheville intérieure de la semelle, avant de se fixer à la phalange distale du gros orteil, passe à travers le trou du tendon du fléchisseur court du gros orteil.

En plus de la flexion du pied, le muscle participe à la flexion du gros orteil et renforce l'intérieur de la voûte plantaire longitudinale.

Avec un soutien distal, ces trois muscles fixent la jambe, empêchant ainsi son inclinaison vers l'avant.

Le long muscle fibulaire est situé sur la surface externe du tibia. Cela commence par le péroné et le fascia de la jambe. Le tendon du muscle passe sous la cheville externe, se pliant autour du bord extérieur du pied, traverse en oblique toute la plante du pied et se termine au bord intérieur du pied dans la région du sphénoïde et du 1er métatarse. L'implication des muscles dans la flexion du pied est faible, il enlève davantage le pied, le pénètre et renforce la voûte transversale.

Le muscle fibulaire court est situé sur la surface externe du tibia sous le muscle long du péroné. Il part du tiers moyen du péroné, son tendon passe sous la cheville externe et est attaché à la tubérosité du 5ème métatarsien. La fonction de ce muscle est similaire à celle du muscle précédent.

L'extension du pied produit des muscles situés en face de l'axe transversal de l'articulation pied-cheville. Ils sont situés sur le devant du tibia. Ceux-ci incluent les muscles:

1) tibial antérieur,

2) longs doigts extenseurs,

3) long extenseur du gros orteil.

Le muscle tibial antérieur est le plus fort de ce groupe. Il part du condyle externe du tibia, de sa surface latérale dans les deux tiers supérieurs, de la membrane interosseuse et du fascia du tibia. Situé à l'extérieur du bord antérieur du tibia, le muscle passe dans le tendon, qui passe sous les organes de retenue supérieur et inférieur des muscles extenseurs du pied, et est attaché à l'os cunéiforme médial et à la base du 1er os métatarsien.

Avec le support proximal, le muscle tibial antérieur étend le pied et, avec le support distal, plie la jambe en avant.

Le long extenseur des orteils du pied commence par les os du tibia et de la membrane interosseuse. Le tendon du muscle passe sous la rétention supérieure et inférieure des muscles extenseurs du pied sur sa surface arrière, où il est divisé en quatre tendons, qui sont attachés à la surface arrière des 2e au 5e doigts. Souvent, de l'extérieur du muscle, le faisceau est séparé, ce qui est fixé à la base du 5ème métatarsien et s'appelle le troisième muscle fibulaire. Ils y voient l'isolement du nouveau, inhérent uniquement aux muscles humains, nécessaire pour assurer la position pénétrée du pied lors de la marche (M. G. Prives). Le muscle s'étend et pénètre dans le pied, étend les 2-5ème doigts.

Le long extenseur du gros orteil se situe dans l’espace entre le muscle tibial antérieur et le long extenseur des doigts. Il commence à partir du péroné et de la membrane interosseuse. Le tendon de ce muscle passe sous le suppresseur de rétinaculum de l'extenseur inférieur et est attaché au dos du gros orteil. Le muscle étend le pied et le gros orteil, le support distal pliant le holon antérieurement.

Les muscles extenseurs du pied sont bien développés chez les skieurs, les joueurs de hockey et les patineurs.

Enlèvement et adduction du pied

Les muscles qui enlèvent le pied sont situés du côté extérieur de l'axe vertical de l'articulation pied-cheville. Ceux-ci comprennent:

1) le tibial antérieur (p. 180).

2) péroné court (p. 180).

Il n'y a pas de muscles spéciaux situés à l'intérieur de l'axe vertical de l'articulation. La réduction du pied est réalisée selon la règle du parallélogramme des forces par contraction simultanée des muscles tibiaux antérieur et postérieur.

Pronation et supination du pied

Pendant la pronation du pied, le bord intérieur est abaissé et le bord extérieur du pied est élevé. Les muscles suivants exercent ce mouvement:

1) péroné long (p. 180),

2) péroné court (p. 180),

3) le troisième péroné (p. 181).

Avec la supination, le bord intérieur du pied se lève et le bord extérieur est relâché. Les muscles impliqués dans ce mouvement sont:

1) tibial antérieur (p. 180),

2) long extenseur du gros orteil (p. 181).

Groupes musculaires fonctionnels produisant des mouvements des doigts

Avant d'identifier les groupes fonctionnels de muscles qui assurent le mouvement des doigts, il est conseillé, comme dans la zone de la main, d'examiner les muscles en fonction de leur position. Le pied distingue les muscles du dos et des surfaces plantaires. À l'arrière du pied sont situés:

1) un court extenseur des orteils,

2) un court extenseur du gros orteil.

Le point de départ est le calcanéum. Un extenseur court des orteils est attaché au dos du deuxième au cinquième orteil et un extenseur court du gros orteil au dos du pouce. La fonction est claire à partir du titre.

Sur la surface plantaire du pied, on distingue trois groupes de muscles:

1) interne - muscles de l'éminence du gros orteil,

2) externe - muscles de l'éminence du petit doigt du pied,

Les muscles de l'éminence du gros orteil comprennent:

1) le muscle qui enlève le gros orteil (le muscle le plus développé),

2) un court fléchisseur du gros orteil,

3) le muscle menant le gros orteil (sa tête transversale renforce la cambrure transversale du pied).

Les muscles de l'élévation du petit orteil comprennent:

1) le muscle qui enlève le petit doigt du pied,

2) court fléchisseur du petit doigt du pied,

3) le muscle opposé au petit orteil du pied.

Le groupe musculaire moyen de la surface plantaire du pied est:

1) un court fléchisseur des orteils,

2) muscle carré de la semelle,

3) les muscles ressemblant à des vers,

4) muscles interosseux.

Le court fléchisseur des orteils est similaire au fléchisseur superficiel des doigts. Partant de la tubérosité calcanéenne, le muscle est divisé en quatre tendons et est attaché aux phalanges moyennes des 2e au 5e orteils du pied. Chaque tendon est divisé en deux jambes, entre lesquelles le tendon du long extenseur des doigts passe à la phalange distale. Le muscle fléchit les doigts 2-5 et est impliqué dans le renforcement des arches du pied.

Le muscle carré de la plante du pied s'étend du calcanéum au tendon du long fléchisseur des orteils. Avec la contraction, il fait des mouvements plus rectilignes en raison du long fléchisseur des doigts.

Les muscles ressemblant à des vers vont du tendon du long fléchisseur des doigts au bord intérieur des phalanges proximales des orteils et fléchissent les phalanges proximales dans les articulations plus phalangiennes.

Les muscles interosseux sont divisés en plantaire et dorsal. Il y a trois muscles plantaires et quatre muscles dorsaux. Les muscles interosseux plantaires amènent les doigts, les muscles postérieurs les retirent. L'amplitude de la fonte et du plomb est faible.

Tous les muscles agissant sur les orteils du pied sont divisés en fléchisseurs, extenseurs, muscles, doigts abducteurs et muscles qui les provoquent.

La flexion des orteils du pied exerce les muscles suivants:

1) long fléchisseur de doigt

2) long fléchisseur du gros orteil,

3) fléchisseur de doigt court,

4) un court fléchisseur du gros orteil,

5) court fléchisseur du petit doigt du pied,

6) muscle carré de la semelle,

7) les muscles ressemblant à des vers.

L'extension des orteils du pied produit:

1) doigts extenseurs longs,

2) long extenseur du gros orteil,

3) doigts extenseurs courts,

4) un court extenseur du gros orteil.

Enlèvement de doigts:

1) le muscle qui enlève le gros orteil,

2) le muscle qui enlève le petit doigt du pied,

3) les muscles du dos intercostal.

Apportant les orteils du pied exercice:

1) le muscle, menant le gros orteil,

2) muscles plantaires interosseux.

Comme vous le savez, les fonctions de ressort du pied sont associées à la présence d’arcades longitudinales et transversales. Les muscles renforcent les arches du pied, les soutiennent avec leur tonus dans une certaine position et empêchent l’une des déformations du pied - le pied plat.

La voûte longitudinale du pied (ses parties interne et externe) renforce tous les muscles de la surface plantaire du pied en le rapprochant du talon et des parties distales. Les muscles de l'éminence du gros orteil (le muscle qui enlève le pouce) exercent une charge particulièrement lourde. Le plus puissant des muscles fléchisseurs des doigts est donc le long fléchisseur du pouce, qui renforce la partie interne de la voûte plantaire longitudinale. L'arcade transversale du pied renforce la tête transversale du muscle, ce qui cause le gros orteil, et la boucle tendon-muscle, constituée des muscles antérieurs du tibia et du long mollet.

Fascia membre inférieur

La structure du fascia sur le membre inférieur est dans une certaine mesure similaire à la structure du fascia sur le membre supérieur. Il y a des fascias: les cuisses, les jambes et les pieds. Sur la hanche, le fascia s'appelle le large fascia de la cuisse. À l'avant, il est mince et à l'extérieur, il est fortement épaissi, ce qui forme un large tendon. S'étendant de l'os iliaque au tibia, le fascia forme ce qu'on appelle le tractus iliaque-tibial. Dans la partie supérieure, des faisceaux d'un muscle tendu du fascia large et du grand fessier sont entrelacés. Les cloisons intermusculaires se détachent du large fascia de la cuisse: le groupe musculaire antérieur délimitant et les muscles internes (adducteurs), et latéral séparant le groupe musculaire antérieur du dos. Pour le muscle tailleur, le large fascia forme son propre récipient. De l'arrière de la cuisse, le fascia lata passe dans le fascia poplité.

Le fascia tibia forme deux partitions intermusculaires - antérieure et postérieure. L'antérieur sépare le groupe de muscle antérieur de l'extérieur et le postérieur - le groupe de muscle extérieur du postérieur. Sur la face postérieure du tibia, le fascia présente deux feuillets: le superficiel, recouvrant le triceps du tibia à l'extérieur et le profond, le recouvrant à l'intérieur, séparant les muscles de la couche profonde.

Sur la face antérieure du tibia, un peu plus haut que les chevilles, l'aponévrose du tibia s'épaissit, forme le dispositif de retenue supérieur des muscles extenseurs du pied et des orteils, et légèrement plus bas, approximativement dans la région de l'articulation tibia-pied, qui constitue le dispositif de retenue inférieur des muscles extenseurs du pied et des orteils. Sous ces ligaments se trouvent les muscles, situés dans les canaux osseux-fibreux. Sous les chevilles interne et externe, le fascia, qui s’épaissit, forme également des canaux ostéo-fibreux. Dans le canal situé sous la cheville intérieure, se trouvent les muscles du fléchisseur du pied et des orteils et, sous l’extérieur, les muscles du mollet.

L'aponévrose postérieure du pied est mince, sur la plante des pieds, elle s'épaissit et forme l'aponévrose plantaire, à partir de laquelle se séparent deux septa intermusculaires. Chaque groupe musculaire possède donc ses propres réceptacles. Dans la région des canaux fibreux ou fibreux, les tendons sont entourés d'une fine membrane synoviale. Une feuille couvre le tendon et l'autre couvre la paroi du canal; il y a une petite quantité de fluide entre les feuilles, ce qui réduit le frottement des tendons lorsqu'ils se déplacent dans les canaux.

Formations topographiques du membre inférieur

Dans la région pelvienne, au-dessus et au-dessous du muscle en forme de poire, il existe des ouvertures nagruveuses et sous-grosses par lesquelles passent les vaisseaux fessiers. La rainure de verrouillage, complétée par une membrane de verrouillage et des muscles de verrouillage, forme un canal de verrouillage. À travers elle passent les mêmes vaisseaux et nerf.

Sur la face antérieure de la cuisse, immédiatement sous le ligament inguinal, se trouve un triangle fémoral dont la base est tournée vers le haut et le haut vers le bas. De là-haut, il est limité par le ligament inguinal, à l'extérieur par le muscle vestimentaire, à l'intérieur par le long muscle adducteur. Le bas du triangle fémoral est constitué des muscles iliopsoas et de la crête. Dans ce triangle se trouvent le faisceau neurovasculaire et les ganglions lymphatiques, à travers lesquels la lymphe s'écoule de tout le membre inférieur. À partir du triangle, il est possible de pénétrer dans la fosse poplitée par le canal de l’adducteur situé dans le tiers inférieur de la cuisse, entre le muscle large interne de la cuisse et le gros muscle adducteur. Devant ce canal est fermé par un fascia. À travers elle, le faisceau neurovasculaire passe à l'arrière de la cuisse dans la fosse poplitée.

La fosse poplitée est située sur la surface postérieure de l'articulation du genou, entre la cuisse et le tibia. Il a la forme d'un losange dont l'angle supérieur est formé à l'extérieur par le biceps fémoral et de l'intérieur par les muscles semi-tendineux et semi-périnéal, l'angle inférieur par les têtes externe et interne du muscle gastrocnémien. Le fond de la fosse poplitée est formé par le fémur et le sac de l'articulation du genou. Dans la fosse poplitée se trouvent le faisceau neurovasculaire et les ganglions lymphatiques. De là commence le canal mollet-poplité, entre le muscle triceps de la jambe et la couche musculaire profonde. Dans le canal se trouvent les vaisseaux et le nerf tibial. Sur la surface plantaire du pied, sur les bords du muscle - un fléchisseur court, les doigts, il existe deux rainures - interne et externe, qui servent également au passage des vaisseaux sanguins et des nerfs.

Pronation de la hanche

Les muscles de la cuisse sont relativement petits. Cela comprend:

1) fascia large pour attache musculaire (voir page 176);

2) faisceaux antérieurs du muscle moyen fessier (voir p. 178);

3) les faisceaux antérieurs du petit muscle grand fessier (voir p. 180);

4) muscles semi-tendineux, semi-membraneux et minces (voir p. 178,180).

Les muscles adducteurs contribuent également à la pronation de la cuisse fortement supinée.

Il convient de noter qu’avec le soutien d’une jambe étendue sur le talon, la pronation et la supination de la cuisse peuvent être exécutées plus intensément que dans la position de la cuisse sur le poids. Ceci s'explique par le fait que dans le premier cas, les muscles qui soulèvent la cuisse sont relâchés et dans le second cas, ils se contractent et leur tonalité empêche les hanches de tourner autour de l'axe vertical de l'articulation de la hanche.

La liste de muscles ci-dessus montre qu'un même muscle peut participer à différents mouvements. En outre, un même muscle peut effectuer différentes tâches dans différentes positions de départ. Par exemple, le grand muscle adducteur étend la hanche à partir de la position courbée et mène à partir de l'enlèvement. Par conséquent, l'implication des muscles dans un mouvement particulier ne peut être caractérisée qu'en tenant compte de la position initiale du corps. De plus, des faisceaux individuels de gros muscles peuvent se contracter de manière isolée. Si, par exemple, le grand fessier est entièrement réduit, il enlève la cuisse; si seuls ses rayons avant sont réduits, il le fait tourner vers l’intérieur. Tous les muscles qui bougent la cuisse sont simultanément impliqués, si la cuisse est reconstituée, dans les mouvements du bassin et du corps. Ainsi, le muscle pso-lombaire, avec le fémur attaché, fait fléchir le bassin et la colonne lombaire, faisant avancer le corps; un grand avec un torse plié effectue l'effet inverse - il étend le torse dans l'articulation de la hanche.

La mobilité de la hanche dépend de la position de la jambe inférieure. Si elle est non courbée, une flexion active dans laquelle les articulations sans mouvements amicaux dans l’autre ne conduit généralement pas la hanche à une position horizontale, car les biceps étirants, les muscles semi-secs et semi-membraneux empêchent un tel mouvement (voir Fig. 59).. Au contraire, lorsque la jambe est pliée au niveau de l'articulation du genou, lorsque les muscles indiqués ne servent pas de frein, la flexion est possible même au-dessus du plan horizontal. Lorsque vous redressez les hanches, les rapports sont inversés: lorsque le tibia est plié, vous pouvez redresser la cuisse moins que lorsque le tibia est plié, car dans le premier cas, le muscle droit de la cuisse est plus tendu que dans le second.

La mobilité dans l'articulation de la hanche peut être considérablement accrue par l'application d'une force externe. Par exemple, la cuisse peut être pliée de manière serrée jusqu’à son contact avec la surface avant d’un torse positionné verticalement, tout en pliant simultanément le tibia. Cela nécessite d'étirer principalement les muscles derrière l'articulation de la hanche, dont la résistance n'est pas difficile à surmonter. Il est plus difficile d’augmenter le degré d’extension de la hanche (par exemple, lors de l’exercice de «division», lorsque la force externe qui augmente la mobilité dans cette direction est le poids du corps lui-même). Le frein pour un tel mouvement est principalement sous-estimé.

69. Muscles, supiniruyuschie et pénétrant dans la cuisse.

Tournez la hanche vers l'extérieur: gros, moyens et petits muscles fessiers, muscle tailleur, muscle pso-lombaire, muscle carré de la cuisse, muscles de verrouillage externes et internes, muscles jumeaux, muscle en forme de poire.

Le muscle grand fessier commence au sacrum, à la partie postérieure de l’Ilium et au ligament sacrocumulus, et est attaché à la tubérosité fessière du fémur et au large fascia. La fonction musculaire est l'extension et la supination de la hanche. Il produit également une extension du bassin par rapport à la cuisse (extension du tronc à partir d'une position courbée).

Le muscle grand fessier commence à la surface externe de l'Ilium et du large fascia de la cuisse et est attaché au grand trochanter. Sa fonction principale est l'enlèvement de la hanche. Du fait que les fibres antérieures des muscles vont de haut en bas et en arrière, et en arrière, de haut en bas et en avant, il participe à la pronation (faisceaux avant) et à la supination (faisceaux arrière) de la cuisse.

Le grand fessier commence au ilium et s'attache au grand trochanter. La fonction de ce muscle est similaire à celle du muscle moyen fessier.

Le muscle tailleur est le muscle le plus long de tout le corps, partant de l'épine iliaque antéro-supérieure et s'attachant à la tubérosité tibiale. Fonction: plie la hanche et le tibia, fait pivoter le tibia plié vers l’intérieur.

Le muscle iliopsoas est constitué de trois parties: le gros muscle lombaire, le muscle iliaque et les petits muscles lombaires. Le muscle psoas majeur commence à partir des corps et des processus transversaux des cinq vertèbres lombaires et le corps de la XIIe vertèbre thoracique se confond avec le muscle iliaque. Le muscle iléal est situé dans la région de la fosse iliaque, qui lui sert de point de départ. Les deux muscles (gros lombaire et iliaque) avec un tendon commun sont attachés à la petite brochette. Le petit muscle lombaire part des corps de la XIIe vertèbre thoracique et lombaire. Il est attaché au fascia du pelvis qu’il tire. Ce muscle est instable. Sa fonction est de fléchir et dorsal les hanches. Si la hanche est fixée, elle fléchit la colonne vertébrale et le bassin par rapport à la cuisse.

Le muscle carré de la cuisse part du poignet sciatique, va vers le côté latéral, est adjacent à l'arrière de l'articulation de la hanche et est attaché au grand trochanter.

Le muscle obturateur externe commence à partir de la surface externe de la membrane obturatrice et des zones adjacentes des os pubiens et sciatiques, s'étend latéralement et est attaché à la fosse trochantérienne et à la poche de l'articulation de la hanche.

Le muscle de verrouillage interne commence à partir de la membrane de verrouillage, va vers le côté latéral, se penche sur la petite encoche sciatique, pénètre dans la région fessière et est attaché à la fosse trochantérienne. Les tendons jumeaux supérieurs et inférieurs sont attachés au tendon du muscle obturateur interne, après sa sortie du pelvis, qui se trouvent au-dessus et au-dessous de celui-ci. Ces deux petits muscles partent de l'épine sciatique (muscle supérieur) et du tubercule sciatique (muscle inférieur). Le blocage interne et les muscles jumeaux ont pour fonction d'abduction de la cuisse, si le bassin est fixe, et en position debout sur une jambe - en empêchant le bassin de basculer dans la direction de la jambe opposée. De plus, ces muscles participent également à la supination de la cuisse.

Le muscle en forme de poire commence à la surface frontale du sacrum, traverse le grand orifice sciatique de la région fessière et est attaché au sommet du grand trochanter. Ce muscle rétracte la cuisse. Puisque la résultante passe derrière l'axe vertical de l'articulation de la hanche, elle participe également à la supination de la cuisse.

Le fémur est tourné vers l'intérieur: le muscle grand fessier (faisceaux antérieurs), le muscle grand fessier, le fascia du fascia large, le muscle semi-tendineux, le muscle semi-membraneux, le muscle mince.

Muscle grand fessier

Petit muscle fessier

L'attache musculaire de l'aponévrose large commence à partir de l'épine iliaque antérieure supérieure et descend légèrement vers l'arrière entre deux feuilles du fascia large auquel elle est fixée. Le prolongement du tendon de ce muscle s'appelle le tractus iléo-tibial, constituant la partie densifiée du large fascia de la cuisse et attaché au condyle latéral de l'os tibial. Ce muscle n'est pas seulement le fléchisseur de la hanche, mais aussi son pronateur. En plus, elle enlève la cuisse. Avec une cuisse fixe, il participe à la rotation du bassin.

Le muscle semitendinosus commence à la tubérosité ischiatique; attaché au côté médial de la tubérosité tibiale. Fonction: étend la cuisse, fléchit la jambe.

Le muscle semi-membraneux commence sur le tubercule ischiatique. Situé derrière le muscle sémérite, il se fixe au condyle médial du tibia. Le muscle allonge la cuisse, fléchit la jambe et participe à la pronation de la jambe. Lorsque la jambe est attachée, le muscle semi-membraneux incline le bassin en arrière et le fixe également à la cuisse, l'empêchant de se pencher en avant, allongeant la cuisse, se pliant et tournant la jambe vers l'intérieur.

Le muscle mince commence à la branche inférieure de l'os pubien, descend sous la forme d'un brin musculaire plutôt mince et s'attache à la tubérosité plus du tibia. De tous les muscles adducteurs, il s'agit du seul muscle à deux articulations. En passant près de l'articulation du genou, un peu en arrière et médialement par rapport à son axe transversal, il entraîne la cuisse et contribue à la flexion du tibia dans l'articulation du genou.

La supination de la cuisse;

Réduction de la hanche

Enlèvement de la hanche

Extension de la hanche

Flexion de la hanche

Muscles produisant des mouvements dans l'articulation de la hanche

BIOMÉCANIQUE DU MUSCLE DES MEMBRES INFÉRIEURS

Les muscles du membre inférieur produisent des mouvements au niveau des articulations de la hanche, du genou, de la cheville et du pied.

En conséquence, trois axes de rotation mutuellement perpendiculaires, passant par le centre de l'articulation de la hanche, dans cette articulation, la cuisse avec le bassin fixe, et avec celui-ci ainsi que l'ensemble de la jambe, peuvent effectuer les mouvements suivants:

1) flexion et extension, c.-à-d. mouvement de va-et-vient;

2) conduire et couler;

3) pronation et supination;

4) mouvement circulaire (circulation).

Lors de la fixation de la hanche ou de la jambe entière, les muscles produisent des mouvements du bassin: en avant, en arrière, sur le côté et se tournent à gauche et à droite. Pour mettre en œuvre ces mouvements dans l'articulation de la hanche, il existe six groupes musculaires fonctionnels.

Les muscles qui font la flexion de la hanche au niveau de l'articulation de la hanche sont les muscles qui traversent l'axe transversal de cette articulation et se trouvent en face de celle-ci. À eux appartiennent:

3) une passoire large muscle de l'aponévrose,

4) le droit fémoral.

Les muscles qui coupent également l'axe transversal de l'articulation de la hanche, mais sont situés derrière celle-ci, participent à l'extension de la cuisse. Ces muscles vont du bassin à la cuisse et du bassin au bas de la jambe. Ceux-ci comprennent:

1) le grand fessier;

2) le biceps fémoral;

5) grand adducteur

Les muscles qui retirent la cuisse se situent sur son côté latéral et s’attachent principalement au grand trochanter. Ces muscles comprennent:

1) le fessier moyen;

2) petit grand fessier;

4) verrouillage interne;

6) fascia large d'attache musculaire.

La réduction de la cuisse exerce les muscles, en traversant l'axe sagittal de l'articulation de la hanche et se situe médialement. Ceux-ci comprennent:

3) long menant;

4) courte avance;

5) un grand adducteur.

Les muscles qui sont en supination de la cuisse, sauf les psoas-psoas. croiser obliquement l’axe vertical de la hanche. Le muscle iléo-lombaire suppose la hanche en raison de l'emplacement particulier du petit trochanter (non seulement à l'avant mais également à l'intérieur). Les muscles qui soutiennent la cuisse comprennent:

2) muscle carré de la cuisse;

3) les muscles fessiers, dont la moyenne et la petite supinent la cuisse uniquement avec ses rayons postérieurs;

5) verrouillage interne et externe des muscles de verrouillage;



Article Suivant
Causes et traitement des démangeaisons au pied