TOUT SUR LA MEDECINE


Le processus de réduction du volume du tissu musculaire à la suite de sa dégénérescence est appelé atrophie musculaire.

En raison de divers processus pathologiques, il se produit un amincissement des fibres musculaires, dû au remplacement du tissu musculaire par du tissu conjonctif, et une diminution du tonus musculaire apparaît. En conséquence, l'activité motrice diminue et il arrive parfois que le patient soit totalement immobile.

Causes de l'atrophie musculaire

Les causes de l'atrophie musculaire sont multiples et touchent une personne à tout âge. L'atrophie musculaire chez l'enfant a des conséquences particulièrement graves.

L'atrophie des muscles des extrémités peut survenir lorsque les processus métaboliques du corps sont perturbés, en raison de changements destructeurs liés à l'âge, résultant de maladies endocriniennes et infectieuses. De plus, les causes de l'atrophie musculaire peuvent être des modifications de la régulation nerveuse de son tonus à la suite d'une polynévrite ou d'une intoxication du corps. La pathologie congénitale du déficit en enzyme ou sa forme acquise contribuent également au développement de l'atrophie musculaire.

L'immobilisation des muscles chez un patient après une chirurgie contribue au développement de l'atrophie. L'atrophie musculaire après la chirurgie est souvent observée avec des fractures importantes, lorsqu'une personne est obligée de rester longtemps au lit.

En cas d'atrophie musculaire après une intervention chirurgicale, le traitement donne un pronostic positif.

Symptômes de l'atrophie musculaire

Le principal symptôme de l'atrophie musculaire est une diminution de leur volume, ce qui est clairement observé par rapport à un autre organe à paire similaire.

Il existe une forme primaire et secondaire de la maladie.

L'atrophie musculaire primitive se manifeste par une maladie héréditaire, ainsi que par diverses blessures - blessures, augmentation de l'effort physique, ecchymoses et autres facteurs traumatiques.

Les symptômes de la maladie se manifestent par une fatigue rapide, une diminution du tonus musculaire, parfois des contractions involontaires. Ces signes indiquent un changement dans les motoneurones.

L'atrophie musculaire secondaire est généralement le résultat d'une maladie, mais peut se développer comme la forme principale après une blessure.

L'atrophie secondaire affecte le plus souvent les membres inférieurs, les mains et les avant-bras, ce qui entraîne une diminution de la fonction motrice ou une paralysie. Cette forme de la maladie progresse lentement, mais de graves douleurs paroxystiques sont possibles.

L’atrophie neuronale, l’une des sous-espèces de l’atrophie secondaire, se caractérise par des modifications structurelles des muscles des pieds et des jambes. Dans ce cas, la démarche de la patiente change, alors que le patient lève plus haut ses genoux. Au fur et à mesure que l'atrophie se développe, les réflexes des muscles s'éteignent et l'atrophie progresse sur les autres membres.

Une forme progressive de la maladie est généralement observée avec une atrophie musculaire chez les enfants. Cette forme de la maladie est appelée l'atrophie de Verdnig-Hoffmann et a une forme de flux sévère. Habituellement, il se manifeste très tôt et peut se manifester chez plusieurs enfants à la fois. L'atrophie musculaire chez les enfants entraîne une diminution et parfois une perte complète des réflexes tendineux, de l'hypotension et des contractions musculaires.

Les membres supérieurs sont plus souvent affectés par l'atrophie d'Aran-Dushen, lors de l'atrophie des doigts et des muscles interosseux. Un symptôme caractéristique de cette maladie est la «brosse à singe».

Il y a une sensibilité dans les membres, mais il n'y a pas de réflexe tendineux. En développement, l'atrophie affecte les muscles du torse et du cou.

Selon la gravité de l'atrophie, une palpation douloureuse du muscle est possible.

Comment traiter l'atrophie musculaire

Le traitement de l'atrophie musculaire est basé sur la nature du processus, la forme de la maladie et les caractéristiques d'âge du patient.

À l'heure actuelle, il n'existe pas de médicaments pour guérir complètement la maladie. Mais pour faciliter la vie des patients, on utilise un traitement médicamenteux visant à soulager les symptômes et à améliorer les processus métaboliques dans le corps.

En fonction des caractéristiques individuelles du patient, le médecin décidera comment traiter l’atrophie musculaire dans ce cas particulier.

Dans le traitement général de l'atrophie musculaire, des médicaments tels que le dibazol, les vitamines B et E, le galantamyl, la prozerine et l'ATP sont utilisés. Il a une transfusion sanguine efficace.

La procédure obligatoire nécessaire au maintien du tonus est considérée comme un massage par atrophie musculaire. Son utilisation peut considérablement réduire les symptômes de la maladie. Le massage pour l'atrophie musculaire doit être effectué au moins une fois par jour et régulièrement, sans prendre de pause. Les recommandations pour le massage et le nombre de séances par jour sont données au spécialiste approprié. Le choix de la technique de massage pour l’atrophie musculaire dépend directement de l’état des muscles et de la nature de l’atrophie.

Un pronostic particulièrement favorable à l'utilisation du massage est observé en cas d'atrophie musculaire postopératoire.

Le traitement de l'atrophie musculaire implique l'utilisation de la gymnastique médicale, de la physiothérapie, de l'électrothérapie.

Le traitement de l’atrophie ne doit pas être interrompu et il est nécessaire de le répéter régulièrement conformément aux recommandations du médecin traitant.

Nous ne devons pas oublier une bonne nutrition avec une prédominance de produits vitaminés.

Dans l'atrophie pédiatrique des muscles, vous pouvez utiliser des séances psychologiques avec la participation d'un neuropathologiste et d'un psychologue.

Sur la façon de traiter l'atrophie musculaire, le meilleur conseil sera donné par un spécialiste diagnostiquant et observant une maladie particulière.

Atrophie musculaire

Brève description de la maladie

L'atrophie musculaire est un processus qui entraîne une diminution du volume et une dégénérescence des tissus musculaires. En termes simples, les fibres musculaires commencent à s’amincir et, dans certains cas, à disparaître complètement, ce qui entraîne une limitation sérieuse de l’activité physique et une immobilité à long terme du patient.

Dans la pratique médicale, il existe plusieurs types d’atrophie, mais nous en parlerons un peu plus bas, mais pour l’instant examinons plus en détail les causes de cette pathologie. L’atrophie des muscles des jambes et d’autres membres du corps résulte de:

  • réduire le métabolisme et le vieillissement;
  • maladies chroniques des glandes endocrines, des intestins, de l'estomac, du tissu conjonctif;
  • maladies infectieuses et parasitaires;
  • troubles de la régulation nerveuse du tonus musculaire associés à une intoxication, une polynévrite et d'autres facteurs;
  • déficience enzymatique congénitale ou acquise.

Atrophie musculaire - symptômes et présentation clinique

La forme primaire de la maladie est exprimée dans les lésions directes du muscle lui-même. Cette pathologie peut être causée à la fois par une mauvaise hérédité et par un certain nombre de facteurs externes - blessures, ecchymoses et surmenage physique. Le patient se fatigue rapidement, le tonus musculaire diminue constamment, on observe parfois des saccades involontaires des extrémités, ce qui indique une atteinte des motoneurones.

Atrophie musculaire secondaire - le traitement repose sur l'élimination de la maladie sous-jacente et d'autres causes ayant conduit au processus atrophique. L'atrophie musculaire secondaire la plus courante se développe après des blessures et des infections. Chez les patients, les cellules motrices des pieds, des jambes, des mains et de l'avant-bras sont atteintes, ce qui entraîne une restriction de l'activité de ces organes, une paralysie partielle ou complète. Dans la plupart des cas, la maladie se caractérise par un processus lent, mais des exacerbations sont également possibles, accompagnées d'une douleur intense.

La forme secondaire de la maladie est divisée en plusieurs types:

  • myotrophie neurale - dans ce cas, l’atrophie musculaire est associée à une déformation des pieds et des jambes. Les patients ont des troubles de la marche, ils acquièrent le caractère de pas, quand, en marchant, une personne lève les genoux haut. Au fil du temps, les réflexes des pieds disparaissent complètement et la maladie se propage à d’autres membres;
  • atrophie progressive des muscles - les symptômes se manifestent généralement pendant l'enfance. La maladie est grave et s'accompagne d'une hypotension grave, d'une perte des réflexes tendineux et de contractions des membres;
  • Atrophie musculaire Aran-Duchenne - localisée principalement dans les membres supérieurs. Atrophie des muscles et des doigts intercostaux chez les patients. La main prend la forme d'un "pinceau de singe". Dans le même temps, la sensibilité des extrémités demeure, mais les réflexes tendineux disparaissent complètement. Le processus d'atrophie progresse régulièrement et, avec le temps, affecte les muscles du cou et du torse.

La principale caractéristique de tous les types d’atrophie est une diminution du volume du muscle endommagé. Ceci est particulièrement visible lorsque comparé à l'organe apparié du côté sain. En outre, l'atrophie musculaire, dont les symptômes dépendent de la gravité du processus, entraîne toujours une diminution du tonus musculaire et s'accompagne de sensations douloureuses lors de la palpation des membres.

Atrophie musculaire - traitement de la maladie

Le choix de la méthode de traitement dépend de nombreux facteurs, notamment la forme de la maladie, la gravité du processus et l'âge du patient. Le traitement médicamenteux implique la prise de médicaments tels que: l'adénosine triphosphate de sel disodique (30 injections intramusculaires), les vitamines B1, B12 et E, la galantamine (10-15 injections par voie sous-cutanée) et la prozerine (injections orale ou sous-cutanée).

Le choix d’une nutrition adéquate, les procédures physiothérapeutiques, les massages, les exercices thérapeutiques, l’électrothérapie, la psychothérapie et les pratiques spirituelles sont également des activités très importantes. Si l’atrophie musculaire entraîne un retard de développement intellectuel chez un enfant, des séances de neuropsychologie lui sont alors prescrites, conçues pour aplanir les problèmes de communication et d’apprentissage de nouvelles choses.

Il convient de noter qu’à ce stade, les médecins ne disposent pas d’un médicament garantissant la guérison de l’atrophie musculaire des jambes et des autres membres. Néanmoins, la méthode correctement choisie permet de ralentir considérablement le processus d’atrophie, augmente la régénération des fibres musculaires et rend une occasion perdue à une personne. Pour ce faire, vous devez respecter scrupuleusement les recommandations du médecin, effectuer toutes les procédures médicales prescrites et, surtout, ne pas perdre courage, car vous pouvez vivre en harmonie avec le monde entier pour toutes les maladies, même les plus graves.

Atrophie musculaire

Causes et symptômes de l'atrophie musculaire, diagnostic et traitement

Qu'est-ce que l'atrophie musculaire?

Le processus d'atrophie musculaire se développe progressivement et conduit à une diminution croissante de leur volume et à la dégénérescence des fibres musculaires, qui deviennent plus minces. Dans les cas particulièrement graves, leur nombre peut être réduit jusqu'à la disparition complète. Allouer une atrophie musculaire primaire (simple) et secondaire (neurogène).

En raison du développement de l'atrophie musculaire dans le corps humain commence à diminuer, la déformation du tissu musculaire, le remplaçant par le connectif, incapable d'effectuer la fonction motrice. La force musculaire est perdue, le tonus musculaire diminue, ce qui conduit à une limitation de l'activité motrice ou à sa perte complète.

Causes de l'atrophie musculaire

L'atrophie musculaire primaire est causée par une lésion du muscle lui-même. La cause de la maladie dans ce cas peut être une hérédité défavorable, qui se traduit par des troubles métaboliques sous la forme d’un défaut congénital des enzymes musculaires ou d’une haute perméabilité des membranes cellulaires. Les facteurs environnementaux provoquent également un début significatif du processus pathologique. Ceux-ci incluent le stress physique, les infections et les traumatismes. L'atrophie musculaire primaire la plus prononcée dans la myopathie.

L'atrophie musculaire peut être causée par un traumatisme des troncs nerveux, un processus infectieux qui se produit lorsque les cellules motrices de la moelle épinière sont endommagées, telles que la poliomyélite et les maladies analogues à la poliomyélite.

Parfois, le processus pathologique est héréditaire. Dans ce cas, les parties distales des membres sont touchées et le processus lui-même se déroule plus lentement et est bénigne.

Dans l'étiologie de la maladie, on distingue les facteurs suivants: tumeurs malignes, paralysie de la moelle épinière ou des nerfs périphériques. L'atrophie musculaire se développe souvent dans le contexte de blessures diverses, de la famine, de l'intoxication, en raison du ralentissement des processus métaboliques avec le vieillissement de l'organisme, de l'inactivité motrice à long terme pour une raison quelconque, à la suite de maladies chroniques.

Si la moelle épinière et les gros troncs nerveux sont touchés, une atrophie du muscle neuropathique se développe. Avec la thrombose de gros vaisseaux ou une circulation sanguine altérée dans le tissu musculaire, la forme ischémique se développe à la suite de dommages mécaniques ou pathologiques. La cause de la forme fonctionnelle est l’inactivité motrice absolue, souvent partielle, due à des processus pathologiques de l’organisme - arthrite, polio et maladies analogues à la polymyélite.

Symptômes de l'atrophie musculaire

Il existe deux formes de la maladie:

- La maladie est diagnostiquée primaire si le muscle lui-même est directement affecté. L'hérédité joue un rôle important dans la pathogenèse, se développant souvent à la suite d'une blessure ou à la suite de contusions, d'intoxications et de surmenage physique. Fatigue cliniquement exprimée, diminution marquée du tonus musculaire. Il peut y avoir une contraction caractéristique des membres.

- L'atrophie musculaire secondaire se développe plus souvent à la suite d'une complication post-traumatique ou après diverses infections. En conséquence, les cellules motrices sont endommagées, ce qui entraîne une limitation de la fonction motrice des pieds, des jambes, des mains, de l'avant-bras, ainsi qu'une paralysie partielle ou complète. Fondamentalement, la maladie a un courant lent, mais il y a aussi des périodes de flambées aiguës de la maladie, accompagnées de douleurs intenses.

L'atrophie musculaire secondaire est divisée en:

Myotrophie neurale - sous cette forme, les muscles des pieds et des jambes sont affectés et leur déformation se produit. La démarche du patient change. Pour que ses pieds pendants ne touchent pas le sol, il commence à lever les genoux haut. La sensibilité superficielle est perdue et les réflexes disparaissent. Quelques années après le début de la maladie, la maladie passe aux mains et aux avant-bras.

Le parcours le plus difficile et le plus complexe est observé avec une atrophie musculaire progressive, qui se manifeste le plus souvent dans la petite enfance et dans la famille où les parents sont en bonne santé. Cette forme est caractérisée par une perte complète des réflexes tendineux, une forte diminution de la pression artérielle. On observe souvent des contractions fibrillaires des membres.

L'atrophie musculaire progressive se développe chez l'adulte et est appelée syndrome atrophique. En même temps, les parties distales ou distantes des membres supérieurs sont touchées - les doigts, les muscles interosseux de la main. La main prend une forme spécifique, elle devient comme un singe. Les réflexes tendineux disparaissent, mais la sensibilité reste. Avec le développement ultérieur de la maladie dans le processus pathologique comprend les muscles du cou et du tronc.

Une caractéristique commune à tous les types d’atrophie musculaire est une diminution du volume du muscle endommagé, ce qui est particulièrement perceptible par rapport au côté sain. La gravité des symptômes dépend de la gravité et de l'étendue de la maladie. Dans tous les cas, elle entraîne une diminution du tonus musculaire et de la douleur à la palpation des membres.

Diagnostic de l'atrophie musculaire

Le diagnostic de l'atrophie musculaire n'est actuellement pas un problème. Pour identifier la cause de base de la maladie, une analyse sanguine clinique et biochimique complète, ainsi que des études fonctionnelles de la glande thyroïde et du foie sont réalisées. L'électromyographie et l'étude de la conduction nerveuse, la biopsie musculaire, ainsi que la prise d'antécédents complets sont nécessaires. Si nécessaire, des méthodes d'examen supplémentaires sont désignées.

Formes d'atrophie musculaire

Il existe plusieurs formes de la maladie. L'amyotrophie neurale, ou amyotrophie de Charcot-Marie, survient lorsque les muscles du pied et de la jambe sont endommagés, le groupe des extenseurs et le groupe des abducteurs de la jambe sont les plus sensibles au processus pathologique. Pieds déformés. Les patients ont une démarche caractéristique, au cours de laquelle les patients lèvent les genoux haut, comme le pied, tout en soulevant les jambes, s'affaissent et gênent la marche. Le médecin constate l’extinction des réflexes, une diminution de la sensibilité de la surface des membres inférieurs. Des années après le début de la maladie, les mains et les avant-bras sont impliqués dans le processus pathologique.

Atrophie musculaire progressive Verdniga-Hofmann se caractérise par une évolution plus sévère. Les premiers symptômes de l'atrophie musculaire apparaissent chez un enfant à un âge précoce, souvent dans une famille de parents apparemment en bonne santé, plusieurs enfants souffrent de la maladie en même temps. La maladie se caractérise par une perte des réflexes tendineux, une forte diminution de la pression artérielle et des contractions fibrillaires.

Le syndrome atrophique accompagne une atrophie musculaire progressive chez l'adulte - une atrophie d'Aran-Duschen. Au début, le processus pathologique est localisé dans les parties distales des membres supérieurs. L'atrophie musculaire affecte également l'élévation du pouce, du petit doigt et des muscles interosseux. Les mains des patients prennent la pose caractéristique de la «main de singe». La pathologie s'accompagne également de la disparition des réflexes tendineux, mais la sensibilité est préservée. Le processus pathologique progresse avec le temps, les muscles du cou et du tronc y sont impliqués.

Traitement de l'atrophie musculaire

Lors du choix d'une méthode de traitement, des facteurs importants sont pris en compte: l'âge du patient, la gravité et la forme de la maladie. Le traitement de la maladie sous-jacente, qui a conduit au développement d’une atrophie musculaire, revêt une importance primordiale. Un traitement médical est effectué et un autre est prescrit: procédures physiothérapeutiques, électrothérapie, massage thérapeutique et gymnastique. Le strict respect de toutes les recommandations et exigences du médecin permet à de nombreux patients de retrouver leurs capacités motrices perdues et de ralentir le processus d’atrophie.

Atrophie musculaire

L'atrophie musculaire est le symptôme d'un certain processus pathologique qui conduit à l'amincissement des fibres musculaires et, par conséquent, à l'immobilité du patient. Il convient de noter que le développement de cette pathologie est assez long dans le temps - de plusieurs mois à plusieurs années. En fait, le tissu musculaire est remplacé par du tissu conjonctif, ce qui entraîne une violation ou une perte complète de la fonction motrice chez une personne. Le traitement d'une telle violation doit être effectué strictement sous le contrôle d'un médecin spécialiste.

Étiologie

Les cliniciens identifient deux types de facteurs étiologiques de l'atrophie musculaire - primaire et secondaire. La forme primaire de la maladie est héréditaire et toute pathologie neurologique ne peut qu'aggraver la pathologie, mais ne deviendra pas un facteur provoquant.

Les facteurs étiologiques secondaires sont les suivants:

  • stress physique constant, conséquence d'un effort physique excessif dans le sport ou dû à la nature du travail;
  • maladies infectieuses;
  • lésions nerveuses;
  • myopathie;
  • pathologie des cellules motrices du cerveau;
  • maladies infectieuses d'étiologie typique.

Outre les processus pathologiques pouvant conduire à une atrophie musculaire, il convient de distinguer les facteurs prédisposants communs au développement de ce processus pathologique:

  • troubles du système nerveux périphérique;
  • la paralysie;
  • dommages mécaniques à la colonne vertébrale;
  • manque de nutrition et de repos;
  • dommages au corps de substances toxiques;
  • violation des processus métaboliques dans le corps;
  • long repos au lit.

Il convient de noter que très souvent, ce symptôme peut être observé après une blessure grave du système musculo-squelettique ou en restant immobile. Dans tous les cas, la rééducation après de telles pathologies ne devrait être effectuée que par un médecin qualifié. L'autotraitement (dans ce cas, il ne s'agit pas uniquement de prendre des médicaments, mais également de massage, de thérapie par l'exercice) peut entraîner une invalidité totale.

Symptomatologie

Au stade initial du développement, l’atrophie des muscles du dos ou d’autres parties du corps ne se manifeste que par une fatigue accrue due à un effort physique. En conséquence, le patient peut être dérangé par la douleur.

À mesure que les symptômes se développent, le tableau clinique peut être complété par les symptômes suivants:

  • avec une atrophie des muscles des membres, on observe un tremblement;
  • limitation des mouvements des bras, des jambes et du tronc;
  • changement de démarche habituelle;
  • perte de sensation dans les membres;
  • hypotension artérielle.

Si la cause de l'atrophie des muscles de la cuisse ou d'autres parties du corps est devenue un processus infectieux, le tableau clinique peut être complété par les symptômes suivants:

Dans ce cas, si l'atrophie spinale des muscles est à l'origine de lésions du système nerveux, le tableau clinique général peut être complété par les signes suivants:

La gravité des symptômes de l'atrophie vertébrale dépend entièrement de la gravité de la blessure ou du degré de détérioration du tonus musculaire. Par conséquent, un médecin doit être consulté dès les premiers signes de lésion du tissu musculaire. Dans ce cas, des complications graves peuvent être évitées.

Diagnostics

Si vous soupçonnez le développement d'un processus atrophique des muscles, consultez immédiatement un médecin. La spécialisation du médecin lors de l’examen initial dépendra du tableau clinique actuel et de l’état général du patient.

Le programme de diagnostic comprend les éléments suivants:

  • examen physique avec clarification de l'anamnèse générale;
  • test sanguin clinique et biochimique;
  • électromyographie;
  • études hormonales;
  • Échographie de la glande thyroïde;
  • biopsie musculaire;
  • tests de conduction nerveuse;
  • CT et IRM.

Des méthodes de diagnostic supplémentaires dépendront du tableau clinique actuel et de l'état du patient au moment de la recherche de soins médicaux. Il est important - si le patient a pris des médicaments pour éliminer les symptômes, vous devez en informer le médecin avant de commencer le diagnostic.

Traitement

Le traitement de base dépendra entièrement de la cause sous-jacente. Tout d'abord, le traitement visera à éliminer la maladie principale et ensuite les symptômes.

Il est impossible d'isoler un seul programme de traitement, dans ce cas, car l'atrophie musculaire est un symptôme non spécifique et le traitement dépend non seulement de l'étiologie, mais également de l'âge du patient. Dans tous les cas, presque toujours dans le complexe des mesures thérapeutiques incluent la thérapie par l'exercice, le massage et les procédures de physiothérapie optimales.

Prévention

Il n'y a pas de mesures préventives ciblées, car il s'agit d'un symptôme et non d'une maladie distincte. Il est généralement nécessaire de respecter les règles d'un mode de vie sain et de prévenir les maux susceptibles de causer une telle violation.

Atrophie musculaire

Atrophie musculaire

Le processus de nécrose des tissus musculaires se produit progressivement, les muscles diminuent de manière significative en volume, leurs fibres renaissent et deviennent beaucoup plus minces. Dans des cas très complexes, la quantité de fibres musculaires peut être réduite au point de disparaître complètement.

Les causes

L'apparition d'une atrophie primaire simple est directement liée à la lésion d'un muscle particulier. Dans ce cas, la cause de la maladie peut être une mauvaise hérédité, qui se manifeste par un métabolisme inapproprié en raison d'un défaut congénital des enzymes musculaires ou d'un niveau élevé de perméabilité de la membrane cellulaire. Divers facteurs environnementaux affectent également le corps de manière significative et peuvent déclencher le développement du processus pathologique. Ceux-ci incluent les processus infectieux, les blessures, le stress physique. L'atrophie musculaire simple est plus prononcée avec la myopathie.

L'atrophie neurogène secondaire des muscles survient généralement lorsque les cellules des cornes faciales de la moelle épinière, des nerfs périphériques et des racines sont endommagées. Lorsque les nerfs périphériques sont endommagés chez les patients, la sensibilité diminue. En outre, la cause de l'atrophie musculaire peut être un processus infectieux, qui survient lors de la défaite des cellules de transport de la moelle épinière, des dommages aux nerfs souches, de la polio et de telles maladies. Le processus pathologique peut être inné. Dans ce cas, la maladie évoluera plus lentement que d'habitude, affectant les parties distales des extrémités supérieures et inférieures, et elle aura un caractère inhérent bénin.

Symptômes de l'atrophie musculaire

Au début de la maladie, les symptômes caractéristiques sont une fatigue musculaire anormale des jambes lors d'efforts physiques prolongés (marche, course à pied), parfois des contractions musculaires spontanées. À l'extérieur, les muscles gastrocnémiens élargis attirent l'attention. Les atrophies se situent initialement dans les groupes musculaires proximaux des membres inférieurs, de la ceinture pelvienne et des cuisses et sont toujours symétriques. Leur apparence provoque une restriction des fonctions motrices dans les jambes - difficulté à gravir les échelons et à remonter d'une surface horizontale. La démarche change progressivement.

Diagnostics

Le diagnostic de l'atrophie musculaire n'est actuellement pas un problème. Pour identifier la cause de base de la maladie, une analyse sanguine clinique et biochimique complète, ainsi que des études fonctionnelles de la glande thyroïde et du foie sont réalisées. L'électromyographie et l'étude de la conduction nerveuse, la biopsie musculaire, ainsi que la prise d'antécédents complets sont nécessaires. Si nécessaire, des méthodes d'examen supplémentaires sont désignées.

Types de maladie

Il existe plusieurs formes de la maladie. L'amyotrophie neurale, ou amyotrophie de Charcot-Marie, survient lorsque les muscles du pied et de la jambe sont endommagés, le groupe des extenseurs et le groupe des abducteurs de la jambe sont les plus sensibles au processus pathologique. Pieds déformés. Les patients ont une démarche caractéristique, au cours de laquelle les patients lèvent les genoux haut, comme le pied, tout en soulevant les jambes, s'affaissent et gênent la marche. Le médecin constate l’extinction des réflexes, une diminution de la sensibilité de la surface des membres inférieurs. Des années après le début de la maladie, les mains et les avant-bras sont impliqués dans le processus pathologique.

Atrophie musculaire progressive Verdniga-Hofmann se caractérise par une évolution plus sévère. Les premiers symptômes de l'atrophie musculaire apparaissent chez un enfant à un âge précoce, souvent dans une famille de parents apparemment en bonne santé, plusieurs enfants souffrent de la maladie en même temps. La maladie se caractérise par une perte des réflexes tendineux, une forte diminution de la pression artérielle et des contractions fibrillaires.

Le syndrome atrophique accompagne une atrophie musculaire progressive chez l'adulte - une atrophie d'Aran-Duschen. Au début, le processus pathologique est localisé dans les parties distales des membres supérieurs. L'atrophie musculaire affecte également l'élévation du pouce, du petit doigt et des muscles interosseux. Les mains des patients prennent la pose caractéristique de la «main de singe». La pathologie s'accompagne également de la disparition des réflexes tendineux, mais la sensibilité est préservée. Le processus pathologique progresse avec le temps, les muscles du cou et du tronc y sont impliqués.

Traitement de l'atrophie musculaire

Le choix des méthodes et des moyens de traiter l’atrophie musculaire dépend de l’âge du patient, de la gravité du processus et de la forme de la maladie. Le traitement médicamenteux comprend généralement l’administration sous-cutanée ou intramusculaire des médicaments suivants: Atripos ou Myotripos (acide adénosine triphosphorique); les vitamines E, B1 et B12; la galantamine; Prozerin. Une grande importance dans le traitement de l'atrophie musculaire a également une bonne nutrition, physiothérapie, massage et physiothérapie, psychothérapie. Des séances neuropsychologiques sont prescrites en cas d'atrophie musculaire chez un enfant en retard de développement par ses pairs.

Des complications

Dans les phases finales de la maladie, lorsque le patient perd la capacité de respirer de manière autonome, il est hospitalisé dans l'unité de soins intensifs et dans un service de soins intensifs pour la respiration artificielle à long terme.

Prévention de l'atrophie musculaire

Le traitement conservateur est réalisé par cycles de 3-4 semaines avec un intervalle de 1-2 mois. Un tel traitement ralentit la progression de l'atrophie musculaire et permet aux patients de conserver leurs performances physiques pendant de nombreuses années.

Atrophie musculaire: symptômes, causes, traitement

L'atrophie musculaire est une maladie caractérisée par l'amincissement des fibres musculaires et leur dégénérescence ultérieure en tissu conjonctif, ce qui ne peut absolument pas se contracter. La conséquence de cette transformation peut être la paralysie. En savoir plus sur cette pathologie dans l'article.

Atrophie musculaire: causes et formes de la maladie

L’atrophie musculaire est primaire (simple) et secondaire (neurogène).

Primaire se développe en raison de dommages au muscle lui-même. La cause de la pathologie peut être une hérédité défavorable, qui se manifeste par un défaut congénital des enzymes musculaires ou par une haute perméabilité des membranes cellulaires. En outre, les facteurs environnementaux qui provoquent le développement de la maladie ont également une influence significative. Ceux-ci incluent: un processus infectieux, un stress physique, un traumatisme.

Une atrophie musculaire (une photo de la pathologie montrée sur la figure) peut se développer à la suite d'un traumatisme des troncs nerveux, processus infectieux dans lequel les cellules motrices des cornes antérieures de la moelle épinière sont touchées. Sur le fond de lésion nerveuse périphérique chez les patients, la sensibilité diminue.

Les facteurs contribuant au développement de la maladie sont les maladies malignes, la paralysie des nerfs périphériques ou de la moelle épinière. Très souvent, la pathologie apparaît sur le fond du jeûne, des blessures diverses, de l’intoxication, en raison du ralentissement des processus métaboliques, de l’inactivité motrice prolongée et des maladies chroniques.

L'atrophie musculaire secondaire peut être du type suivant:

  • Amyotrophie neurale. La pathologie est associée à des lésions aux pieds et aux jambes. Les patients ont un problème de démarche - une personne lève les genoux en marchant. Les réflexes cessent avec le temps, s'estompent complètement, la maladie se propage à d'autres parties du corps.
  • Atrophie musculaire progressive. Les symptômes de la maladie se manifestent généralement pendant l’enfance. La maladie se poursuit durement, caractérisée par une hypotension grave, des contractions des membres, une perte des réflexes tendineux.
  • Atrophie musculaire d'Aran-Duchene. Avec cette maladie, les parties distantes des membres supérieurs - doigts, muscles interosseux de la main - sont affectées. Dans le même temps, les réflexes tendineux disparaissent, mais la sensibilité demeure. Le développement ultérieur de la maladie implique les muscles du tronc et du cou dans le processus pathologique.

Atrophie musculaire: symptômes de pathologie

L'atrophie musculaire la plus commune des membres inférieurs. Comment se manifeste une atrophie musculaire dans les jambes? Les symptômes de la maladie au stade initial sont la fatigue dans les jambes, la faiblesse des muscles pendant un effort physique prolongé. Il y a une diminution notable du volume des muscles du mollet. L'atrophie commence généralement par les groupes proximaux. Dans ce cas, la fonction motrice des jambes est limitée - il est difficile pour le patient de monter les escaliers ou de prendre un escalier vertical en position horizontale. La démarche change avec le temps.

L'atrophie des muscles de la cuisse, des jambes ou d'une autre partie du corps se développe assez lentement et peut durer des années. La maladie affecte les deux côtés. Le processus pathologique peut être symétrique ou asymétrique. Les symptômes dépendent de la cause et de la forme de la maladie, de l'état de santé et de l'âge du patient.

Le signe le plus caractéristique de l’atrophie en développement est une diminution du volume du muscle affecté, que le patient lui-même peut remarquer. Une personne ressent une faiblesse croissante, tremblante, une sensation de "chair de poule sous la peau". Il devient de plus en plus difficile de se déplacer sans aide, il est particulièrement difficile de descendre et de monter des escaliers.

Diagnostic de l'atrophie musculaire

A ce jour, le diagnostic de cette pathologie ne pose pas de problème. L’identification de la cause initiale du développement de la maladie est réalisée à l’aide de tests sanguins cliniques et biochimiques approfondis, d’études fonctionnelles du foie et de la glande thyroïde. Assurez-vous de faire une électromyographie, une biopsie musculaire et la conduction nerveuse. Si nécessaire, indiquez des méthodes d'examen supplémentaires.

Traitement de l'atrophie musculaire

Si une atrophie musculaire se produit, le traitement dépend de nombreux facteurs - la forme de la maladie, la gravité du processus, l'âge du patient. La pharmacothérapie implique la prise de médicaments.

  1. Médicament "Galantamine". L'utilisation de ce médicament facilite grandement la conduction de l'influx nerveux. Utilisez le médicament pendant une longue période, ajustez progressivement la dose. Prescrire des médicaments devrait seulement médecin. Appliquez-le sous forme d'injections intraveineuses, intramusculaires ou sous-cutanées.
  2. Pentoxifylline. Ce médicament dilate les vaisseaux sanguins périphériques et améliore le flux sanguin dans les membres inférieurs. Un effet similaire a des médicaments antispasmodiques - "No-shpa", "Papaverin".
  3. Vitamines du groupe B (pyridoxine, thiamine, cyanocobalamine). Les vitamines améliorent la conduction de l'influx nerveux et du système nerveux périphérique. En outre, ils activent le métabolisme dans les tissus et les organes, de sorte que le volume musculaire perdu est rétabli beaucoup plus rapidement.

Également dans la normalisation de l'état jouent un rôle important: bonne nutrition, physiothérapie, physiothérapie, massage, psychothérapie, électrothérapie. Si le retard de développement intellectuel d’un enfant est dû à une atrophie musculaire, le traitement consiste à organiser des séances de neuropsychologie qui atténueront les problèmes liés à l’apprentissage de nouvelles choses et à la communication.

Méthodes physiothérapeutiques

Chez les patients présentant une atrophie musculaire, un traitement par électrothérapie est prescrit. La technique consiste en l’impact du courant à basse tension sur les zones touchées, ce qui stimulera la régénération des tissus. Cette procédure est absolument sans douleur et ne provoque aucun inconfort. Cependant, l'électricité ne peut pas constituer une méthode de traitement indépendante, car cette méthode n'est pas très efficace.

Les massages sont également extrêmement importants. Ils améliorent le flux sanguin, entraînant la normalisation des processus de nutrition et de respiration cellulaire du tissu musculaire, ce qui accélère sa régénération.

Physiothérapie

Certaines activités physiques sont nécessaires pour restaurer les tissus musculaires, leur intensité dépend des capacités du patient. Fondamentalement, après une atrophie grave, l’exercice se fait au lit ou dans la pièce. D'autres cours sont donnés dans le gymnase et sur le terrain de jeux.

Pouvoir

Pour restaurer la masse musculaire, vous devez consommer au moins 2 grammes de protéines par kilogramme de poids par jour. En outre, il est important de consommer suffisamment de glucides et de graisses. Sinon, l'état du patient pourrait s'aggraver.

Traitement par des méthodes folkloriques

Après avoir consulté un neurologue, vous pouvez ajouter un traitement de base avec les méthodes de médecine traditionnelle. Considérez le plus efficace d'entre eux.

Infusion aux herbes

Vous devez prendre 100 g de racine de calamus, de sauge, de poisson de lin, de stigmates de maïs, de renouée, et bien mélanger le tout. 3 cuillères à soupe du mélange versé dans un thermos et verser de l'eau bouillante (0,7 l), laisser une nuit. Après l'infusion de la souche, le liquide résultant est divisé en 4 parties égales, boire chaque portion une heure avant un repas.

Kvass d'avoine

Rincez abondamment avec 500 g de grains d’avoine de haute qualité, remplissez un pot de trois litres avec de l’eau et ajoutez-y des matières premières. Ajoutez également au mélange 3 cuillères à soupe de sucre et 1 cuillère à thé d'acide citrique. Kvass sera prêt après 3 jours. Il est également recommandé d'inclure dans votre alimentation les grains de blé germés, les flocons d'avoine, le millet et la bouillie de maïs.

Panicules de roseau

Prenez une poignée de panicules de roseaux fraîches (il est préférable de les ramasser d'octobre à mars), mettez-les dans un thermos et versez de l'eau bouillante. Laisser agir 45 minutes. Une fois que l'eau est drainée et que les panicules sont fixées sur la partie affectée du corps avec des bandages, il est également recommandé de s'allonger sous une couverture chaude. Une fois la compresse refroidie, il convient de la retirer et de bien malaxer les muscles.

Teinture d'ail contre l'engourdissement des membres

Bouteille ou bocal d'un demi-litre sur 1/3 rempli d'une pâte d'ail, ajouter de la vodka et mettre pendant 2 semaines dans un endroit sombre. Agiter périodiquement le récipient. Au bout du temps imparti, filtrez le mélange et prenez-le pendant un mois (trois fois par jour, 5 gouttes), préalablement dilué dans une cuillerée à thé d'eau.

Pommade thérapeutique

Prendre des quantités égales de racine de calamus, de racine de valériane, de racine de deviacele, de mélisse, de millepertuis, de jaunisse, de fruits de sorbier, de millefeuille, de banane plantain, de fruit d’aubépine, d’immortelle, de succession de feuilles, de gruaux (mil, avoine, orge, sarrasin, blé riz). Ajoutez du chaga ou du kombucha au mélange obtenu (la quantité de ce composant doit être égale à 2 fois la quantité des ingrédients restants) et à la liste de chélidoine (la quantité est deux fois inférieure à celle des autres composants). Mélanger tous les ingrédients et hacher. Le produit obtenu doit être dispersé dans des bidons de deux litres remplissant 1/3 de son volume. Le haut doit être rempli d'huile de tournesol non raffinée et laissé pendant 2 mois dans un endroit sombre. Après 60 jours, l'huile doit être égouttée dans un récipient en émail et mise à feu, chauffée à 60 ºC, de nouveau embouteillée et maintenue pendant un mois, en remuant chaque jour.

L'huile résultante doit être appliquée sur les zones touchées - effectuez 10 procédures tous les deux jours, puis faites une pause de 20 jours et organisez à nouveau 10 procédures tous les deux jours. Le cours est répété tous les six mois.

L'atrophie musculaire est une pathologie assez grave. Malheureusement, à ce jour, aucun médicament ne peut complètement guérir cette maladie. Cependant, une technique bien choisie permet de ralentir le processus d’atrophie, active la régénération des fibres musculaires et permet à une personne de retrouver des occasions perdues. Par conséquent, il est recommandé de respecter scrupuleusement toutes les recommandations du médecin et de suivre les procédures prescrites.

Atrophie musculaire

L’atrophie musculaire est un processus qui se développe dans les muscles et conduit à une diminution progressive de leur volume et de leur dégénérescence. Les fibres musculaires s'affaiblissent progressivement. Dans les cas graves, leur nombre diminue fortement et parfois elles disparaissent complètement. Il existe une atrophie musculaire primaire, ou simple, et secondaire, ou neurogène.
L'atrophie musculaire primaire dépend des dommages causés au muscle lui-même. Il est apparemment basé sur des troubles métaboliques héréditaires sous la forme d'un défaut congénital d'enzymes musculaires ou d'une augmentation de la perméabilité des membranes musculaires. Cependant, les facteurs environnementaux qui contribuent au développement de la maladie (surmenage physique, infections, blessures) jouent un rôle important. L'atrophie musculaire primaire est le plus clairement exprimée dans la myopathie (voir).

Une atrophie musculaire secondaire, ou neurogène, se développe lorsque les cellules des cornes antérieures de la moelle épinière, des racines ou des nerfs périphériques sont touchées. Dans ce dernier cas, le syndrome atrophique est accompagné d'un trouble de la sensibilité. Une atrophie musculaire secondaire se développe après un traumatisme du tronc nerveux, avec des infections affectant les cellules motrices des cornes antérieures de la moelle épinière (poliomyélite et maladies analogues à la poliomyélite). Dans certains cas, le processus est héréditaire. En même temps, la localisation distale de l'atrophie est typique (muscles des pieds, des jambes, des mains et de l'avant-bras) avec un déroulement du processus plus lent et plus bénin. Il existe plusieurs formes d’atrophie neurogène:

En cas d'amyotrophie neurale, ou d'amyotrophie de Charcot-Marie, les muscles des pieds et des jambes (Fig.) Sont affectés, en particulier le groupe des extenseurs et des muscles abducteurs. Les pieds sont déformés. La démarche prend le caractère de ce qu’on appelle le steppage: lorsqu’ils marchent, les patients lèvent les genoux haut pour que les pieds pendants ne collent pas au sol. Les réflexes s'estompent, diminue la sensibilité de la surface aux extrémités distales. Quelques années après le début de la maladie, l’atrophie se propage aux mains et aux avant-bras.

L'atrophie musculaire progressive Verdnig - Hofmann est la plus difficile. La maladie débute généralement dans la petite enfance, souvent chez plusieurs enfants d'une famille de parents apparemment en bonne santé. Les atrophies s'accompagnent d'une perte de réflexes tendineux, d'une hypotension sévère et de contractions fibrillaires.

Le syndrome atrophique est également observé en cas d'atrophie musculaire progressive chez l'adulte - atrophie d'Aran - Dushen. Initialement, le processus est localisé dans les parties distales des extrémités supérieures. Les élévations du pouce et du petit doigt et des muscles interosseux sont atrophiées. Formé une posture très caractéristique de la main sous la forme d'une "main de singe". Disparaissent les réflexes tendineux, la sensibilité est maintenue. Le processus progresse régulièrement et s'étend aux muscles du cou et du torse.

Traitement. Dans le traitement de l'atrophie musculaire, on utilise: sel disodique de l'acide adénosine triphosphate, solution à 1% de 1-2 ml par voie intramusculaire, au cours de 30 injections; Vitamine B1 0,5-1 ml de solution à 5% par voie intramusculaire; vitamine B12 0,5-1 ml de solution à 0,01% par voie intramusculaire tous les deux jours, pour une série de 15 à 20 injections; vitamine E 1 c. à thé 1 à 2 fois par jour; solution de galantamine à 0,25% de 0,3 à 1 ml par voie sous-cutanée tous les deux jours, pendant 10 à 15 injections; à l'intérieur de Dibazol ou d'oxazil à raison de 0,001 g pour 1 an de la vie de l'enfant 1 fois par jour; prozerin 0,001 g par an de la vie de l'enfant 1 fois par jour (adultes - 0,015 g 2 à 3 fois par jour) par voie orale ou sous-cutanée solution à 0,05% 0,3 - 1 ml selon l'âge, tous les deux jours, 10-15 injections. Également utilisé un groupe sanguin transfusion (150-200 ml), électrothérapie et massage. Un tel traitement, effectué par des cours individuels pendant des mois, apporte chaque fois des améliorations et peut parfois aider à stabiliser le processus.

L’atrophie musculaire est un processus pathologique qui se développe dans les muscles et entraîne une diminution de leur volume et de leur dégénérescence. L'homogénéisation de la fibre musculaire et la formation de vacuoles à la suite d'une perturbation de la structure colloïdale et de modifications du métabolisme hydrique du tissu musculaire constituent un signe précoce du développement d'un processus atrophique dans le muscle. Au fur et à mesure que le processus avance, le nombre de fibres musculaires dans le muscle diminue et leur partie contractile peut être remplacée par des tissus conjonctifs et adipeux, formant une pseudo-hypertrophie. Au stade final, le processus sclérotique se développe dans un certain nombre de muscles, conduisant au développement de rétractions et de contractures.

Il existe deux types d'atrophie musculaire: primaire ou simple et secondaire ou neurogène.

L'atrophie musculaire primaire, ou simple, résulte d'une lésion du muscle lui-même et se développe tout en maintenant la structure et la fonction du neurone moteur périphérique. Elle se caractérise par des modifications quantitatives de l'excitabilité électrique, l'absence de contractions fibrillaires. L'excitabilité mécanique des muscles est préservée. Avec cette forme, il y a souvent des rétractions.

L'étiologie et la pathogenèse de l'atrophie musculaire simple n'ont pas encore été résolues. Au coeur de celui-ci, il y a apparemment des troubles métaboliques. Certains défauts métaboliques enzymatiques conduisant à la dystrophie musculaire sont déjà connus. Les facteurs à l'origine du développement de la maladie sont variés: dystrophie alimentaire, traumatisme, tension monotone de certains groupes musculaires au travail, infections persistantes à long terme, nombreuses intoxications chroniques. Le développement de l'atrophie musculaire est connu dans les cas d'hypothyroïdie, après la thyroïdectomie et dans d'autres dysfonctionnements de la thyroïde, ainsi que dans les troubles hypophysaires, la cachexie de Simmonds, la maladie d'Addison et d'autres troubles endocriniens. L'atrophie musculaire peut également se développer à la suite d'une immobilisation prolongée des extrémités après l'application de gypse lors de fractures, d'opérations orthopédiques ainsi que pendant une inactivité prolongée du membre malade, avec hémiplégie et monoplégie d'origine centrale. Sans aucun doute, de fortes surtensions neuropsychiques, entraînant des perturbations somatiques de l'activité nerveuse supérieure, entraînent des troubles somatiques.

Dans la pathogenèse de l'atrophie musculaire, il est également nécessaire de prendre en compte les troubles de l'innervation sympathique associés à un dysfonctionnement des structures centrales et périphériques du système nerveux autonome, affectant également les modifications du métabolisme du tissu musculaire. Ceci est indiqué par une atrophie musculaire d'origine réflexe, qui se développe après une chirurgie du nerf sympathique cervical ou après une sympathectomie cervicale, ainsi que suite à des stimuli douloureux prolongés pour des contusions, des fractures osseuses, des cicatrices douloureuses et des processus inflammatoires provoquant des impulsions centripètes pathologiques. Dans ces cas, parallèlement à une altération du trophisme musculaire, d'autres symptômes végétatifs et animaux se développent - hypoesthésie, hyperréflexie, cyanose et refroidissement des extrémités, transpiration, ostéoporose, etc..

Le groupe de l’atrophie musculaire simple comprend l’atrophie musculaire dite arthritique (arthrogène), qui se développe avec des maladies des articulations. En même temps, les muscles situés près de l'articulation touchée seront atrophiés (par exemple, les muscles interosseux - pour les maladies des articulations de la main, le deltoïde - pour la maladie de l'articulation de l'épaule, etc.) (voir Myopathie).

Récupération des muscles de la jambe après atrophie

Une maladie grave des membres inférieurs, qui se manifeste par le remplacement des muscles par un tissu qui n'a pas la capacité de se contracter, est classée en médecine comme une atrophie des muscles des jambes. Qu'est-ce qui provoque le développement de la pathologie? Comment le reconnaître dans les premières étapes afin de pouvoir maintenir un mode de vie actif?

Causes et formes de la maladie

Une atrophie des muscles des membres inférieurs peut apparaître à la suite de:

  • diminution du métabolisme due au vieillissement;
  • des perturbations du système endocrinien et des troubles du fond hormonal humain;
  • maladies chroniques du système digestif et malnutrition;
  • problèmes de tissu conjonctif;
  • changements génétiques;
  • lésions du système nerveux périphérique et autres maladies entraînant une diminution de la régulation du tonus musculaire;
  • blessures et récupération impropre après une intervention chirurgicale.

Dans la plupart des cas recensés dans le monde, l’atrophie des muscles des jambes est due à des modifications génétiques qui se manifestent très tôt et à divers types de blessures, notamment celles résultant d’efforts physiques intenses.

La médecine connaît actuellement deux formes de la pathologie des muscles des membres: primaire et secondaire. La première se caractérise par une atteinte des motoneurones du système musculaire à la suite de blessures ou de modifications génétiques. Elle se manifeste par une nette diminution du tonus, une fatigue accrue et une accélération involontaire du pied.

La deuxième forme de la maladie a plusieurs variétés:

  • L’amyotrophie neuronale est caractérisée par la déformation des muscles du pied et de la jambe d’un membre inférieur ainsi que de deux au même moment. C'est facile à reconnaître, il suffit de regarder les mouvements d'une personne en marchant: son pied est suspendu, le patient doit constamment lever ses genoux afin d'éviter de tomber, suite à l'incapacité de contrôler la partie inférieure de la jambe affectée.
  • Progressif - caractérisé par l’absence de réflexe tendineux, une hypotension sévère et des contractions fréquentes du membre inférieur.
  • Aran-Duchene est une sorte de pathologie secondaire caractéristique des mains (commence par les mains et se répand progressivement sur tout le corps), dans laquelle le trouble psychologique du patient est observé, car son membre supérieur grossit avec le temps. La sensibilité des jambes est maintenue, mais les réflexes tendineux disparaissent.

En l'absence d'assistance opportune de spécialistes, la deuxième forme d'atrophie musculaire commence à progresser, frappant progressivement les bras (tout partant des parties inférieures et se terminant par l'épaule), puis de tout le corps d'une personne. Préserver les muscles (pour éviter leur remplacement par du tissu conjonctif non sujet à des étirements), restituer leurs capacités de contraction et donner au patient une chance de reprendre une vie active complète permettra un diagnostic opportun du problème. Pour ce faire, vous devez connaître les symptômes de l'atrophie des muscles des jambes que le corps présente avec la maladie en question.

Symptomatologie

La manifestation de l'atrophie des tissus musculaires est directement liée à la cause et à la nature (forme) de la maladie. Le symptôme principal, dont la manifestation doit être envoyée pour examen, est une faiblesse constante et une fatigue du système musculaire. Un peu plus tard, un tremblement récurrent des parties inférieures des jambes et une sensation de présence constante des fourmis sous la peau sont ajoutés. Plus tard, une diminution du volume du muscle affecté est enregistrée (comme le montre un muscle symétrique regardant un membre sain) et la marche sans aide devient problématique.

La maladie se développe pendant longtemps, affectant d’abord le tissu musculaire proximal, puis se propage à grande vitesse dans tout le corps.

Myotonie qui coule sur le fond de l'atrophie musculaire

Cette pathologie se manifeste principalement chez les garçons âgés de cinq ans environ et affecte la région pelvienne. En l'absence de traitement officiel, les gros muscles des jambes sont endommagés, ce qui rend de plus en plus difficile pour une personne de monter les escaliers, de s'accroupir ou de se lever du lit.

Les dommages au cerveau, qui se traduisent par un retard de développement et un dysfonctionnement du système cardiovasculaire, sont une conséquence terrible. L'activité du système respiratoire est affaiblie, ce qui conduit à une pneumonie.

La forme bénigne de la maladie, nommée d'après le scientifique Becker, se manifeste dans la lésion des muscles de la cuisse et de la région pelvienne. L'absence de lacunes intellectuelles chez le patient est une caractéristique distinctive.

L'atrophie du muscle quadriceps de la cuisse peut commencer sans endommager le tissu gastrocnémien. Les symptômes dans ce cas seront les suivants: faiblesse du tissu musculaire, présence de chair de poule sous la peau, mouvements provoquant une douleur intense irradiant les fesses et la région lombaire et, en l'absence d'activité, spasmes. Parallèlement à ces manifestations, une perte de sensibilité des réflexes tendineux est enregistrée.

Diagnostic de la maladie

L'atrophie des muscles des membres inférieurs est détectée par les spécialistes d'un établissement médical sur la base de données obtenues à la suite de la prise d'antécédents, de la palpation, de l'électromyographie, de l'analyse biochimique de l'urine et du sang et d'études fonctionnelles du foie et de la glande thyroïde. Pour confirmer le diagnostic et identifier la cause de la pathologie, le médecin peut orienter individuellement le patient vers des examens supplémentaires.

Comment traite-t-on la maladie?

Sur la base des données obtenues lors des activités de diagnostic, le médecin vous prescrira un traitement pour l’atrophie musculaire des jambes, qui comprend:

  • traitement médicamenteux;
  • physiothérapie;
  • Thérapie d'exercice;
  • développement d'un régime alimentaire spécial.

Le complexe de santé est sélectionné individuellement et dépend de la cause de la maladie, de sa forme, de l'état du patient (âge, présence de maladies chroniques, etc.).

Traitement médicamenteux

La prescription de médicaments à un patient est faite principalement pour soulager les symptômes. Pour cela, appliquez:

  • antispasmodiques "No-shpa", "Papaverin" - éliminent la douleur, réduisent le tonus musculaire, dilatent les vaisseaux sanguins et normalisent la circulation sanguine dans les membres inférieurs;
  • "Galantamine" - améliore la conduction de l'influx nerveux dans les jambes;
  • Vitamines du groupe B - corrige le travail du système nerveux périphérique, active les processus métaboliques dans les tissus corporels, permettant ainsi de rétablir le volume du système musculaire touché.

Seul le médecin traitant a le droit de prescrire un traitement médicamenteux, car il connaît parfaitement la condition humaine, connaît les affections en question et connaît l'allergie du patient à l'un ou l'autre des composants du médicament.

Physiothérapie

La régénération des tissus affectés peut être améliorée par les effets d'un courant à basse tension - l'électrostimulation. Lors de l'exécution de cette procédure, la personne ne ressent pas de douleur. Il convient de noter qu'en tant que méthode de traitement unique, la stimulation électrique n'a pas de sens.

Le massage en tant que type de physiothérapie est la méthode la plus utile pour améliorer le flux sanguin dans les zones touchées, restaurer la nutrition cellulaire, accélérer la régénération tissulaire, «casser» la stagnation et soulager les tensions excessives. Cette procédure doit être effectuée quotidiennement et, si possible, plusieurs fois par jour pendant une longue période (au moins 2 à 3 semaines).

Les mouvements de massage doivent être superficiels, afin de ne pas aggraver la situation, la procédure doit commencer à partir de la périphérie (du pied) et ne pas oublier de travailler les fesses. Le muscle quadriceps de la cuisse peut être un peu plus manipulé.

La thérapie physique est prescrite par le médecin traitant et doit être effectuée uniquement sous la supervision d'un spécialiste expérimenté: il vous aidera à récupérer correctement, en augmentant progressivement la charge et en développant les zones endommagées.

Pouvoir

La croissance du tissu musculaire est impossible sans une nutrition adéquate. La normalisation des processus métaboliques, conçue pour rétablir le fonctionnement normal des cellules de tout l'organisme, contribue à l'observance d'un régime alimentaire particulier. Il est développé strictement individuellement, en tenant compte de toutes les caractéristiques du patient (les recommandations en matière de nutrition pour les patients atteints de diabète et de bronchite chronique seront différentes).

Dans le régime devrait être entré:

  • les noix;
  • fruits et légumes frais;
  • des oeufs;
  • poisson de mer;
  • viande maigre;
  • les verts;
  • produits laitiers.

La nourriture consommée doit être riche en protéines (pour la construction musculaire) et en glucides (énergie).

Remèdes populaires

Il existe également des prescriptions de médecines alternatives permettant de vaincre l'atrophie musculaire des membres inférieurs (pour éliminer les symptômes désagréables).

Infusion aux herbes

Pour sa préparation, vous aurez besoin de 400 grammes d'un mélange d'herbes (sauge, racine de calamus, la liseron et la renoncule, mélangés dans des proportions égales) et 0,7 litre d'eau pure, portée à ébullition. Versez le mélange dans un thermos, versez de l'eau dessus et laissez infuser pendant 5 à 6 heures. Après avoir filtré la perfusion, divisez-la en 4 parties égales. Mangez chacun peu de temps avant un repas (30 minutes).

Kvass d'avoine

Prenez une livre de grains d'avoine, 3 litres d'eau et de l'acide citrique (1 c. À thé). Les grains doivent être lavés, empilés dans un bol avec le reste des ingrédients. Kvass sera prêt dans quelques jours (plus rapide en été, plus long en hiver). Utilisez le produit au moins 3 fois par jour, un verre avant un repas.

Panicules de roseau

Trempez-les dans de l'eau chaude pendant 45 minutes, puis attachez-vous à la jambe malade. C'est une sorte de compresse qui peut être renforcée en enveloppant la jambe dans un tapis ou une couverture. La durée de la procédure est de 1-1,5 heure.

Teinture d'ail contre l'engourdissement des membres

Pour sa préparation nécessite de l'ail et de la vodka. Un pot d'un demi-litre est rempli d'une bouillie d'ail 1/3 et d'un liquide contenant de l'alcool. La teinture est préparée quelques semaines. Il est permis de ne pas en prendre plus de 5 gouttes par jour. Assurez-vous de diluer la teinture dans de l'eau.

Assurez-vous de discuter avec votre médecin de la possibilité d'utiliser un moyen particulier de la médecine traditionnelle. Si vous ressentez des sensations désagréables ou des allergies, vous devez immédiatement cesser de le prendre et consulter un médecin.

Prévention

Moyens de prévenir l’atrophie des muscles de la jambe:

  • bonne nutrition, riche en éléments essentiels pour que le corps travaille avec des micro-éléments;
  • visites ponctuelles aux médecins (examens médicaux et examens médicaux) et élimination des maladies identifiées;
  • exercice modéré;
  • adhésion aux tactiques de rééducation après une intervention opérable ou une blessure;
  • porter des chaussures confortables;
  • respect des règles d'un mode de vie sain.

L'atrophie musculaire est une pathologie qui ne peut être complètement éliminée et retrouvée dans la vie normale que lors du stade initial (lorsque la maladie s'est manifestée sous une forme bénigne). Par conséquent, lorsque vous corrigez un inconfort ou des modifications visuelles, vous devez contacter immédiatement un établissement médical.



Article Suivant
Éperon à pied